Warhammer 2.0, Les souvenirs de Albert

Modérateurs : Dende, Maz

Humanor
Polisseur d'autel
Messages : 86
Inscription : 27 mai 2013, 14:35

Warhammer 2.0, Les souvenirs de Albert

13 nov. 2017, 19:06

Je ne sais pas si c'est l'utilisation intensive de la magie, ou mon séjour dans les égouts de Middenheim, mais ma mémoire commence à me jouer des tours.

J'ai des blancs, des lacunes, je n'arrive plus à me souvenir des noms, et encore pire, des jours entiers ont disparu de ma mémoire; c'est le tour noir.

Je commence donc à consigner ce dont je me souviens avant que cela ne s'efface définitivement.


Tout à commencer il y a deux semaines. J'avais été affecté à un camp de réfugiés qui avait été installé à la hâte dans les ruines d'un bourg où les combats avaient fait rage récemment. Les forces du Chaos ont été repoussées mais la garnison de la ville était très affaiblie et les blessés très nombreux.
Le chef de la garde nous présentait un représentant de l'Empire qui avait été dépêché sur place pour féliciter défenses locales d'avoir tenues seules, alors que l'armée Impériale avait dans le même temps forcé les ennemis à lever le siège de Middenheim.
Alors que le discours touchait à son terme, un groupe de mutant à profiter de l'occasion pour lancer une attaque.
Les forces encore vaillantes de la ville ont réussi à les repousser, et c'est pendant ce combat que j'ai commencé à les entendre; les chuchotements des Dieux Noirs. J'avais été prévenu lors de ma formation, mais utiliser de la magie en urgence, loin du calme des salles d’entraînement du Cercle, ce n'est pas la même histoire.

Suite à ça, tout devient confus, et les seuls souvenirs que j'écris ici sont ceux que m'ont comptés mes compagnons.

Le village a été évacué vers Middenheim. Sur la route, il semblerait que la vielle guérisseuse du village, probablement une adepte de magie Vulgaire, aie perdu le contrôle et aie commencé un rituel obscur dans la forêt. Nous serions intervenu pour l'en empêcher.

Arriver enfin à Middenheim, nous avons été remercier de l'aide que nous avons apporté et une nouvelle tache nous a été confiée.

Nous sommes mandatés pour investiguer sur la disparition d'une Idole et la mort suspecte de 4 habitants de la ville.

L'enquête progresse lentement. Les victimes semblent n'avoir aucun point en commun et leur mort par empoisonnement ne ressemble à aucun mode opératoire recensé dans la région.

Les nains se montrent très peu collaboratifs lors que mes compagnons leur proposent de l'aide pour enquêter. Nous n'arriveront à rien avec eux, ils ont trop bornés et trop fiers pour ça.

Nous décidâmes donc d'aller à la chapelle où l'une des victimes, non identifiée, avait été transportée. Le prêtre nous renseigne sur le défunt. Un groupe d'homme est venu se recueillir sur la dépouille du mort et à payer une somme assez significative pour qu'il reçoive des funérailles décentes au vu de la stèle. Les inscriptions sur la pierre tombale doivent probablement représentées un ordre religieux dédié à Sigmar, mais personne ici ne sait dire lequel.

Le prêtre nous indique l'endroit où le corps a été retrouvé. Une ruelle étroite dans le quartier des réfugiés. Sur place, aucune trace de lutte apparente, mais une trace de sang suspecte attire notre attention. Il semblerait que la victime se soit défendu et que son meurtrier soit blessé. Nous suivant tant bien que mal la piste au travers de la ville jusqu'à arriver à une bouche d'égout fracturée. Serait-ce par là que le meurtrier entre et sort de la ville sans se faire repérer ?

Nous décidâmes de descendre dans les égouts. L'odeur est répugnante et il est difficile de rester concentrer. De plus, l'endroit est exigu, et il est impossible de se tenir debout.
Nous progressions péniblement lorsqu'un groupe de Goules nous attaque. La présence de Goules dans les égouts d'une grande ville n'est pas impossible, et est même probable, mais savoir que c'est probable et les voir nous foncer dessus ce n'est pas la même chose.
Le chevalier en retient 2, alors que 2 autres plongent à l'eau pour le contourner. Le combat fait rage, je commence à nouveau à les entendre, elles me parlent. Non, je dois rester concentrer. Les Goules ressortent de l'eau, une à eu la bonne idée de se mettre au pieds du nain qui commençait à faire des grognements agressifs. Et oui il était à l'autre extrémité de la colonne et ne pouvait pas se battre. Alors la Goule a pu contempler de prêt toute sa frustration. L'autre Goule sort de l'eau à un mètre de moi, mais semble se concentrer sur l'Halfelin, il faut donc rester serein et continuer de se battre.

Les Goules sont enfin "mortes". Notre ami chevalier est dans un sale état mais toujours debout. Elas pour lui, personne ne semble en mesure de pouvoir les prodiguer les premiers soins. N'écoutant que son courage, il nous invite à continuer malgré son état.

Un passage se dégage sur le coté du tunnel. Un passage qui semble avoir été creusé récemment. Nous l'empruntons et tombons face à face avec une sentinelle Skaven. Pour avoir vu des reproductions de Skaven dans mes livres, je peux maintenant constater qu'ils sont beaucoup plus répugnant que ce qu'on peut imaginer.
Les projectiles partent, le Skaven est à terre. Il se relève tant bien qui mal et souffle dans son cor. Aucun bruit ne sort. Vite un sort pour lui faire lâcher ce cor, il ne faut pas qu'il donne l’alerte. Ouf, il est mort.

Max propose de passer devant et d'aller voir ce qu'il y a. Un groupe entier de Skaven semble se détendre un peu plus loin dans le tunnel. L'idée est suivant, nous tirons sur ceux qui dorment, le temps que les gaillards en armure foncent sur ceux qui jouent aux cartes au milieu du camp.

C'est parti, l'attaque surprise se passe bien, 1 Skaven est tué sur le coup mais les autres sont plus coriaces. Ils foncent sur les archers qui doivent continuer de se battre à l'épée. Et là, un Skaven encore plus moche qui les autres arrive par l'autre bout du tunnel. Le combat ne tourne pas à notre avantage, le nain est touché à la tête, alors que le chevalier est grièvement blessé au bras gauche. De notre coté, nous arrivons enfin à nous dépêtrer des 3 qui étaient venu sur nous. Le combat semble mal embarquer mais le chef des Skaven perd l'équilibre et tranche la jambe d'un de ses congénère. Enfin, ils sont tous morts. Ce ne fut pas sans mal.

Nous fouillaient prestement la pièce et trouvâmes le cadre en or de l'idole qui nous cherchions. Le chef des Skaven semblait bien être l'auteur des meurtres.

Nous ressortîmes des égouts en portant notre ami nain, puis nous dirigeâmes vers le responsable de la milice qui nous avait confié la mission.

Une petite récompense en or pour la tête du rat et pour le cadre de l'idole. Pour les soins, par-contre, il faudra aller au temple d'Ulrich.

Les soins ne sont pas gratuits. Bien évidemment, il remettent sur pied le nain qui gardera une grosse citattrice qu'il ne pourra pas cacher sous sa barbe, mais en plus, une nouvelle mission nous est confiée. Et vu notre situation, nous ne pouvons pas la décliner pour nous reposer.

Le prêtre nous demande de conduire un autre prêtre, Odo, aveugle et complètement délirant, dans la forêt. A un endroit qu'il nous indiquera grâce aux visions qu'il a. Des visions d'un hôtel dédier à Khorne.

Suivre des visions pour détruire les sources de corruption c'est une chose, mais je crains que l’esprit du prêtre ne succombe au Dieu Noir, nous devons les garder à l’œil.

La forêt n'est pas sûr, nous sommes attaqués par une araignée géante, puis par 2 harpies le lendemain. Le prêtre, quant à lui, continue de sombrer petit à petit dans la folie.

Nous arrivons en vu de l’hôtel. Un minotaure surveille la zone. Nous lui tendons une embuscade et l’abattons rapidement, mais il a le temps de donner l'alerte. Le prêtre semble avoir complètement sombré. Il faut absolument le surveiller de prêt pour ne pas qu'il face une bêtise.

Si nous avons un peu de temps, il faut aussi que je regarde comment évoluent les vents de magie dans la région. Cette hôtel doit être purifié, mais il faut se montrer prudent en le faisant et ne pas attirer quelque chose par accident.
Avatar de l’utilisateur
Atomsk
Victime Sacrificielle
Messages : 5
Inscription : 09 oct. 2017, 08:28

Re: Warhammer 2.0, Les souvenirs de Albert

09 déc. 2017, 11:21

Albert, mon brave Albert, quels souvenirs gardes-tu des derniers événements ? Ils m'apparaissent si horribles qu'il me semble les avoir rêvés...
Déjà, je n'ai pas été capable de cuisiner un repas correct depuis des lustres ! Mais c'est bien peu de chose comparé au reste.

Tu nous rappelais avec quelle facilité nous nous étions débarrassés de ce minotaure. Et bien pendant que nous fouillions le tertre sur lequel il régnait - un monticule de crânes - nous avons encore été attaqués par un groupe de centaures et autres hommes-bêtes... Rien de bien compliqué pour notre petite troupe désormais aguerrie !

En fouillant ce tertre nous sommes tombés sur une entrée, un peu inquiétante, mais sans piège. Nous aurions mieux fait de nous préparer un peu plus en pénétrant dans ce dédale de couloirs : après à peine quelques virages, deux démons faits d'une brume de sang se sont jetés sur nous, tandis qu'une fontaine jetait du sang dans la salle en face de nous ! C'était bien trop pour nos pauvres esprits, et toi et moi avons lâchement fui en courant, j'ai bien honte de le dire. Mais l'air frais de l'extérieur nous a fait du bien, et une fois nos esprits retrouvés nous nous sommes joints à la troupe pour exterminer ces deux abominations. Il faut dire que nos deux brutes, le nain et le bretonnien, était bien en peine, incapable de parer le fouet de sang des monstres. Des monstres toutefois mortels, que nous avons fini par éliminer.

Cela restait le début de nos ennuis... Dans la salle suivante, la fontaine nous crachait son sang, et les dieux seuls savent ce qu'il serait advenu de nous si nous ne l'avions pas détruite sans tarder.
En fouillant un peu cette salle, nous avons découvert un accès à une autre pièce.
Dans cette arrière salle, sept squelettes nous attendait pour en découdre - un pour chacun de nous, il y a bien trop de hasard dans cette histoire ! Nous nous sommes jetés dans la mêlée, et je dois dire à notre crédit que toi et moi nous nous sommes bien battus ! Mais tu le sais, le combat rapproché, c'est notre faiblesse... Toi, moi et le prêtre nous avons donc été rapidement mis hors combat - peut-être encore sous le coup de la terreur qui nous avait touché peu avant.
Et s'il s'est débarrassé rapidement de nos adversaires, le reste de la troupe ne valait guère mieux ! Le chevalier avait perdu confiance en lui, le nain avait presque perdu un bras et Ulliana survivait tant bien que mal elle aussi. Seul Korhil semblait indemne, encore une étrange affaire !

Mais nous avions vaincu ces êtres étranges, sous les yeux de la statue de Khorne. Le butin de la salle au trésor était bien maigre : un grand casque uniquement ! L’autre salle contenait un sarcophage, entouré d'une marre de sang, où gisait le corps d'un guerrier. Korhil, le plus en état pour traverser cette mare, a ainsi récupéré un collier au pendentif si particulier : une forme de crâne, assoiffée de sang et insensible aux coups.
Je dis "récupérer" mais c'est un bien grand mot, tant le haut-elfe à tenter de se défaire de se collier. En le jetant dans la mare de sang pour commencer, et tant d'autres fois par la suite.
Mais Odo était satisfait : nous avions trouvé la source de ses visions, et nous pouvions ramener cet objet mystique à Middenheim - en boitillant, certes.

La route du retour ressemble plus à une farce qu'à autre chose, et je n'arrive toujours pas à m'expliquer le comportement de Korhil : il nous aura tout fait ! Perdre le collier sur la route, heureusement rattrapé par la vigilance du chevalier, le glisser dans ta poche, feindre le somnambulisme pour l'emmener on ne sait où... Même la boîte forgée par le nain a semblé bien inutile.
Après trois ou quatre jours de marche, le pendentif s'est mis à "hurler", faute d'un meilleur terme. C'était comme s'il appelait des renforts, car quelques minutes après une troupe d'hommes-bêtes nous assaillait. Une douzaine de gors contre notre équipe d'éclopés, cela semblait en être fini de nous...

Mais sortis de nulle part, trois répurgateurs ont défoncé leur arrière garde, les éliminant les uns après les autres, et nous sauvant d'une mort certaine.
Les trois hommes, répondant aux noms de Matthias Offher, Ulrich Fischer et Jacob Bauer s'avérèrent être de l'Ordo Fidelis - le même ordre que notre mystérieux inconnu assassiné à Middenheim.
Pas très causants, un peu froids même, méfiants, les trois hommes nous ont tout de même soignés et escortés jusqu'au temple d'Ulrich - et le reste de la route s'est passé sans encombre avec de tels guerriers à nos côtés. J'étais tout de même bien content de laisser ces trois hommes derrière nous - Jacob, en particulier, me faisait froid dans le dos !

Et alors que nous nous apprêtions à célébrer la réussite de notre mission, et parler récompense, juste après avoir trinqué, le prêtre Odo s'est soudain transformé. Le bretonnien semblait lui aussi lutter avec acharnement pour ne pas subir le même sort ! Il faut dire que je les ai vus trinquer avec de l'eau, et de cela il ne peut rien sortir de bon !
Nous étions frais et nombreux, et nous avons éliminé rapidement le monstre. Juste après nous attendait un chef cuistot et ses deux commis, eux aussi bizarrement transformés ! Et alors que je m'attendais à véritable duel avec un homologue, Korhil - encore lui - a surgi et l'a pulvérisé d'un coup d'épée qui a fait tremblé tous les murs du temple ! Qui aurait dit qu'il était capable d'une telle force, le maladroit qui faisait tomber le pendentif tout le long de la route ?

Une étrange conclusion à cette aventure - ou ce rêve ?
Il me semble qu nous perdons peu à peu le contrôle sur notre destin, et sur notre esprit !
Avatar de l’utilisateur
Lefolast
Victime Sacrificielle
Messages : 9
Inscription : 26 août 2017, 10:45

Re: Warhammer 2.0, Les souvenirs de Albert

28 janv. 2018, 16:35

"Hmm... En effet Max, de ce que je me souviens après en avoir terminé avec les mutants présent dans le monastère, nous avons été dépêché au temple d'Ulric pour avoir un entretiens avec le Grand prêtre d'Ulric. C'est un humain plutôt imposant si je peux me permettre, il est aussi grand qu'Ulliana, et plus carré que notre ami nain. Un humain imposant... je ne l'aime pas, il ne m'inspire pas confiance... Il nous a informé que l'eau provenait du puits se trouvant prêt des cuisines du monastère, celui-ci empoisonné par de la malepierre skaven. Il nous avait caressé dans le sens du poil afin qu'on accepte une mission pour lui: Nous devions investiguer en toute discrétion sur tout les puits de la ville. Nous devions savoir si les autres puits était contaminé et surtout savoir qui était à l'origine de cet empoisonnement afin de le stopper. Le Grand prêtre a quand même eu l'amabilité de répondre au questions d'Ulliana, concernant le casque du chevalier de l'ordre du lion d'or trouvé dans le tombeau d'un héro de Khorne. Malheureusement cette ordre ne réside pas à Middenhelm mais la Capitale de l'Empire. On s'est mis d'accord qu'on irait y faire un tour afin de rentre ce casque à l'ordre. Revenons à la mission qui nous avait été confié.
Nous avions besoin d'aide ce que le grand prêtre n'a pas donné afin de garder l'ordre d'Ulric en dehors de toute l'histoire... je ne l'aime pas ce prêtre... bref. Dans un premier temps nous nous somme séparé en groupe. L'idée que nous avons eu c'est d'étudier chaque puits de la ville. Le problème c'est qu'il y en a beaucoup dans la ville.
Du coup, du temps que vous quatre Max et Albert avec l'aide d'Ulliana et notre ami chevalier vous êtes allés demander de l'aide aux trois répurgateurs, le maitre nain et moi même somme allés inspecter les puits allant tour. Afin de détecter s'il y avait une activité suspect de chacun des puits de la ville que nous inspections, nous avons décidé de faire une halte une taverne à chaque fois... Moi qui pensais que les nains tenaient l'alcool, ahah... heum... nous avons fait plusieurs tave... heu... puits. Je dois avoué que les heures qui ont suivie me sont un peu flou...
Vers la fin de la journée nous nous somme regroupés et tu nous as dis, Albert, qu'il faudrait aller faire un tour à une boutique. Selon toi cette boutique pourrai être le refuge des personnes qui auraient empoisonné le puits du monastère. Une fois devant la boutique, le nain fit une entré fracassante en défonçant la porte d'entré. Du temps que je remettais la porte plus ou moins dans ses gondes pour ne pas attirer l'oeil de la garde, d'un simple coup d'œil, Ulliana a trouvé une trappe. En bas nous fume accueilli par des humains armé d'épée et d'arbalète ainsi qu'un sorcier. Un barricade se dressait entre eux et nous. Bizarrement le combat fut assez dure, peu être du au fait que le plafond était bas pour nous et non pour les défenseur qui se trouvaient à l'endroit où le plafond permet de se tenir droit sans problème. Une fois ces sbires vaincus ont avons trouvé un livre dans leur cachette. Selon toi Albert, c'était un livre permettant d'apprendre beaucoup de choses dans le domaine des vents magiques chaotique. De ce fait nous avons décidé de le détruire sur place puis de remonter à la surface.
A notre surprise, durant notre absence des émeutes s'était déclenché. Une chasse contre les sbires du chaos était ouverte. Nous avons pu voir qu'il y avait des règlement de compte qui était fait au passage en mettant au buchet des personnes dont le corps était tout à fait saint... les humains... en essayant d'être discret au lieu des foules enragé nous avons pris le chemin du temple d'Ulric pour faire notre rapport au Grand prêtre. C'est la que les ennuie commence. Un mutant avec l'apparence d'une fille courrait vers notre ami chevalier, du fait qu'il hésita à la tuer la foule commença à être menaçante, commençant a nous prendre pour des complices des mutant, certaines t'ont même accusé, Max, d'être un mutant... La garde est intervenu pour disperser la foule. nous croyons qu'elle était de notre coté mais elle nous a livré à un ordre délite de la cité. C'est ainsi que je me suis retrouvé en caleçon dans une cellule d'une prison. De cette manière cela nous a permis de retrouver un de nos amis répurgateurs qui avait passé un sale moment avec les geôliers. Ce qui nous motiva à essayer de sortir le plus vite possible. Grace a tes talents de voleur, Max, tu nous crochetas la porte de la cellule. Malgré le faite qu'Ulliana m'a confondue avec le seul garde se trouvant dans la salle de garde de la prison durant le combat nous avons réussie à le neutraliser. Nous avons retrouver notre équipement dans cette salle. Pour finir nous avons décider de quitter le donjon avec notre ami répurgateur blessé. Pour cela notre ami chevalier mis l'armure du répurgateur, moi son amure afin de passer pour deux chevaliers venu récupérer un prisonnier accompagné de leurs "sous-fifres" qui portent le prisonnier. Jusqu'a la cela à fonctionné, nous avons pu sortir de la prison.
Personnellement, je vous le dis mes amis, cette ville n'est pas du tout stable, de ce faite je vais faire tout pour quitter la ville le plus vite possible... ville de..."
Dernière modification par Lefolast le 11 févr. 2018, 23:47, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Ewylan
Victime Sacrificielle
Messages : 9
Inscription : 01 oct. 2017, 21:26

Re: Warhammer 2.0, Les souvenirs de Albert

03 févr. 2018, 18:58

A mon tour de prendre la suite de ce récit, mes compagnons de fortune étant bien occupés à ressasser nos dernières aventures...

A peine sortis du temple d'Ulrich et de sa prison, notre ami répurgateur blessé, Matias Offer est en piteux état et il nous semble à tous opportun de le ramener vers son ordre situé au temple de Sigmar.
Le groupe se dirige tant bien que mal dans la ville où règne une ambiance morbide et angoissante. On voit Max errer entre les maisonnettes, on se demande bien ce qu'il peut faire là vu l'ambiance environnante ! Mais il revient avec un petit sourire aux coins des lèvres.
Nous avons du mal à en croire nos yeux à notre arrivée au temple : celui ci est encerclé par une foule qui réclame le bûcher et menace d'ouvrir les portes du bâtiment dont seuls quelques gardes préservent la sécurité. On est au bord de l'émeute, la tension est palpable ! Une grosse partie de la ville est là. Matias nous dirige vers un accès à l'arrière du temple. Une fois la garde passée, notre troupe est convoquée par Werner Stolz, le grand Capitulaire de Middenheim. Celui-ci nous informe de la situation alarmante pour les Sigmariens : Bauer, un répurgateur, risque d'être brûlé au bûcher suite au procès qui est prévu dans quelques heures. Il a été trouvé un livre des forces du Chaos en mains à la sortie d'une taverne du nord de la ville. Il n'en a pas fallu plus aux gardes de la ville pour mettre en doute les intentions des répurgateurs dont ils aimeraient tant se débarrasser depuis des années... Et vu la chasse aux sorcières qui est lancée depuis ces derniers jours, les habitants de Middenheim veulent voir du sang couler.
Si le procès est un échec pour Bauer, c'est tout l'ordre Sigmarien qu risque également d'être renversé et c'est une véritable guerre civile qui pourrait exploser. La situation est critique, c'est pour cela (et pour la promesse d'une belle récompense... qui j'espère va enfin voir le jour...) que nous avons acceptés d'aller enquêter sur les lieux où Jacob Bauer a été trouvé.

La taverne "l'épée et le fléau" est typique dans ce quartier. Des mercenaires, des hommes de la garde... que des humains qui nous regardent d'un oeil douteux... Pour tenter de se fondre dans le bar (sans table ni banc, il a l'air vraiment pingre et pas aimable le tenancier !!), on accepte de prendre une bière. Personnellement, je fais mine de boire parce que ce liquide me semble douteux, et je n'ai pas envie qu'il m'arrive des trucs bizarres comme c'était arrivé à Aiden en buvant de l'eau... Il est bizarre ce type d'ailleurs depuis cet épisode...
Jothunn, le nain, boit et essaie de sympathiser avec le serveur plutôt détestable.
A un moment, on voit Albert marmoner dans sa barbe juste avant de percevoir une sorte de cri derrière la porte du bar, et le tenancier part vite voir ce qu'il s'y passe.
J'aperçois Max qui saisit l'occasion et se faufile par cette porte pour aller inspecter les lieux... Bien vu Max ! J'espère qu'il restera discret et qu'il ne se fera pas prendre !
Pour faire diversion, on commence à taper la causette avec les gardes... Jothunn et Aiden ont leur manière bien à eux de faire connaissance... une larmichette de bière qui vole, une petite provocation et le ton monte rapidement. Le propriétaire du bar revient à ce moment, mais pas Max.. Il finit par revenir quelques minutes plus tard et nous fait comprendre qu'il y a des preuves en bas à aller chercher.. Le nain continue sa diversion (à moins que ça ne soit de la provocation naturelle qui pousse systématiquement ces petits êtres rustres à se mettre en conflit...!) et le chevalier semble aussi commencer à jouer le jeu. Ils essaient de bousculer le patron... alors on en profite, Korhill, Albert, Max et moi pour nous faufiler discrètement.
On comprend vite qu'il y a une trappe dans le sous sol, mais on a envie d'aller voir vers où l'escalier du haut mène. 4 pièces dont 2 débarras, une chambre dont Max arrive à crocheter la porte. On y trouve un coffre rempli de pièces d'or que Korhill embarque. La pièce d'à côté est apocalyptique... Une table et une chaise fixés au plafond, des traces dégoûtantes au sol... aucun doute : ce sont des traces de puissances maléfiques... quelle horreur...
Aiden nous rejoint et on redescend. Les sons du bar nous parviennent et ça a toujours l'air mouvementé.
On ouvre la trappe, Aiden le chevalier descend le premier, suivi de Korhill qui, au son qui a suivi, n'a pas réussi à tomber avec sa grâce habituelle.. et Max prend l'échelle. Ce qui est en bas semble menaçant et on entend un combat commencer.
A ce moment-là, Albert et moi-même entendons un bruit derrière nous : c'est Gerard, le tenancier du bar, qui arrive avec un gourdin et une dague, prêt à nous attaquer... Comme il n'était pas très discret, on arrive à anticiper l'attaque et avec nos forces cumulées, on parvient rapidement à prendre le dessus sur cet homme après qu'Albert l'ait désarmé. Ce sale type finit par rendre l'âme.
En descendant pour rejoindre les 3 autres, le combat est terminé également. J'ai l'impression que ça s'est battu dans tous les sens, et Aiden regarde Max avec un regard noir, comme si le chevalier avait pris un coup perdu... Au sol, des traces de sang, et deux corps de mutants : un avec des griffes immenses, et l'autre avec un visage effrayant et de très grandes dents... que ces personnages maléfiques sont terrifiants !!

Dans cette cave, 2 salles avec un autel de crânes et une chaîne arrachée.. On suppose cette chaîne qui tenait le grimoire des forces du Chaos. On entend alors des cris qui sortent d'un recoin de la salle : un homme maigre et balafré nous appelle à l'aide : il a été enfermé depuis quelques jours et menacé de sacrifice pour les Puissances de la Ruine. Il a vu Bauer se battre hier et remonter avec le grimoire pour le détruire... Voilà un indice impossible à réfuter pour le procès : ce témoin, Johann Opfer, qui est prêt à apporter son aide pour faire revenir l'ordre en ville !

On remonte tranquillement, Jothunn est toujours entier mais un peu amoché quand même, et on se dirige vers le temple avec notre témoin.
Le temps passe bien vite et le procès est sur le point de commencer donc on se dirige sans attendre sur la scène pour apporter nos éléments de preuves.

Le juge est le chef de la garde qui nous connait déjà, secondé par la grande prêtresse. Le Grand Capitulaire, avocat de la Défense, représente le suspect Jacob Bauer. 2 témoins sont là : le frêle Johann Opfer, et Albert, notre mage, va représenter toute notre fine équipe. Enfin, le grand Prête d'Ulrich, Leibnitz, avocat au regard menaçant, personnifie l'opposition.
Les débats se déroulent avec une ambiance pesante, on sent bien que la foule réclame son lot de sang et de feu pour faire retomber la menace actuelle et les rumeurs. Jacob n'est pas à l'aise, Johann est apeuré... et je suis bien contente de ne pas avoir à parler car le grand prêtre est terrifiant et la foule l'acclame à chacune de ses accusations. Toutefois, le juge semble vraiment vouloir se faire un avis objectif sur ce qui s'est passé... Albert témoigne pour nous tous avec brio et calme. Notre avocat, le grand Capitulaire, est habile mais le grand prêtre Leibnitz est tellement teigneux et a une telle aura que notre parole est vite remise en question et notre témoignage balayé en un instant.
Vient au tour de Jacob Bauer de répondre aux questions. Werner Stolz défend le répurgateur avec entrain ; le prêtre s'insurge, la foule demande le bûcher. Les débats sont houleux !
Le témoin, Johann, prend la suite et nous explique ce traumatisme qu'il a vécu dans la cave de cette taverne... Quel homme courageux ! Le grand prêtre d'Ulrich tente de minimiser son témoignage mais cela n'a que peu d'effet. Il nous explique que les mutants au sous-sol avaient tous un tatouage en forme de crâne rouge et qu'il suffit de vérifier l'absence d'un tel signe sur le répurgateur pour l'innocenter. La seconde d'après, Jacob est mis à nu et on ne voit en effet aucun dessin sur ce corps musclé...
Alors que la défense semble avoir remporté les débats, Leibnitz sort un objet de sa poche avec un sourire en coin. On sent bien qu'il est déterminé à se débarrasser des cultistes de Sigmar et des répurgateurs. Cet objet, c’est l’icône de Sigmar et à l’arrière de celui-ci, le symbole de Khorne, sans aucun doute un faux…
Il n’en faut pas plus pour qu’une émeute se déclare. En quelques instants, nous n’avons pas le choix : il faut s’enfuir si on ne veut pas y laisser la vie. On peut encore s'assoir sur notre promesse de récompense...
Tout le monde se retrouve dans le palais de Justice et le chef de garde ordonne le couvre-feu pour limiter la guerre civile qui menace. On passe le début de la nuit dans un dortoir, sauf Aiden qui a comme d’habitude une chambre individuelle… On n’est vraiment pas traités de la même manière…
2 heures après la tombée de la nuit, on vient taper à notre porte : c’est Ranulf qui vient nous demander un service : il faut que nous apportions un coffre enchaîné à Albrecht Zweintstein, un savant qui est au Collegium Théologica et qui doit détruire l’objet.
Aucun de nous ne souhaite accomplir de nouvelle mission, craignant de plus en plus cette ville et ces missions qui nous ont jusqu’alors toujours mené vers des évènements dangereux.
Seul le téméraire Jothunn, appâté par l’argent, accepte ce nouveau travail, sans doute un peu inconscient du danger. Le chevalier, touché par ce sens du sacrifice et toujours loyal, l’accompagne. Nos 2 compagnons se lancent ainsi dans cette mission alors que Max, Albert, Khorill et moi restons au chaud à nous ressasser cette journée mouvementée.
Korhill a bien raison.. cette ville est à fuir au plus vite !
Avatar de l’utilisateur
Loic245
Repriseur de robe du Culte
Messages : 30
Inscription : 30 janv. 2015, 16:25

Re: Warhammer 2.0, Les souvenirs de Albert

04 mars 2018, 17:08

Extrait des mémoire de Ayden d’Arlenois

Chapitre IV


Johtun et moi-même la mission de livraison accomplit nous nous retournâmes pour partir du génome de Théologie, quand soudain nous nous aperçûmes avec horreur de l’effroyable vérité la relique sombre, le crane avait été volé et remplacé par la tête de notre témoin sauvé auparavant.

C’est le cœur remplit de dégout de tristesse mais aussi de colère que je retournai avec Johtun aux palais pour annoncer la terrible nouvelle.


Nous retrouvons donc le reste de nos compagnon et Ranulf aux palais celui-ci nous apprend alors que son adjoints Ledsbniz est porter disparut avec sa garde personnelle.

Shouldsman qui n’avait visiblement pas eu le temps de finir sa nuit arriva en robe de chambre et une longue et Houleuse discutions s’engagea avec Ranulf sur notre droit à sortir malgré le couvre-feu.

Ranulf fit entendre raison a Shouldsman qui nous fit un nouveau laisser passer

Lors de la sortie mes compagnon et moi-même furent accueillit à coup de flèches et Johtun fut touché à la jambe mais Korihil le soigna.
Rapidement je pris soins de montré le laisser passer et la volé de flèche s’arrêta fort heureusement.



Nous arrivâmes enfin devant le fameux temple d’Ulric qui était gardé par de nombreuses patrouilles. Max repéra alors un mur plus bas pouvant être escaladé. Ils eurent alors besoins de mon aide pour y parvenir j’ôtai mon armure et me mit à la tâche. Ensemble nous ouvrirent alors la porte du temples tout le monde entra et nous la refermâmes aussitôt.

Pendant que je me rhabillai Max parti en reconnaissance ,il nous expliqua ensuite que deux mastodontes nous attendait de pied fermes un peu plus loin. Il fallait donc se montrer extrêmement prudent.

Albert eu alors une idée fabuleuse qui on le remarqua pendant la bataille nous sauva la vie…
Il nous expliqua que le mieux était de leur tendre une embuscade .Nous prenions alors tous nos position Korihil et moi derrière la porte de part et de l’autre cotés Johtun et Max .Quand à Ulliana et Albert ils restèrent à porter de tire mais en retrais à fin de parait a toutes situation et d’éviter le contact.



Puis Albert lança son sort des bruit de fond se firent entendre et les deux mastodontes nous chargèrent alors en même temps.

La chance fut avec nous car nous les réceptionnèrent et surtout ils manquèrent leur cible.

Le combat fut rude leurs armures étaient solides mais nous eûmes du succès malgré que Korhil et Max furent gravement blessé.

Après avoir fait tomber le colosse qui me fit face je m’approchai davantage du cœur du temple….
La seine me glaça le sang mais je pris sur moi moi-même pour me rendre sur place ..Au cœurs de ce temples avait lieux une horrible cérémonie impie et chaotique le sang coula à flot et nombreux de mes compagnons furent terrorisé….Max, Korhil et même Johtun ……
Heureusement pour moi Ulliana et Albert continuèrent le combat à distance raisonnables.


Je fit donc front seule aux contact de Ledbniz et de ses deux sbires., les coups pleuvaient avec fracas et mon corps commencer à devenir de plus en plus lourds sous le poids de mon armure malgré quelque coup infligé et de nombreuses flèches planté Ledbniz lui tenait bon….Il me donna un coup d’une violence inouïe je perdit alors consciences ….Et la dernière image que je vit fut mon compagnons Johtun approché….



J’appris bien plus tard à mon réveil au palais que Johtun avait lui aussi fait face seule et avait subit le même sort que moi…La cérémonie avait alors finalement eux lieux et Ledsbnitz et ses sbires avait laissé la place à un affreux démon…

Ulliana et Albert m’expliquèrent alors que du renfort était enfin arrivé et qu’emplit d’un espoir et d’une force et d’une volonté soudaine Ulliana avait décoché une volée de flèches qui toucha le démon en pleine tête et le tua sur le coup.


On m’apprit par la suite que on était convoqué à une fête en notre honneur au palais et qu’il fallait se mettre sur son 31.

Je fus alors lors d’une cérémonie reconnu officiellement et promu par un haut chevalier du Graal remplit de lumière qui me délivra enfin de mon mal….Et une nouvelle armure flambant neuves me fut offerte.

Je remarquai aussi que Albert fit une entrevu avec un vielles homme je sue plus tard qu’il s’agissait d’un Archimage qui lui donna sa licence officielle de magie.

Ulliana quand elle fut abordé par un elf à la démarche parfaite et au regard perçant….

Johtun quant à lui croula sous les demandes de missions cela m’amusa.


Après la cérémonie nous fîmes tous une halte à la taverne pour fêter nos exploits.
Au cours de la soirée Max disparut ….sans que nous y fassions attention puis réapparut et nous raconta qu’il avait désormais un lien avec la guilde de serrureries…..
J'ai perdu concrètement mais pas moralement, je vaincrai la prochaine fois ....

car perdre la bataille, perdre la guerre, ce n'est pas une défaite, si on ne se perd pas soi même.
Humanor
Polisseur d'autel
Messages : 86
Inscription : 27 mai 2013, 14:35

Re: Warhammer 2.0, Les souvenirs de Albert

24 mai 2018, 23:17

Guide des tavernes de Altdorf :

Nous sommes désormais installé à la Taverne du Coq en Pâte. Un endroit chaleureux où les apprentis mages célestes viennent passer leur temps libre.
Wolfgang Scheunacht (mage de feu) nous a indiqué où nous pourrions le retrouver si nous le souhaitions.
Nous sommes allés voir Dieter Kleperer (mage céleste) qui a confirmé nos soupçons quand à la dangerosité du poignard et nous a recommandé auprès de 2 amis à lui : Konrad Mesner (mage lumineux) et Lord Frederik.
Nous avons essayé de rejoindre Konrad Mesner au collège lumineux mais celui-ci est très difficile à trouver. Nous avons dû négocier auprès d'un guide pour qu'il nous y conduise. Le collège lumineux est une sorte de grande pyramide que l'on ne peut trouver que si on sait comment la chercher. Konrad nous a reçu, mais n'a pas pu nous renseigner. Il va faire des recherches de son côté pour en apprendre d'avantage. Il nous a également conseillé de contacter une connaissance à lui : Teodora Pherig.
Suite à une journée bien remplie, nous sommes retournés au Coq en Pâte et nous nous sommes rendus compte que nos chambres avaient été fouillées : le casque de chevalier panthère est manquant.
L'aubergiste nous a dit qu'une bagarre avait éclatée dans la journée entre un Nain et un Norse. Nous supposons qu'ils ont fait diversion pour qu'une troisième personne aille fouiller nos chambres. Nous avons suivi la piste de ces 2 individus très reconnaissables jusqu'à une taverne des quartiers malfamés appelée : La Barrique Fendue.
Le nain est entré pour enquêter à sa manière et a réussi à faire ami-ami avec Nargond et Sylfried (Nain et Norse). Alors que les 2 brigands sortirent saoûl de la taverne accompagnés de notre ami, nous les avons suivi jusqu'à chez eux et nous les avons capturés.
Un interrogatoire à base de torture psychologique s'est montré très efficace : nous avons appris que les 2 individus ont été engagés par Solveig Thudran pour semer la zizanie dans la taverne et qu'elle puisse s'y infiltrer. Ils nous ont également appris que Solveig les avait recrutés au Coq Hardi : un endroit miteux connu pour ses combats de coqs.
Nous avons déplacé notre planque au Cochon qui Couine pour plus de sécurité.
Le lendemain, nous avons repris l'enquête en nous rendant chez Lord Frederik : Il habite une immense villa dans le quartier huppé de la ville. Il n'était pas chez lui mais nous avons pu le retrouver à La Gorgone : un club select pour les plus fortunés.
Nous n'avons pas pu entrer vu notre dégaine, mais Lord Frederik a accepté de sortir pour nous parler. Nous lui avons conté nos exploits face aux hommes-bêtes près du Canard sur le Toit, entre Midenheim et Altdorf. Après notre histoire, il était enclin à nous parler de ses connaissances. Il est vrai qu'il connait beaucoup de monde et il nous a conseillé de rencontrer :
- Amadeus Bach : un chevalier panthère qui vit dans la citadelle,
- Maximilien Saer : un marchand qui trempe un peu dans tout,
- Johan Schmidt : un jeune noble qu'il connait bien et qui aimerait partir à l'aventure,
- Goteri Martelpoigne (dont j'ai tout oublié),
- Teodora Pherig : une ancienne répurgatrice et amie à lui.
Lord Frederik a été rappelé à l'intérieur et a dû nous quitter.
Nous décidâmes de nous rendre chez Teodora, mais il était impossible de la voir sans rendez-vous. Nous avons donc pris rendez-vous pour le lendemain.
Pour continuer notre enquête sur Solveig, nous sommes allés au Coq Hardi ; mais ne sachant pas à quoi elle ressemble, nous ne sommes pas arrivés à la localiser.
Le Coq Hardi possède une salle réservée aux VIP, où nous y avons croisé Lord Frederik, qui faisait concourir son champion Poupoule. Mais hélas, Poupoule a perdu en finale.
Nous pensons avoir déterminé qui était Solveig, et l'avons suivie dans la rue. Il semblerait qu'elle prépare un assassinat pour le lendemain au soir.
Aiden s'est rué sur elle en pleine rue mais une foule de bouseux est venue l'aider et elle nous a échappé.
Le lendemain, nous sommes allés chez Teodora mais sa villa avait bougé et nous avons eu du mal à la retrouver : nous sommes donc arrivés en retard. Trop tard pour qu'elle nous reçoive et nous avons eu un autre rendez-vous pour l'après-midi. Histoire de ne pas se faire avoir 2 fois, nous avons mangé au restaurant le plus proche avec une vue sur la maison. La Dinde Bien Farcie est un restaurant chic où nous avons dégusté de la dinde, du poisson de rivière ainsi que du vin aux frais de Aiden.
Un enfant nous apporte un message et en l'ouvrant, un démon apparaît ! Nous avons tué le démon pendant que certains de nos compagnons sont sortis s'assurer que la villa était toujours là.
Une fois le démon tué, la vie a repris son cours normalement dans le quartier comme si de rien n'était. Le gamin nous a dit que la lettre lui avait été remise par une femme musclée (probablement Solveig).
Nous avons enfin pu rencontrer Teodora, dont les manières dénotent par rapport à son style de vie. Elle nous a raconté son combat contre les démons du Chaos au Moot et comment elle a tué un vampire. Elle nous a aussi raconté tout un tas d'autres histoires tout en hurlant à ses serviteurs de nous apporter à boire.
Elle connaît peut-être quelqu'un capable de détruire les artefacts et nous a conseillé de parler à Klara Robon (une prêtresse de Sigmar).
Klara faisait partie d'un groupe d'aventuriers qui connaîtrait un rituel pour détruire les artéfacts. L'un des membres de ce groupe est un Haut-Elfe mais il est hélas reparti en Ultuan.
Le soir venu, nous avons tenté d'empêcher l'assassinat prévu par Solveig, et nous sommes donc allé au Gland Qui Fume : un restaurant fréquenté par les hommes volages. La cible était en train de dîner avec une jeune femme qui portait une robe neuve et une parure de bijoux hors de prix.
Nous les avons surveillés à l'intérieur du restaurant pendant que l'autre moitié du groupe, située à l'extérieur, préparait la contre-attaque.
Nous sommes intervenus à temps pour les sauver et arrêter les assassins. Nous avons repéré Solveig qui observait la scène de loin et l'avons aussi attrapée. Solveig était en fait la femme de la victime et n'est pas du tout la personne que nous cherchons. Il y a donc plusieurs Solveig dans cette ville ! Cette enquête est donc plus difficile que nous le pensions !
Avatar de l’utilisateur
Atomsk
Victime Sacrificielle
Messages : 5
Inscription : 09 oct. 2017, 08:28

Re: Warhammer 2.0, Les souvenirs de Albert

27 mai 2018, 21:36

La nuit fût longue, le réveil assez tardif... Pas le temps pour un petit déjeuner (ou un goûter, c'est comme vous préférez), car Wolfgang nous attend au bar de l'auberge. Comment nous a-t-il retrouvé ?
Il semble s'être renseigné sur nous, et notre quête l'intéresse. Il pense pouvoir détruire l'artefact quand on l'aura retrouvé - il ne parait pas pour autant avoir confiance en nous, et je dois bien avouer qu'on le lui rend bien !

La journée a beau être courte, nous essayons tout de même de la mettra à profit en allant voir Johan Schmidt. Son hôtel particulier est très classe, un peu trop pour nous, comme nous le fait comprendre son major d'homme ; nous obtenons tout de même une audience auprès du maître, mais seulement le soir à l'opéra.
Le major d'homme nous l'a bien fait sentir, et nous prenons soin de récupérer une recommandation auprès de Lord Frederik.

Vu l'ambiance du jour, on préfère se séparer en deux groupes : pendant qu'Aiden, Albert et moi-même nous rendons à l'opéra, Korhil, Jothun et Ulliana retrouveront le public plus populaire du Coq Hardi !
A l'opéra nous sommes reçus assez cordialement par un groom, qui prend tout de même soin de nous cacher des personnes des plus distinguées que compte cette ville, toute rassemblée pour cette représentation apparemment ! Mais il ne tarde pas à revenir et à nous guider vers la loge de J. Schmidt. Ce dernier nous reçoit en compagnie de deux demoiselles, mais il ne tarde pas à nous démontrer son intérêt pour l'aventure... Il nous raconte ses exploits de la pointe de son fleuret, et nous glisse aussi qu'il connaît Gabrielle Marsner. On comprend vite qu'il nous faudra faire un peu de babysitting, mais l'homme à ses entrées, et ça, ça nous serait bien utile par la suite !
Le rendez-vous est pris - demain à midi, chez lui, on pourra peut-être se faire inviter à manger ! - nous laissons les nobles à leur opéra, et partons retrouver l'ambiance déjà familière du Coq Hardi !

Aux cris de la foule, on comprend vite que Daffy Duck fait sensation ce soir, mais que Jean-Pool 2 reste le favori ! Les combats de coq ne sont pas la seule attraction de la soirée, et nous repérons vite Jothun en compagnie de nos bons amis Nargande et Siegfried, mais surtout avec une femme dont le visage balafré laisse à penser qu'il s'agit de Solveig - la vraie cette fois ! Notre ami nain repart d'ailleurs en sa compagnie.
Laissant Aiden aller se coucher (c'est lui qui se chargera du babysitting demain), nous suivons discrètement Jothun et Solveig jusque chez elle. Un quart d'heure plus tard, des ronflements de cochons avinés nous informent que la voie est libre et peu dangereuse. On attache Solveig et on cache le nain, puis nos organisons des rondes de surveillance jusqu'à ce que Milady daigne se réveiller... pour passer à l'interrogatoire.
Elle a été embauchée par un certains Dieter, un homme assez vieux avec une barbe poivre et sel ; les contacts ont eu lieu dans les maisons brûlées près du Collège Flamboyant... Comme une intuition que Wolfgang est encore derrière tout ça...
Après quelques menaces, Solveig me parle via le langage secret des voleurs ! l'ambiance se détend, nous arrivons même à un accord pour qu'elle nous conduise au lieu de rencontre de ce Dieter.

Sur place, Ulliana nous montre ses talents (parfois bien cachés) de pisteuse. Alliée à Albert, ils découvrent que ce fameux Dieter s'est bien rendu au Collège Flamboyant. La piste s'arrête là, mais un nom revient sans cesse dans nos têtes !

Aiden et Johan nous ont rejoints, et alors que je faisais part à notre petote équipe de l'étonnante présence d'un éléphant rose dans le ciel de la capitale, nous sommes attaqués par surprise par un groupe de sept voyous. Leur attaque nous a fiat un peu mal, mais le temps de nous rependre, et dejà six d'entre eux ont fuis ! Ulliana arrive à pulvériser la jambe du dernier avant qu'il ne s'enfuit aussi - nous devons la calmer pour qu'elle n'achève pas le pauvre homme, et Korhil est obligé de le soigner pour que nous puissions l'interroger.
Ils ont été commandité par une petite femme costaude qui traîne aux Trois Barbes - la description fait un peu penser aux adeptes de Khorne. Quelqu'un se cache derrière tout ça, et la liste est assez restreinte : Klemperer, Zweinstein et Lord Frederik étaient les seuls informés la première fois qu'elle nous a piégé, il est temps de savoir qui !

En tout cas, ce combat a impressionné Johan, et il nous considère comme des compagnons d'aventure ! A nous de tirer avantage de ça !
Nous décidons de continuer notre enquête en allant voir Maximilian Saher, mais nous ne sommes pas du même monde, et c'est un échec pur et simple.
Par contre, Johan nous introduit auprès de Gabrielle Marsner. Le Collège d'Améthyste, près du cimetière, fait un peu froid dans le dos. La femme qui nous reçoit correspond bien à l'ambiance : encapuchonnée dans le coin le plus sombre d'une pièce mal éclairée, elle se montre d'abord méfiante. Notre tatouage de Sigmar et le récit de notre aventure nous permettra toute de même de convaincre la magicienne ! Malgré une apparence très jeune (et très belle !) elle semble avoir les compétences pour détruite les artefacts - avec tout de même de très grands risques ! Elle pourrait même le faire au collège lumineux si besoin !

La journée a finalement été assez prolifique ! Et pensons à Johan qui dormira sur ses deux oreilles après de telles aventures !

Le lendemain, il est temps pour nous d'aller voir Klara Roban, et de confirmer les talents de Gabrielle. Mais encore une fois, nous sommes attaqués sur la route ! Albert reçoit un carreau d'arbalète et avant même que nous ayons eu le temps de riposter, l'assaillant s'enfuit par les toits ! Albert, un peu piqué, déclenche alors une tornade sur notre ennemi !
Alors que j'aperçois une nouvelle fois ce satané éléphant rose, je me rends compte qu'il s'agit en fait d'un cochon de lait emporté par la tornade - j'en profite pour faire mon marché ! Je rejoins discrètement le groupe qui a déjà encerclé l'homme (sauf Aiden, qui est allongé par terre !) L'homme s’appelle Dreft, et lui aussi a été embauchée par notre amie des Trois Barbes !
Il est grand temps qu'on lui passe une petite visite !
Avatar de l’utilisateur
Loic245
Repriseur de robe du Culte
Messages : 30
Inscription : 30 janv. 2015, 16:25

Re: Warhammer 2.0, Les souvenirs de Albert

01 juil. 2018, 18:13

Par une jolie après midi à Altdorf le groupe décida d’aller voir Clara Robane Prêtresse de Sigmar afin d’en apprendre davantage sur le rituel qui permettrais de détruire le poignard….

Malheureusement pour nous, la rencontre s’avéra infructueuse, nous retournâmes donc aux 3 barbes pour boires et surtout recueillir des indices. Ulliana et Albert ayant entendu pas mal de grabuge dans la taverne décidèrent de rester devant la porte, la ils rencontrèrent un ancien camarade de Albert , Ulliana en appris alors de bien bonne sur le passé de celui-ci , glorieux que de se noyé dans un tonneau de bière….
A propos de bière, les gens commence à me regardez de travers il est vrais que je bois à l’accoutumer que très peu…..Finalement je fus forcé à boire pour m’intégrer,

Disons simplement que je m’intégrera parfaitement bien ….
.
On rentra après aux cochon qui couine avec une nouvelle camarade en effet Johtunn avait trouver dans la taverne sa cousine, Orzav ,
A cause d’un mal de tête atroce je ne pus m’endormir, et puis il avait des bruits suspects quelque chose nous menaçait discrètement et sournoisement, des tentacules !!!!! Je donnai l’alerte puis m’aventura prudemment armée mais à demi nue pour essayer de comprendre et dans découdre…
Les tentacules et les bruits semblaient venir de la salle de bain…. J’entra et vi un visage difforme et monstrueux à travers le miroir …La lumière de la dame du lac me protège de tout maux, La lumière de la dame du lac me protège de tout maux, il ne fallait pas céder à la terreur….
Tout le monde fut très vite réveillé non sans une douleur atroce pour certain de mes amis.
Cette chose m’agrippa aussi quand je lui assénai mes premiers coups de Morgenstern, une douleur atroce sans doute due à une brulure me parcourra le bras…Je décida de briser le miroir que je pensé être la porte de la créature…mais ce fut échec celle-ci continua encore de nous attaquer !!!!
Après plusieurs assauts d’acier et de magie non sans être gravement ou partiellement blessé de tous mes camarades c’est Orzav qui la tua enfin….
Ozav ensuite nous soigna, décidément Johtunn , ta cousine à hériter du meilleur de ta famille….


IL fallait pour la suite faire preuve de discrétion et de prudence, en chemins, Albert, Ulliana , et Max élaborèrent un plan afin de nous prémunir de toute nouvelles attaques nocturnes, il fut décider de réservé plusieurs auberge en notre nom ,et d’inviter des gens payé ou rencontré auparavant pour y dormir….

Nous arrivâmes peut après aux collège lumineux pour parler à Conrade Mesner celui-ci nous expliqua qu’i était en conflit avec un certain Gautrique Motelpoigne , il nous demanda alors de nuire à sa réputation….

Détruire quelqu’un socialement mais dans quel but ?

Après quelques rumeurs rependues comme quoi on avait retrouvé l’artefact, dans la taverne notre plan pour une nuit tranquille avait bien fonctionner puisque nous ne fumes pas attaquer mais une lettre du collège flamboyant nous pressant de donner l’artefact aux plus vite fut trouvée.


Wolfgang que l’on aborda le matin même nous exposa son plan, lui donner l’artefact dans un endroit peu fréquenté aux abords de la ville….

Les gens peuvent être trompé voir manipuler, mais pas notre ami Albert qui compris bien vite que cet homme qui nous avait pourtant autre fois aider, fut un parfait menteur……


On passa voir une nouvel fois notre amis lord Fréderich pour une recommandation aux prés de Gautrique Mortelpoigne et nous lui racontèrent les avancer de notre enquête.

Nous arrivâmes devant un manoir austère mais surprotégé un homme d’une voie sèche nous aborda et pris la recommandation puis nous ouvrit, Gautrique Mortelpoigne un vieux nain nous révéla que le collège lumineux était selon lui corrompu parle chaos !!!!!

Une chose me parut évidente cet homme vivait dans la peur permanente… ;

On retourna une nouvel fois aux 3 barbes cherchaient d’autre informations, là on apprit d’une certaine Von Elsigue que Wolfgang faisait parvenir des caisses lourdes de manière discrètes mais régulières.

Elle nous donna même les instructions pour rentrer par la porte de services .Cependant il fut décider que Lord Fréderich cette fois nous accompagnerais ,

1er escalier à gauche, 2emes étage, porte du fond, couloir de gauche….

Le bureau était bien vide mais peu après en m’appuyant contre une bibliothèque je fus étonné et surpris de déclencher un mécanisme qui ouvris aussitôt un passage.
Des escaliers, peu de lumière un sombre souterrain …. Un pentagramme dessiner sur le sol, une créature cauchemardesque nous fit alors face, nous triomphèrent alors de celle-ci après un combat digne des plus belles légendes. Woflgang fit son apparition peu après et nous envoya directement les feux des enfers directement dessus, mais à cœur vaillant rien d’impossible et nous eûmes alors raison de lui après de multiples assauts.
Frédrich nous recommanda peu après au prés de Guillaume Deschamps .
J'ai perdu concrètement mais pas moralement, je vaincrai la prochaine fois ....

car perdre la bataille, perdre la guerre, ce n'est pas une défaite, si on ne se perd pas soi même.
Avatar de l’utilisateur
Ewylan
Victime Sacrificielle
Messages : 9
Inscription : 01 oct. 2017, 21:26

Re: Warhammer 2.0, Les souvenirs de Albert

05 août 2018, 08:48

Que d'émotions ce dernier combat ! J'ai bien cru que c'était cuit pour nous...
Lors Frederich est sorti très fier de celui-ci et on ne parle que de lui en ville ! Il nous semble très reconnaissant de cette gloire et de ces aventures, on n'hésitera pas à retourner le voir ;)

Après une bonne nuit de sommeil, on se dit que l'instigatrice de ces attaques contre nous doit bien être aux 3 barbes et qu'il faut qu'on y retourne ! Albert me dit en route qu'il a lancé un sort de présage et qu'il est sûr que Karlotte (c'est son nom) y sera. Moi les présage d'Albert, je m'en méfie !

Le bar est ouvert même si la plupart des compagnons a dit le contraire en route. On a récupéré Korhill qui s'est remis de sa cuite passée, et comme pour l'instant personne ne nous a vu avec lui, il reste dehors à l'affût pour repérer Karlotte ou d'éventuels mouvements suspects. il fait le tour des 3 Barbes et se pose au marché, on le retrouvera plus tard.
L'ambiance aux 3 barbes est habituelle : des poivrots, de la bière, des nains qui râlent et se cherchent.... quelques autres qui regardent... pas grand intérêt, et surtout, pas de petite femme bien en chair...

Au bout d'un moment, j'entends du bruit venant de l'extérieur. Genre du bruit pas normal. Je sors voir, mes compagnons me suivront de peu, et on aperçoit Korhill qui se fait attaquer par plusieurs personnes... On se rapproche vite, le chaos est perceptible. Une femme, un docker et un gamin sont sur lui et essayent de le mordre et de l'attaquer... ils ont l'air bien bizarre. Au moment où j'arrive, notre ami part à la poursuite du gamin. Ni une ni deux, je prends mon courage à deux mains, les rattrape et je plaque le gamin au sol... A partir de là, je ne comprends plus grand chose et reprends mes esprits un moment plus tard, alors que Korhill, les yeux injectés de sang, essaye de me frapper, et Max est en train de se battre avec Aiden...
Je comprends seulement plus tard que le gosse, un mutant, nous a envoûté d'un sort de violence irresistible. Capturé, on l'emmène à Gabrielle Mesner pour qu'elle l'interroge mais n'en tirera aucune information.. on va devoir retourner aux 3 barbes, seul lieu qui peut nous apporter des indices d'après nous.
Et cette fois est la bonne ! On la suit mais il semble qu'elle nous a repérés, car elle plonge très rapidement dans la rivière. Korhill la suit à la nage et moi je ne la perds pas de vue. Albert use de ses pouvoirs et à nous tous, après une lutte acharnée, on l'emmène chez Théodora pour un petit interrogatoire comme elle sait les faire. Sur elle, elle porte une couronne de Pashtilard, Albert nous dit que grâce à cet objet, le chaos ne peut pas frapper celui qui la porte ni l'entendre. On a peu d'infos de ce nouvel interrogatoire... mais c'en est fini pour elle, elle ne nous fera plus de mal désormais !

Après une bonne nuit de sommeil réparatrice dont certains ont bien besoin (les mâles sont décidément de petites natures...), on va voir Klara Robane au temple de Sigmar pour qu'elle nous en dise plus sur la couronne trouvée hier.
La dame est plutôt rustre. Korhill décide de porter la couronne pour voir si elle fonctionne face à Klara, et celle-ci hurle aux gardes qu'on est des espions de Khorne... elle n'a pas trop compris notre stratagème et a eu bien du mal à ne plus se méfier de nous, entraînant avec elle Théodora qui va avoir du mal à nous faire confiance également... mince !

Complètement perdus, on retourne voir Lors Frederich qui refuse une entrevue entre les ennemis jurés, mais nous informe que le fou Martelpoigne est soutenu par Klara Robane et par Elisabeth Baërn, une noble qui, comme lui, aime se vanter de ses rares exploits.

Continuant notre enquête, on va interroger le beau MAximilien Saël pour savoir ce qu'il sait de cette dernière. Je perçois un certain dégoût quand il nous voit. C'est vrai que la dernière fois, on avait fait quelques efforts vestimentaires pour lui rendre visite... il nous explique rapidement que cette Elisabeth Baërn n'est pas une bonne personne et qu'elle se prend pas pour n'importe qui. Il ne connaît pas Klemperer ni Martelpoigne... nous voilà bien avancés !
La petite troupe se décide à rencontrer cette noble qui n'a de noble que l'étiquette.... derrière tout ça, on voit surtout une pauvre femme qui essaye de sauver les apparences mais qui n'a plus rien de sa superbe. Elle semble essayer de vouloir sauver les meubles, mais même les meubles chez elle sont en train de s'effondrer...

Nous terminons notre enquête en rendant visite à Guillaume Deschamps, celui dont Lors Frederich nous avait parlé. Un homme végétal j'ai envie de dire... je me suis sentie tellement bien chez lui : comme si j'étais revenue un peu dans ma forêt... Il connaît Klemperer et nous explique que pour lui, il faut faire un sacrifice pour détruire un artefact

Face à tous ces éléments, on comprend donc que :
- Lord Frederich nous semble finalement quelqu'un de fiable.
- on va devoir discréditer Martelpoigne, idée qui ne nous plait guère, mais c'est le seul moyen pour que Mesner accepte de sortir l'artefact du collège lumineux et pour le détruire.

Pour cela, Max décide d'aller voir des "amis". Je n'apprendrai que plus tard ce qui s'est réellement passé : s'il revient avec le sourire aux lèvres mais en boitillant, c'est parce que la guilde a laquelle il a demandé de nous aider ne l'a pas fait gratuitement. Max et Korhill ont dû aller vider une maison d'un riche bourgeois et qu'ils ont eu quelques petites difficultés pour le faire...

Jour après jour, la rumeur de la faillite de la famille Baërn commence à se propager en ville. Klara se rend compte également que Martelpoigne n'est plus fiable lors d'une petite entrevue. Plus personne ne soutient Martelpoigne et il ne nous manque plus grand chose pour discréditer ce dernier dont la folie l'a bien atteint.
En parallèle, on demande à Lord Frederich d'introduire Maximilien Saër dan le club très prisé de la Gorgonne, celui ci nous en est très reconnaissant.

Gabrielle Marsner accepte de nous aider à détruire l'artefact que Mesner concède à sortir du temple lumineux, maintenant qu'on a discrédité Martelpoigne.
Ils utilisent leurs sorts, on assiste à un moment de magie intense et à une lutte qui fragilisera beaucoup ces mages, mais notre mission est enfin accomplie !
Avatar de l’utilisateur
Lefolast
Victime Sacrificielle
Messages : 9
Inscription : 26 août 2017, 10:45

Re: Warhammer 2.0, Les souvenirs de Albert

06 déc. 2018, 14:03

Suite à notre succès, nous fîmes la tournée des maisons des nobles. Si je me souviens bien Aiden a passé son temps à faire la cour aux jeunes demoiselles. Si j’ai bien compris c’est durant la dernière soirée, après avoir parlé pendant seulement trente minutes avec une jeune fille qu’il a reçu une invitation pour se présenter à une maison de la haute bourgeoisie, à défaut de la noblesse… bref les humaines… ils sont toujours pressés. Je me souviens aussi d’Albert qui nous a fait une démonstration de sa capacité chanter. Le tavernier avait bien raison, il ne sait pas chanter. Heureusement Ulliana l’a arrêté lorsqu’il essayait d’enlever sa robe de mage. J’ai battue encore une fois Johtunn a la bière avec seulement un légers mal de tête le lendemain... Ce qui m’a le plus impressionné fut les effets de la potion qu’a préparé Max le lendemain pour ne plus avoir mal à la tête après une soirée trop arrosé. Si j’ai bien compris cette potion fait que tu ressens les effets que l’on devrait avoir durant toute la journée en seulement 5min. Ça doit décoiffer. Je suspect Max de la prendre régulièrement car il avait l’air de la supporter assez bien. Par contre Albert n’a pas arrêter de couiner durant ces 5 min, on a bien rigolé.

Une fois bien reposé nous reprîmes notre quête. Trouver le calice de fureur de l’ordre de Khorne. Ayant contribué à la destruction de la dague maléfique nous pouvons avoir accès à la grande bibliothèque de la capital. Albert, Max et Aiden sachant lire allèrent chercher des indices dans ces livres. Cela m’apprendra de savoir lire que l’elfique. Je pense qu’il va falloir que je me consacre un peu plus à la langue des hommes. En revenant de la bibliothèque Albert nous fit part qu’ils étaient suivie. Malheureusement il n’avait pas réussi à identifiant la source. Le lendemain Albert avait besoin de retourner à la bibliothèque pour continuer ses recherches. Le nain et moi décidâmes de faire nos recherches sur ce suspect qui nous surveille, la recherche a fini dans un bar ou Johtunn regagna sa dignité naine en gagnant enfin contre moi à la bière. Le soir venu Albert nous annonça qu’il avait reçu une invitation d’une très belle jeune noble qui souhaitait le rencontrer dans un club très riche. Quand il nous annonça cela, comme on pouvait s’y attendre… les hormones du chevalier s’éveillèrent de nouveaux et il passa la soirée à nous rappeler que dans quelques jours il avait son rancard. J’ai décliné gentiment la proposition de Max à me faire une tisane contre le mal de tête.

Le matin suivant, Albert alla à son rendez-vous. Il nous raconta qu’elle lui avait proposé de nous amener à Nuln à ses frais si nous lui servions d’escorte. Elle doit partir dans quelques jours. Albert déclina dans un premier temps car il ne supporte pas les manières des nobles, de plus nous avions aucun intérêt à aller a Nuln sachant que nous n’avions aucun indice d’où trouver le calice de fureur. Etant donné qu’elle doit partir dans quelques jours, elle lui dit que d’ici cette date son offre tenait toujours. Aiden lui rappela pour la Xieme fois qu’on ne devait pas partir avant son rancard. Durant l’après-midi Albert, Aiden et Uliana partirent à la bibliothèque.. Il trouva enfin quelques indices de recherche. Le calice serait gardé dans un monastère du nom de Saint Albelar, nom d’un homme connu ayant vécu à l’époque de Sigmar. Sur le retour vers l’auberge. Ils découvrir un homme qui les observait, mais cet homme disparu dans une ruelle lorsqu’ils ont essayé de l’approcher.

N’ayant pas trouvé plus d’indice sur le calice, nous avons décidé d’aller faire un tour au monastère le lendemain. D’après les écris il serait tout juste à quelques heures à cheval de la capital. Autant vous dire que l’on n’a pas trainé sur la route, Aiden voulais absolument rentrer au plus vite car son rancard était demain et il voulait faire un tour chez le coiffeur avant… ouai… chez le coiffeur… alors que l’on a le monde a sauver. Notre manque de vigilance à bien risqué nous coûter cher, car sur le chemin une hydre à cinq têtes nous attaqua non long du monastère. Heureusement, pour nous, l’elfe et Johtunn était vexer, je ne sais plus pour quoi d’ailleurs. En une flèche et deux coups de hache l’hydre fut en pièce. J’eu tout juste le temps d’appliquer quelques soins au chevalier du temps qu’il remonté en selle pour repartir vers le monastère au galop. Très vite suivie par Max et Uliana. Du temps que Johtunn récupérer les têtes de l’hydre, moi je récupérais les écailles dorsal. Nous avions en tête de se forger des trucs sympathiques à notre retour. Les écailles des hydres sont connues pour être très résistante. Nous réprime le chemin une fois tout cela fini en essayant de les rattraper.

Le monastère se trouvait au sommet d’une colline entouré par la forêt. Il était en ruine. Juste une tour et deux bâtiments dont le bâtiment principal était à peu plus ou moins en état. Une fois dans la cours il était évident qu’il y avait eu un combat terrible contre le chaos ici au vu des nombreux cadavres qui jonchaient le sol. Il y régnait un silence malsain qui de temps en temps était briser par les coassement d’un corbeau. Même le nain ne disait rien, c’est pour dire l’ambiance. Albert nous fit par d’un détail qu’il remarqua. Parmi les cadavres des défenseurs se trouvait des cadavres portant le tabard de Nuln. Pour commencer les recherches Max me proposa d’aller voir avec lui la tour. Elle tenait encore debout. Du temps que les autres continu à inspecter la cours. Le nain eu la gentillesse de nous informer qu’il avait envie de vider sa vessie en se dirigeant vers un mur. Du temps que nous inspections la porte de la tour Max me fit part qu’il avait l’impression d’avoir entendu des échos de paroles derrière nous. Son sentiment fut confirmé quand des hurlements nous firent nous retourner en sur saut. 9 gors, menaient par un bestigor sortaient du bâtiment central. Pris au dépourvu le nain se fit engagé par deux agresseurs alors qu’il avait le pantalon ouvert. Le plus impressionnant fut que cela ne l’empêcha pas de faire son affaire et de remonter son pantalon d’une main du temps qu’il bloquer les attaquez de l’autre avec son bouclier. Malgré le fait que Uliana et moi tuâmes un gor avant qu’il n’arrive au contact nous étions quand même mal engagé. L’hydre nous avait bien fatigués malgré tout. Heureusement une lumière divine venu du bâtiment principal inonda la cours soignant nos blessures et blessants nos ravisseurs ce qui rééquilibra le combat. C’est avec difficulté que nous primes le dessus. Une fois le dernier homme bêtes vaincu, nous nous sommes assis 5min pour reprendre notre souffle car il faut avouer nous avons pris vraiment chère…. Enfin ils ont pris vraiment chère moi ça allé plutôt bien étant donné que je n’étais pas dans le champ de tir d’Uliana, juste quelque crampe aux cuisses et un bleu a l’épaule. Maintenant que j’y pense c’est vrai que ce bleu a l’épaule était particulièrement douloureux… bref. Du temps que mes amis reprenaient leurs souffle je m’attaquai a les soigner… bon le nain était dans un sale état je ne savais pas ou commencé alors j’entrepris a le momifier avec mes bandages, laissant juste un espace au niveaux des yeux pour qu’il puisse y voir. Une fois la pause faite. Nous somme allé jeter un œil dans la tour. Un triste spectacle nous attendait a l’étage. 5 moines du monastère pendaient au bout d’une corde attaché autour de leur cou. Un coffre se trouvait au fonds de la salle. Selon Albert ce coffre était piégé magiquement, pour ma part je ne détectais pas la moindre présence magique. Je respect Albert pour ses talent de magie mais je pense qu’il était surtout perturbé par le triste spectacle que nous offraient les pendus. Max ne voyait aucun piège mécanique, mais ne remettait pas en question l’analyse d’Albert. Comme j’insistais pour l’ouvrir, nous avons décidé que je l’ouvrirai seul une fois que tout le monde aura évacué la tour.

Une fois seul j’examinais une dernière fois le coffre afin de m’être sûr de ne pas avoir loupé un détail. Rien. J’ouvre le coffre avec délicatesse et prudence. A l’intérieur j’y ai trouvais de multiples choses sans valeur à l’exception d’un livre qui pourrai intéresser notre ami mage. Je redescendis de la tour, je jurerai qu’ils avaient lancé les paris que si oui ou non la tour allé exploser ou pas, car certains avait l’air content de me voir et d’autre déçu. Je tendis le livre à Albert qui nous résuma le contenu. C’était juste le journal personnel d’un des moines pendu. Albert nous dit que le moine avait écrit l’emplacement d’une salle souterraine de sous le bâtiment principal. Le calice y serai enfermé a l’intérieur. Mais une vois a l’intérieur nous trouvâmes une .une pièce vide, pas le moindre calice. Toutefois nous avions remarqué qu’il y avait encore des gardes morts avec le blason de Nuln. Johtunn avait trouvé une épée de bonne qualité dans le bâtiment principal une fois remonté du sous-sol. Ne voulant pas se nous attarder plus longtemps nous avons décidé de rentrer pour nous reposer et nous soigner. C’est à ce moment-là que le chevalier se rappela de son rancard, à notre grande surprise il retrouva toute sa vigueur et couru vers les chevaux en nous hurlant d’accélérer.
Une fois rentrer nous nous somme reposé toute la nuit et le matin suivant. Sentant le cadeau empoisonné le nain et moi-même refusâmes l’invitation du chevalier de venir à la soirée huppée où se trouvait son rancard. Nous avions des écailles et des têtes hydre à forger. De notre côté Le nain se forgea deux épaulettes avec deux tête d’d’hydre pour son armure. Puis il me forgea un casque avec une tête d’hydre et un manteau d’écailles complet finalisé par un couturier afin de le rendre élégant à porter tous les jours, il m’avait coutait cher d’ailleurs… bref. Johtunn m’avait aussi fait des gants couverts d’écaille. Me voilà enfin avec une belle armure présentable. Adieu le vagabond. De notre côté nous avons fini la soirée à l’auberge à fêter notre travail… bon je reconnais que le nain à plus travailler que moi, de ce fait je lui paya ces boissons pour la soirée. De ce que j’ai compris des retours de Max. Le chevalier a été déçu de son rancard car il ne souhait=ait pas que parler. Il serait tombé sur une demoiselle doit le père est ultra protecteur, ce qui est plutôt rare chez les nobles humain. Du coup il a passé la soirée à « négocier » le futur mariage s’il se case d’ici maximum deux ans. C'est à ce moment-là des explications Uliana est partie dans un fou rire. Bref si j’écrirai bien une chanson appeler « sacré rancard ».
Humanor
Polisseur d'autel
Messages : 86
Inscription : 27 mai 2013, 14:35

Re: Warhammer 2.0, Les souvenirs de Albert

21 déc. 2018, 15:34

Peut-être était-ce une tache trop importante pour nous ? Peut-être aurions-nous dû laisser faire des gens avec plus d'expérience ?

Depuis que nous nous sommes mis en quête de la destruction de ces artéfacts maudits, les choses vont de mal en pis.

Nous nous sommes mis en route vers Nuln, comme le laissait suggérer les traces que nous avons trouvées dans les ruines du monastère.
Nous avons accepté l'offre de Katrina, qui nous payerait le voyage d'une semaine vers Nuln à bord de l'Empereur Wihlem en échange de notre protection.

Ce n'est qu'une fois à bord que les choses ont commencé à dégénérer ...

Je ne sais pas si c'est la fatigue dû aux heures de marches, ou bien le fait d'avoir frôler la mort une fois de plus, ou encore l'utilisation des pouvoirs magiques qui commence à me ronger l'esprit, mais son nom ne m'est pas revenu. Son Nom, vous ne comprenez pas !!! J'ai dû ressortir un livre d'histoire pour me Le rappeler et pour que mes compagnons ne s'en rendent pas compte.

Je pense que je ne suis pas le seul affecté. J'ai entendu Korhil, mon compagnon Haut-Elfe, qui semble avoir développé des pouvoir magique depuis peu, insinuer que Ghal Maraz ne serait pas brandit par mon Empereur pour écraser les forces du Chaos, mais qu'Il serait gardé par les Nains. Je ne peux pas croire une telle hérésie, mais je vais me taire pour le moment, nous avons des problèmes beaucoup plus graves pour le moment.

A peine sommes nous montés à bord de l'Empereur Wihlem, que toutes nos armes et armures nous sont retirés et mis en "sécurité" dans l'armurerie du bateau. Aiden et Johtunn ont protesté vigoureusement, mais ils n'ont pas eu le choix. Même les nouvelles armures faites avec les cranes de l'Hydre nous ont été confisqué. De plus, il nous est formellement interdit d'utiliser la magie à bord.

Max était attendu pas un serviteur personnel, et nous a fauché compagnie pour rejoindre la suite en première classe qu'il c'était payé. Je ne le pensais pas aussi riche, ni aussi snoob.

Bien que nous voyageons en seconde classe, nous ne sommes pas trop mal loti. Les chambres sont confortables et pendant les repas, les boissons sont incluses, de quoi faire plaisir à Johtunn et Korhil.

Le bateau se mis en route, et une certaine discipline devait être respectée à bord. Les repas étaient servis à une heure précise et une fois le souper terminer, nous devons assister à la bénédiction du capitaine. Bien que cela n'est pas obligatoire, c'est chaudement recommandé et cela permet d'avoir l'oeil sur notre commanditaire et sur le reste des passagers.

La première journée est assez animée, deux jeunes nobles de l'Empire se sont affrontés en duel. Cela n'a pas manqué d'attirer l'attention de la foule et principalement de Aiden qui c'est proposé pour affronter le gagnant. Les hommes se mettent d'accord pour un combat au premier sang pour le lendemain à la même heure.
Pendant que les gens étaient attroupées, une barde, passagère de seconde classe, entrepris un tour de chant et de musique à l'aide d'un luth, essayant d'attirer l'attention des hommes les plus riches parmi les passagers.

Alors que nous écoutions le récital, Ulliana c'est fait accoster par un Elfe que nous ne connaissions pas. Il se présente comme était Légolis, et se dit être ambassadeur de la Forêt auprès des nations du vieux monde. Il commence à nous parler de ses aventures, avant d'être ambassadeur, surtout lorsqu'il aperçoit Johtunn qui parle avec Ulliana.
Il commence à nous raconter son amitié avec un Nain nommé Gimlas, et toutes les aventures qu'ils ont vécu ensemble.

"Bon si ça continu, il va nous dire qu'il est le prince d'un royaume que personne ne connait et qu'il a participé à la destruction d'un artefact chaotique super puissant avec son groupe constitué d'un Mage Lumineux, d'un prince Humain exilé au Kislev, d'un Nain que n'aivait pas envie d'être là, d'un groupe d'Halfelins et d'un chevalier de la Reiksguard qui c'est laissé séduire par la puissance de l'objet".

A en écouter son discours, je pense que je ne suis pas tombé loin, et je pense qu'il enjolive beaucoup sa situation. Quoi qu'il en soit, Ulliana semble boire ses paroles :love: , et lorsqu'elle se présente comme étant pisteuse, nous pouffons et nous écartons pour les laisser à leur doux rêve.
Légolis semble la croire et lui lance un défis à l'arc pour le lendemain, juste après le Duel de chevaliers.

Pendant le repas, je me retrouve à coté Katrina qui me fait des avances. Je les refuse nettes, je ne suis pas là pour sa et vu comment elles considères mes compagnons, c'est déjà un gros effort pour moi que d'être assis à sa table.

Max semble ne pas bien supporter le bateau et le poisson qui nous a été servi pour le dîner. Il préfère aller se reposer dans sa chambre pendant le mot du capitaine. Il n'est d'ailleurs pas le seul, un vieil homme qui ne sort que très peux de sa cabine est également absent pour la soirée.

(2ème jour)
Le lendemain matin, je surprends en train de parler avec une passagère Elfe. Une dame est richement vêtue et qui semble le mettre assez mal à l'aise. Il nous la présente comme étant Kamaréane Bois-Verde, une marchande influente qui semble avoir fait une proposition commerciale à Max qu'il n'a pas pu refuser. (Je suis de plus en plus surpris par mon compagnon, je ne le pensais pas dans les affaires.)

L'après-midi, le duel entre Aiden et le chevalier à lieu comme prévu et notre camarade ne semble pas avoir de difficultés pour remporter son combat. Alors que les Hommes se retrouvent autour du bar pour boire, sur le pont, le second duel est sur le point de commencer. Légolis, sur de lui, met en jeu son arc, un objet millénaire que sa famille détient depuis bien avant la Guerre de la Barbe. Personne n'a entendu ce qu'a mis en jeu Ulliana, mais je ne sais pas si elle possède quelque chose d'une telle valeur.

Bien que notre amie soit une experte à l'arc, surtout lorsque sa vie est en danger immédiat ou que la cible est inanimée, Il faut reconnaître que Légolis est bien plus adroit qu'elle. Malgré tout, elle ne semble pas trop déçue d'avoir perdu.

Au bar, un nouveau concours ce lance et là Légolis s'arrête après deux verres, Aiden jettera l'éponge juste après. Alors qu'il ne reste plus qu'un chevalier, Korhil et Johtunn, l'homme, alors qu'il avait le regard assuré sur son 5ème verre s'écroula net. Suivit peu de temps arpès par Korhil qui ne réussi pas à finir son 6ème verre.
Johtunn sorti Grand gagnant de cette petite confrontation et décida d'aller fêter ça en font de cale.

L'après-midi était bien avancer lorsqu'un cors retenti, nous étions attaqués par des Hommes-Bêtes. Les hommes de bord s'armèrent d'arcs et attaquèrent ceux qui étaient sur les berges pendant que nous dîmes nous battre contre ceux qui avaient réussi à nager jusqu'au bateau.

Sans armures, ni armes appropriées, le combat semblait mal engagé. Cela était encore pire pour Korhil qui venait à peine de se réveiller de son comas éthylique. Il chargea en titubant vers les Gors, alors qu'il tenait à peine debout tout seul.
Ulliana et Légolis attaquèrent ensemble le centre de la formation Hommes-Bêtes dans une danse de guerre qui découpait avec précision et grâce ces monstruosités.
Johtunn fit son apparition par une porte qui donnait sur un escalier vers les niveaux inférieurs, et tenta, avec le capitaine, de prendre le groupe adverse de flanc. Mais il n'était pas dans les meilleures conditions et un coup de corne le fit trébucher et dégringoler les escaliers.
Pendant que Max se battait avec Aiden sur l'autre flanc, le capitaine m'autorisa à utiliser la magie pour chasser les envahisseurs.

Nous les repoussâmes mais non sans mal. Tout le monde était blessé et Aiden était furieux qu'on lui ait pris son équipement alors qu'il nous aurait été tant utile. Korhil pansa nos blessures et ce n'est qu'après un certain temps que nous nous sommes aperçus que Johtunn manquait à l'appel. Il était toujours en bas de l'escalier, inconscient et dans une posture grotesque.

La journée à bord se termina en silence, bien qu'aucune vie ne fut perdu, ces Hommes-Bêtes sont une vraie calamité qu'il faut exterminer.

Le troisième jour ne fut pas non plus de tout repos. A la fin du déjeuné, le vieil homme que nous avions déjà croisé, ce fait agresser par un autre passager. Un homme plus jeune qui ne c'était pas mêler au autres passagers depuis le départ.
Le vieil homme nous raconte. Il s'appelle Reinolt Leitdorf et est un ancien professeur de l'université d'Altdorf. Il travaille actuellement pour le compte du Ministère de la guerre et se rend à Nuln pour assister aux premiers tests du nouveau canon Magnus. L'homme qu'il l'a agressé est Mathias Altrom. Il nous explique qu'il y a une vieille rancune entre les Altrom et les Leitdorf depuis que les Altrom ont été contrains de quitter l'Averland et que les Leitdorf administre leurs terres depuis. Il nous explique que les Altrom pensent qu'un coup d'état a été perpétré contre eux, mais ce n'est qu'à cause de leur mauvaise gestion qu'ils se retrouvent dans cette situation.
Le vieil homme semble avoir plusieurs contusions, mais rien de bien grave.

Dans l'après-midi, le cor retenti à nouveau. Cette fois, nous ne sommes pas attaqués, mais sur la berge une caravane n'a pas eu cette chance.
Je me propose de partir en éclaireur et de rejoindre le lieu de l'attaque en volant, tout en étant couvert par Légolis et Ulliana. Sur place, ils ne restent que les traces d'un combat terminé depuis longtemps. Je fais signe aux autres de me rejoindre. Nous fouillons les corps pour essayer de comprendre qui sont ces malheureux. Korhil trouve une lettre sur l'un des corps. Nous leur donnons une sépulture décente et nous reprenons notre voyage.

Le quatrième jour commence en grands fracas. Tout le monde est sommé de se rendre dans la salle principale. Tous les passagers sans exceptions doivent s'y rendre.
Une fois réuni, le capitaine nous explique. Reinolt Leitdorf a été retrouvé mort. Son corps était dans une cabine qui n'était pas la sienne, une cabine de seconde classe.
Après avoir vu nos exploits contre les Hommes-Bêtes, il nous ordonne de mener l'enquète. Celle-ci doit être terminée avant notre arrivée à Nuln car il ne laissera pas un meurtrier débarquer librement...




Comme je le disais au début, Je ne suis pas sur que nous soyons les mieux placer pour ce genre d'avanture. Peut-être aurions nous du laisser à d'autres toutes ces horreurs et tous ces drames et rester bien tranquillement chez nous, temps que notre santé mentale n'est pas encore trop affectée. Nous allons bientôt tous finir mort, dévorer par les Hommes-Bêtes, ou pire, comme Martelpoigne dont l'esprit a été torturé par les horreurs de la lutte contre le Chaos, ou pire encore, des Choses que je ne veux même pas imaginer et qui nous attendent dans l'Ombre.
Avatar de l’utilisateur
Ewylan
Victime Sacrificielle
Messages : 9
Inscription : 01 oct. 2017, 21:26

Re: Warhammer 2.0, Les souvenirs de Albert

08 mars 2019, 20:36

Suite à l’annonce du meurtre de Reinolt LEitdorf 45 minutes plus tôt, nous sommes réquisitionnés pour enquêter sur les faits, le capitaine n’ayant aucun doute sur notre innocence étant donné que notre équipe était sur les berges au moment des faits.
Une partie du groupe inspecte sa chambre, remplie de livres de toute sorte avec des notes dans tous les sens.
Le corps a été trouvé dans une autre cabine, celle d’AntiCarrie, un arabe qui a annulé son voyage au dernier moment.
Korhil va inspecter le corps, il a des marques sur tout ce qui constituait son visage désormais devenu charpie. LE spectacle est dégoûtant. Elles forment des traces étranges, certains trous ayant des petites bouts d’émail… à priori des traces de morsure… ça nous évoque tout de suite un mutant. BRrrrr ça fait froid dans le dos.
Albert trouve une bourse mais cet idiot décide de la restituer à sa famille.. pfff elle avait l’air bien pleine. On se regarde avec Max et Korhil avec dépit !! LE capitaine nous donne une missive en remerciement pour nous introduire auprès d’Elsbeth Becker, une noble bien connue à Nuln. Bon Albert avait sans doute raison de restituer l’argent mais je n’ai pas envie de lui faire savoir…
Je trouve des gouttes de sang qui partent de la cabine et nous amène à la rembarde du bateau sur le pont supérieur.

Je visite la cabine de Matthias avec Jothunn mais il n’y a pas grand-chose de spécial à voir. Bizarrement, même pas une bourse, juste de belles étoles et des tracts pour que sa famille revienne au trône.
Aiden et Max vont interroger Matthias, il finit par avouer (après un interrogatoire musclé j’imagine) qu’il avait poursuivi Reinolt pour le tabasser, mais celui-ci avait disparu. C’est probablement dans cette cabine qu’il s’était caché. La cible n’était sans doute pas lui.
Aucun membre de l’équipage ne manquait à l’appel. Tout le monde est consigné dans la salle principale. On commence à interroger les passagers, et on apprend qu’un humanoïde portant une longue chasuble sombre a été vu vers l’heure du meurtre courant vers le pont principal. Albert pense qu’il ressemble à celui qu’on avait poursuivi plusieurs fois à Altdorf.
La nuit avant l’arrivée, on découvre une lettre sous l’oreiller d’Aiden. C’est une lettre de Katrin, la comtesse, qui nous apprend que c’est une cultiste de Tzeentch, le Dieu du changement. Elle nous aurait embauchés pour mieux nous suivre afin de récupérer le calice chaotique. Elle dit être tombée amoureuse d’un mage de notre groupe et songe sérieusement à la rédemption… ça me fait trop rire d’imaginer Albert avec elle !!
Alors un grand débat s’en suit entre nous : est-elle dangereuse, doit-on la suivre, doit-on la tuer dès maintenant, l’envoyer vers un répurgateur ? On se décide pour informer le Capitaine de toutes ces informations. Il envoie son second pour l’envoyer aux arrêts et elle sera à priori orientée vers les répurgteurs dès notre arrivée à Nuln : au moins un problème de résolu !
On s’en approche d’ailleurs : le vent souffle dans nos cheveux, la lumière remplit nos yeux… nos narines ne remplissent délicatement d’effluves… nauséabondes : Nuln est une ville dégoûtante, ouvrière et noire : où l’on les fonderies de canon et les mines de poudre alternent dans le paysage.
Et demain commence la semaine de la poudre Noire.
Ça va être dur de trouver une auberge ! La troisième auberge où on tente notre chance, « le retour du flibustier », semble avoir de la place. C’est pas le grand luxe, mais ce soir on fera avec je pense. Même la bière n’arrive pas à convaincre Jothunn ! Par contre les puces et les rats ont fini de nous convaincre…de partir ! On se rabat sur une église de Sigmar, en espérant y trouver le gîte pour la nuit. Mais le frère Tuck nous fait vite comprendre qu’on ne trouvera pas de place ni chez lui, ni en ville.
On tente le collège d’ingénierie, là où devait loger Leitdorf, mais on n’est pas vraiment bien accueilli. On poursuit notre chemin pour finalement trouver une nouvelle auberge, « le cupidon défroqué ». Bon, on y paye à l’heure, et la spécialité c’est pas le sommeil. Suivante !
« Chez l’ambassadeur ». Ambiance très masculine. Très très. Trop.
Une dernière auberge : 2 gardes devant, la fête à l’intérieur, une salle de jeux, un hôtel de « rencontres ». On joue un peu, Aiden s’est absenté dans les étages pendant 1 h… lui qui se dit loyal et pur… !! J’en ris encore !
Au petit matin, la fête a commencé. On entend des pétards, de canons, des enfants qui courent dans tous les sens… des vendeurs de feux et de poudre sont partout.
Après cette nuit blanche, notre résolution de la journée est de savoir où on dormira cette nuit, à savoir pas au milieu des puces ou des rats. On va voir Elsbeth Becker qui nous accueille chaleureusement et nous recommande pour la nuit, tant qu’à faire au « Miroir de l’Âme ».
Elle nous oriente aussi vers des officiers qui pourront nous aider dans notre quête contre le Chaos.
Elle repère également l’épée de Jothunn qui viendrait d’un des officiers partis à la guerre.

On se dirige donc vers le Miroir de l’Âme. Pas vraiment notre standing habituel, Aiden et Albert sont bien accueillis par les portiers. A la lecture de la recommandation d’Elsbeth, ils nous présentent la suite des aventuriers à un tarif abordable – 10 couronnes par nuit pour le groupe. Je crois qu’on ne va pas faire la fine bouche, mais on va éviter les suppléments !
A peine la réservation est faite qu’on aperçoit Legolis, non mais ce bougre… moi qui ne voulais plus le voir… JE fais mine de rien, j’ai ma fierté mais celui là il le paiera un jour. Je promets que j’aurai ma vengeance, il m’a vraiment pris pour une fille légère, il va le regretter…
Aiden choisit d’aller aux bains, Jothunn prend la première douche de sa vie !
On entend des bruits de couloirs : la garde a éliminé un groupe de mutants il y a peu. En route vers la prison et les répurgateurs, nous essayons de faire avancer notre enquête.
Sur un panneau d’affichage, on découvre qu’Albert est recherché comme agent du chaos : Katrin semble s’être vengée. La vengeance des femmes est toujours à craindre.. Legolis, un jour ça sera mon tour !
Avatar de l’utilisateur
Loic245
Repriseur de robe du Culte
Messages : 30
Inscription : 30 janv. 2015, 16:25

Re: Warhammer 2.0, Les souvenirs de Albert

13 avr. 2019, 14:45

Extrait des mémoire de Ayden d’Arlenois

Chapitre VII


1ere journée de la fête de la poudre la fête bat son plein de nombreuses familles et surtout beaucoup d’enfants jouent avec des pétards dans les rues.
Après un fameux repas ou je reconnu quelques mets de ma lointaine contrée nous fimes la rencontre de Maglyne une marchande issue d’une riche famille exploitante de charbon,nous reconnurent ensuite Legolis naturellement en charmante compagnie comme à son habitude.Pour la 1er fois Ulliana me fit frissonné je lu une telle haine dans son regard je cru que elle allait lui décocher une flèche en pleine tête.
Cependant elle prit tout de même sur elle et ne fit rien de stupide sur le coup
à mon grand soulagement et au grand désaroit de Johtun.
Mais je pourrais jurer sur la dame du lac, que je doute qu’ elle en reste là….



La vengeance de katrin mit Albert dans dans le plus grand des embarras je compris rapidement qu’il aurait besoin de tout le soutient possible pour pas lui se retrouver dans une prison lugubre et humide où la mort nous prend petit à petit à chaque instant….Il fut décidé alors de se rendre aux guets pour disculper Albert.
Un vétéran nous ouvrit les portes et nous fûmes aussitôt encerclés de répurgateurs.Albert heureusement pour lui fut un bon orateur ses explications furent claires et convaincantes il se disculpa et fut pratiquement lavé de la plupart des soupçons qui pesaient sur lui …
Mais une chose est sûr les répurgateurs garderont désormais un œil sur nous tous.

A nouveau libre et innocent on décida de partir faire quelques emplettes,
une commande d’arc pour Uliana et un bouclier pour Jothun et moi.
Mais la faim nous guettaient...on aperçut alors une baraque à frites
Würtz pour tout le monde!!!
Hamburgers pour certain!!!
Le tout sans légumes!!!


Cela n’empêche je fut surpris par la bonne odeur qui se dégagea de l’assiette de Max mais avec le recul beaucoup moins...Max a toujours eu un don pour les bonnes affaires et pour le luxe c’est quelque chose d’inné en lui,tiens l’autre jour il m’amena prendre un verre dans une taverne qui ne payait pourtant pas de mine, bien ce fut le meilleur vin jamais goûté de ma vie,c’est dire moi qui ne prend des cuites que rarement je ne vis pas partir la bouteille!!!

Il me raconta au passage sa rencontre avec Grumbar
«J’ai encore l’image horrible et terrible de ce nain ,malade décharné et grelottant de maladie et de froid>> me dit max ,
<<Grumbar autre fois fier forgerons nain faisait peine a voir>>
-Comment Johtun a réagit à cette triste rencontre
demandais-je

, <<S’en fut trop pour Jothun>> m’expliquait Max <<il lui ordonna de reprendre du poil de la bête en lui demandant quelques informations au passage et en le frappant sans doute voulait il lui transmettre le message de se battre .>>

Le lendemain après une bonne matinée de sommeil on fut convoqués par Elsbeth qui nous confia des laissés passé pour le bal de la reine .
On passa l’Après midi a chercher des costumes...dans des lieux plus sordides les uns que les autres …
On rencontra peu après un répurgateur qui nous appris qu’il y avait du grabuge dans les égouts on proposa naturellement nos services.On s’aventura ensuite dans les égouts où nous furent attaqués par un bataillon de rats géants!!!
J'ai perdu concrètement mais pas moralement, je vaincrai la prochaine fois ....

car perdre la bataille, perdre la guerre, ce n'est pas une défaite, si on ne se perd pas soi même.
Avatar de l’utilisateur
Atomsk
Victime Sacrificielle
Messages : 5
Inscription : 09 oct. 2017, 08:28

Re: Warhammer 2.0, Les souvenirs de Albert

14 avr. 2019, 18:32

Égouts très pratiques, belle architecture naine !
Les rats sont gros, mais ils ne sont pas si méchants finalement.

Korhil vient de sauter à l'eau pour récupérer une chaussure... dans son état, ça ne parait pas être une bonne idée !

Ullinana a entendu des voix ! Après une heure à tourner dans les égouts, on se rend compte, qu'effectivement, elle a dû "entendre des voix".
Malgré tout, dans des égouts qui se rétrécissent encore et encore, on finit par tomber sur deux mutants !
On commence à se battre, pendant qu'Ulliana s'attaque au plafond - en essayant de passer de l'autre côté - et qu'Albert lance un éclair à Khoril, heureusement à côté. Une fois les deux tanks passés devant, c'est vite terminé.

On débouche ensuite sur une grande salle, en particulier le chevalier, qui prend direct 4 carreaux d'arbalète. Cinq mutants et une démonette (et quelques cultistes) nous y attendent ! La vision est effrayante (enfin sauf si on est fan de Slanesh), et d'ailleurs le nain semble d'ailleurs sacrément perturbé...
La démonette est vite renvoyée d'où elle vient par le chevalier. Le menu fretin est balayé d'un revers de la main.

Les fresques sont du style récent d'impressionnisme. Je connais trois artistes renommés capables de ce travail :
- Alfred Teubine (pauvre et ouvert à des idées égalitaristes)
- Erasmus Teubert (riche et bon vivant)
- Alberto Molinari (artiste dans l'âme et dragueur)
J'en parle à mes amis, c'est une piste à explorer dès demain !
En attendant, on va retrouver nos pénates - avec un passage par la douche !

Le lendemain matin - troisième jour du festival - on apprend qu'une jeune fille a disparu dans la nuit. C'est Magline Erhard, celle qu'on a vu trainer avec Legolis récemment...
Ça défile chez Legolis : avocats, guet,... J'essaye de prendre des nouvelles auprès des gardes, mais sans succès.
Legolis semble toutefois s'en sortir sans problème, au grand désarroi d'Ulliana je crois.

On décide d'aller voir les répurgateurs pour leur parler de nos découvertes de la veille.
Ils sont un peu sensibles, mais on arrive à leur expliquer la situation ! On apprend que Molinari pourrait être Chez L'Ambassadeur, un adresse que l'on connait déjà !
On fait trois groupes : Korhil et Jothun pour Teubine, Aiden et Albert pour Teubert, pendant qu'Ulliana et moi recherchons Molinari.

Chez l'Ambassadeur, Mich-Mich (qui a passé la nuit avec Molinari) nous donne l'adresse de son atelier, ce n'est pas loin. Il a du talent, mais ce n'est pas lui, j'en suis sûr !
Korhil et Jothun reviennent avec deux toiles de Teubine - ce n'est pas lui non plus, même si on y sent bien l'âme du peintre. Il a un talent clair, le sujet est trop engagé pour le moment, mais il a peut-être un futur ce peintre ! En attendant, ce n'est pas celui qu'on cherche !
Aiden et Albert récupère facilement une lettre de recommandation auprès d'Elsbeth Becker, pour contacter la famillet Teubert. Erasmus expose à la galerie de Markus. Nous nous y rendons donc en groupe.

La galerie est énorme, il y a de nombreux exposants. Et une demi-salle consacrée à Teubert ! Toutes ces oeuvres ne me parlent pas, mais il y en a une qui retient mon attention. Il y a de fortes similitudes dans le style, on sent pourtant qu'il se retient dans son style - c'est forcément lui !
Je détecte aussi 4 œuvres à fort potentiel, j'en achète deux facilement transportables - de bons investissements !
On monte un plan : Ulliana se propose comme modèle, avec pour idée qu'il se lâche sur une nouvelle peinture... mais pour lui la seule vraie race, c'est les humains ! Bref Ulliana et moi, on n'est même pas reçu...
Retour chez les répurgateurs. Il nous faut plus de preuves ! On suivra Teubert cette nuit, voir s'il a des activités un peu louches !

En attendant, on décide d'enquêter sur les disparitions ! Le guet nous informe que le lendemain de la disparition de Reuben Kund III, on a trouvé une marre de sang près de l'endroit de la disparition. On y va !
A priori, il est mort, vu la quantité de sang. Il y a beaucoup de bars dans les alentours, on va reprendre nos moyens d'enquête traditionnels !
Reuben a passé la soirée au "Flacon Vert", mais on n'a pas beaucoup d'info supplémentaires (si ce n'est que la légende des soirées étudiantes d'Albert ne s'arrête pas aux portes d'Altdorf !)

En discutant avec un étudiant, Albert découvre que le type avec lequel était Magline qui a disparu a été découvert mort, un certains Peter, Piotr ou truc du genre. Pour avoir le nom complet et en savoir plus sur le tué, on va aller au guet. Ce type, Peter Phelbs avait le crâne explosé. Il se fait enterrer aujourd'hui aux Jardins de Morr (nous pouvons y aller). Ce jeune noble était de basse noblesse, pas plus important que ça. Le meurtre aurait eu lieu dans la chambre de Magline, le meutrier serait passé par la fenêtre. Ils n'ont pas pu discuter avec la famille qui est fermée.
L'alibi de Legolis était une jeune femme, Madeleine, qui travaille au "Paon Fleuri" et qui aurait confirmé cette version.

Retour à notre enquête sur le peintre. La maison de Teubert à deux entrées, nous décidons de nous séparer en deux groupes.
A 23:15, la porte arrière s'ouvre enfin ! Teubert et Anna sortent.
Nous les suivons, discrètement. Un type assomme Anna, et lui et Teubert emportent le corps dans les égouts ! Les répurgateurs sont enfin totalement convaincus de nos accusations.
En les suivant dans les égoûts, nous tombons sur une pièce semblable à celle d'hier, gardée par deux mutants.

Derrière, 6 mutants et un artiste peintre, pas de quoi faire le poids face à nous.
Mais Jothun ne semble plus être tout à fait le même... Si ?
Humanor
Polisseur d'autel
Messages : 86
Inscription : 27 mai 2013, 14:35

Re: Warhammer 2.0, Les souvenirs de Albert

27 juin 2019, 21:57

Le bal à lieu demain.
Il pleut, et les rues sont désertes. La plupart des habitants dorment encore après la fiesta de la veille.
Notre objectif aujourd'hui est de réussir à parler à Siegmont Tolsen et à enfin en apprendre plus sur ces épées.
On se rend au consortium Tolsen dans le quartier d'Industrial Platz, un grossiste d'importation de Tilée. L'accueil est froid mais correct, lorsque nous arrivons.
La soeur de Siegmont fini par nous recevoir, elle nous apprend qu'il a rompu tout contact avec sa famille après son retour de la guerre et nous demande de partir.
Voyant que nous insistons et que Jothun porte une épée identique, elle nous conseille d'aller parler au frère Torsen au temple de Sigmar.
Il s'est fait ordonner prêtre à son retour de la guerre.
Changer une lettre a son nom semble être suffisant pour passer inaperçue.

Arrivés devant le temple, nous apprenons d'un crieur que le responsable des meurtres sera exécuté ce soir sur la place du Palais.
Nous entrons dans le temple et demandons à parler à frère Torsen.
Après d'âpres discussions, nous finissons enfin par avoir une entrevue mais frère Torsen n'arrivera que 20 minutes plus tard.
Nous patientons dans le temple où des chants sur le "Retour de Sigmar" sont entonnés.
Cela a pour effet d'agacer le nain qui est calmement conduit vers la sortie par les elfes.

On essaie de baratiner Torsen/Tolsen pour qu'il nous raconte l'histoire de ces épées et nous apprenne plus sur Voght.
C'est une véritable perte de temps : il a complètement sombré dans un fanatisme religieux qui lui fait perdre toute notion de la réalité.
J'ai l'impression que ces épées ont un effet dévastateur sur la santé mentale de leur porteur et il faudrait surveiller Jothun de plus près.
En sortant du temple, on me remet une lettre pour assister à un séminaire pour rejoindre l'ordre de Sigmar.
De plus, suite à notre discussion avec frère Torsen, j'ai l'impression que les répurgateurs me regardent bizarrement.
Mais tant qu'ils cherchent Rolf Voght cela ne me dérange pas plus que ça.
Le soir, nous nous rendons à l'exécution de Heinrich Hebert qui n'y est clairement pour rien dans les meurtres qui ont lieu à Nuln en ce moment.
Nous décidons de nous coucher de bonne heure pour être en forme pour le bal demain.

Ce soir c'est le bal.

Tout le monde est prêt et Uliana semble avoir hâte d'y être.
Au Miroir de l'Âme, il y a un petit déjeuner spécial de servi, à base d'un produit exotique : le "Chocolate".
Il y a un gâteau, le "barbar au roum", saupoudré de Chocolate, du pain à la mode Bretonienne : recouvert d'une pâte au Chocolate ; et d'autres friandises.

Nous apprenons que le cadavre d'Elmut Alberstat a été retrouvé aux portes de la ville.
Il semblait vouloir quitter Nuln avant le bal.
Il manque les oreilles au corps.
Nous ne faisons rien de particulier pour la journée hormis nous préparer pour le bal.

LE BAL !

- Légolis est présent, il est déguisé de manière androgyne mais très classe.
- Randolf Voght est présent habillé de noir.
- Le père Teubert est également présent, il est déguisé en Mort et nous regarde d'un air mauvais depuis un coin de la pièce.
- Le grand prêtre du temple de Sigmar de Nuln est également présent, vêtu d'une simple toge.
- Déguisé en Scaven, avec des moustaches en acier, Albertch Holden Hailer est également de la fête.
- Un homme extravagant, beau mais habillé d'un costume de "gros", est présent. Il s'agit de Wolfhart Von Liebwitz, le cousin de la comtesse et tout le monde semble vouloir lui parler.
- Un gros en costume de chien, Karl Richtofen est entouré de 4 jolies filles. Une de ces amies à demi-nue vient demander a Uliana de les rejoindre, mais elle semble trop concentre sur Legolis pour que quelque chose d'autre attire son attention.
- Un homme qui parle très fort avec un masque de terre cuite d'elfe : il s'agit de Tisnir Erzog, un conseiller de la comtesse de la guilde des dockers.
- Lord Frédéric, "Le Héros", est également de la partie, il est déguisé sous les traits d'un ami personnel de Sigmar.
- Un vieux chauve avec un masque d'obèse observe la scène adossé à une colonne. Il s'agit de Hieronymus Ostwald.
- Nous pouvons aussi distinguer un groupe de 6 individus déguisés en barbares Norses et un troll en train de discuter avec un Homme Mystérieux pour aller explorer une forêt. Je ne suis pas sûr qu'ils soient assez préparés pour ça.

Quand à nous, notre groupe se compose :
- d'un halfelin déguisé en Arsène Lupin
- d'un bretonnien en costume de soie rouge
- d'un prince dragon
- d'un chasseur d'hydre
- d'un acrobate
- d'une noble dame

En attendant l'arrivée de la comtesse tout le monde retient son souffle et essaie de rester le plus présentable possible.
La comtesse arrive très précisément à 22h30, tout de blanc vêtue, dans une robe couverte de diamants et de perles.
Très peu de temps après l'arrivée de la comtesse, le premier mort-saoul s’écroule sur le sol avant d'être conduit dehors par les serviteurs.
Alors qu'il était en pleine discussion avec Jothun et Koryl, Hieronymus perd son pantalon.
Je n'ai pas compris comment il a fait pour se retrouver dans cette situation, mais il quitte le bal honteux.
Alors que la soirée bat son plein, Légolis embrasse sa "conquête" d'un soir mais tout le monde voit bien qu'il s'agissait d'un homme.
Et lorsque Légolis s'en rend compte, il part du bal fou de rage. Cela semble beaucoup amuser Uliana qui profite de ce moment avec délectation.
Pour ma part, j'essaie de danser avec une enseignante rencontrée au bar. Bien que la danse ne soit pas notre fort, une idée me vient : un petit tour en volant au-dessus des autres danseurs serait du plus bel effet. Cela ne manque pas d'amuser la comtesse qui m'invite à lui parler.

Plus tard dans la soirée, j'apprends que le cousin de la comtesse a été tué pendant le bal, mais que son assassin a été rapidement maitrisé d'un violent coup de poing au visage par Aiden.
Il s'agit de Rolf Voght, et nous espérons pouvoir l'interroger avant qu'il ne soit exécuté par les répurgateurs.

Revenir à « Warhammer FRPG »