Qars Jibreen, la Cité des Djinns

Modérateur : Eöl

Sammy
Repriseur de robe du Culte
Messages : 26
Inscription : 15 sept. 2016, 14:56

Re: Qars Jibreen, la Cité des Djinns

23 mars 2018, 17:41

Le butin de la caravane de Nabila est plutôt bon, l'assassin s' est remplis les poches d'épices tandis que j'ai récupéré assez de bêtes pour voyager jusqu'à Al Bagdadir. Là où sont les neveux de la vieille.

Des tensions se créent dans le groupe. Le roulement des hommes de foi qui nous accompagne et leurs pratiques différentes casse les habitudes. Il faut quand même continuer d'avancer dans le désert.

Sosie libéré la face même de Capharnaum pourrait s'en trouvé changé. Et les Djins n'ont plus l'air de pouvoir se protéger eux mêmes, alors d'un Démon...
Les effets de sa libération se font encore ressentir, pendant son tour de garde Sehif s'est fait attaqué par une gerbie, et des hyènes ont rodées autour de nous une partie de la nuit. Assaï les à fait fuir. Les chameaux aussi ont fui. Des hurlements féroces, mais aucune présence visible ont provoqué leur débâcle. Au bout de quelques heures de marche une oasis se présenta devant nous. Ça aurait pu être un bon endroit pour passer la nuit, mais la source était tarie et la présence de cadavres attaqués par des bêtes n'était pas de plus encourageant.

Assaï répand encore la discorde au sein du groupe. Il ne faut pas beaucoup de sensibilité pour comprendre que le Shéradim ne le laissera pas profaner les corps de ses semblables. Même si toucher un mort ne m'enchante pas, j'apprécie la cuisine payée par la bourse de l'assassin, mais ça ne justifie pas qu'on casse la cohésion du groupe.
Le soir autour du feu Nabila nous parle de ses neveux. Une paire de jumeaux. Et le choix des Dieux, un mâle et une femelle. "Sehper" (remplacer ici par le nom du neveu) porte un pendentif noir, et "Shade" (je ne sais pas ce que j'ai écris dans mes notes???) sa soeur le complémentaire en blanc. Difficile de croire que ces pendentifs seront encore avec eux si ils ont été capturé par un vendeur d'esclave. Mais avec Nabila il faut être prêt à s'attendre à tout.

Le lendemain elle sortie de la piste prétextant un passage qui lui était familier. Qui a t'il de plus familier qu'un rocher ou une dune dans le désert... Elle réussi tout de même à nous conduire dans une grotte qui s'enfonçait dans le sol. Au fur et à mesure que nous avancions, une lueur bleue nous éclairait. Il y avait surement de la magie la dessous. Le sol de la salle au bout de la grotte était bien trop lisse. Aucun ouvrier n'est capable de ça.
Dans cette salle, un escalier dont on ne vit le bout qu'après une heure de descente. La remontée va être longue. Mais cet effort vaut le coup. En bas différentes peintures représente une femme portant un pendentif, peu être le même que porte les neveux de Nabila. Elle est en train de se battre, puis on la voit fuir dans le désert et pour enfin refuge dans la grotte où nous la voyons. L’ascète du désert prétextant une vision des Dieux nous assure que le pendentif que porte la femme de la peinture est le même que celui des enfants.
Présence divine ou reste des substances qui ont provoqué les visions de Séhif, un nuage de fumée se dispersa et laissa apparaitre une dernière peinture. La femme au pendentif y était encore représenté, mais cette fois accompagné d'un dragon et d'un ange.

Je sentais que nous étions sur la voix que le destin avait tracé devant nous. La piste sur laquelle les dragons nous ont mit en nous marquant. La piste qui menait au retour de Sosie dans sa prison. Qu'importe si c'est nous qui l'avions libéré...
Sammy
Repriseur de robe du Culte
Messages : 26
Inscription : 15 sept. 2016, 14:56

Re: Qars Jibreen, la Cité des Djinns

23 mars 2018, 18:07

A quelques distances de la grotte, la ville d'Al Bagdir nous attendait. Les neveux de Nabila aussi s'ils avaient su qu'on arrivait pour les chercher.

La ville est entourée de rempart et solidement gardé par des Krikins. La vente de chaire humaine génère assez d'argent pour entretenir une petite armée. Ils ont même leurs lieutenants qui portent un masque blanc et un blason. Deux armes et une tête de mort... Encore des militaires qui font dans l'original.

Chercher des enfants dans cette ville n'est pas des plus facile. Les ventes de lots exceptionnels ne donnent rien, et la fouille des bordels non-plus. Malgré tout, après de longues négociations et un prix d'achat comprenant un sacré pot de vin, le chef de la guilde des marchands nous permis de racheter les enfants. Ils étaient complètement drogué. Bien plus facile à manipuler pour les marchands... L'ambiance de la ville ne plaisant à personne, la troupe de héros repris la direction de la grotte, mais trois Djins les attendaient.

La bataille fut impressionnante. Les sans-pieds visaient clairement Nabila, et ils réussirent à l'atteindre malgré son épée magique sortie de nul part. Les Djins furent renvoyé dans leur propre espace-temps et Nabila eu le temps de nous demander de confier ses neveux aux enfants de la vérité. Ça tombait plutôt bien vu qu'une de leur délégation venait à notre rencontre, apportant avec eux protection et informations. A Carassine, un érudit (Gaon Borchevech) pourrait nous aider à en apprendre plus sur Sosie.
Avatar de l’utilisateur
Loic245
Repriseur de robe du Culte
Messages : 30
Inscription : 30 janv. 2015, 16:25

Re: Qars Jibreen, la Cité des Djinns

12 juin 2018, 14:52

Extrait du Journal de Assai les chroniques de l’homme en noir

Chapitre XXIII


Envoyer dans un but de paix dans les terre de l’est par la guilde rassemblant de nombreux enfants de dragon.

Nous fûmes pris en embuscade par de pauvres paysans pris eux même à la gorge par un groupe de bandits.

On prit alors la décision de venir en aide aux pauvres villageois en prenant les armes contre ceux qui les oppressés.

La bataille s’engagea alors mais fut interrompu par l’entrer en crue de la rivière, entrainer dans cette crue bien malgré lui un homme semblant nerveux et blessé Amed Alwafi fit son apparition.

Heureusement pour lui notre bienveillant magicien Seif Al Mansour le soigna aussitôt.

Celui-ci nous expliqua peu après qu’il avait été envoyer à Jarrgate pour accompagner Dame Sarifa la fille de l’émir dans le but de son mariage.

Nous nous aperçûmes rapidement que la crue avait fait des ravages dans le village et que de trop nombreux blessés devaient être soignés en urgence.

Il fallait agir rapidement Dame Adaya et notre magicien Seif soignèrent ensembles les accidentés pendant que Srifos , moi-même Abdul , Renaldus et Dame Anna aidèrent logistiquement le village à faire face à cette état de crise.

Sitôt la crise finie nous proposâmes notre aide à Amed Alwafi pour libéré Dame Sarifa et de nombreux autre otages, détenus dans un campement de bandit plus loin en amont de la rivière qui longeait le village.

Foncé dans le tas était or de question puisque la vie de nombreux otages innocent était en jeux.

Nous décidâmes alors d’une approche beaucoup plus discrètes d’un cotés des négociations furent entrepris avec le chef des bandits et de l’autre j’entrepris une infiltration dans le but de recueillir des informations et des repères sur nos ennemis et leur camp…..

Les négociations portèrent leurs fruits puisque les otages furent libérés pour 2000 onces de cumins.

Malheureusement pour eux notre groupe décida de mettre un terme définitif à la menace que représenter un groupe de bandit en liberté. Le chef fut malgré tout sauvé non sans l’intervention de Sosine en personne qui parvint à fuir grâce à son amulette.
J'ai perdu concrètement mais pas moralement, je vaincrai la prochaine fois ....

car perdre la bataille, perdre la guerre, ce n'est pas une défaite, si on ne se perd pas soi même.
Avatar de l’utilisateur
Loic245
Repriseur de robe du Culte
Messages : 30
Inscription : 30 janv. 2015, 16:25

Re: Qars Jibreen, la Cité des Djinns

24 févr. 2019, 17:35

Les Chroniques de l’homme en noir Chapitre XL dernier chapitre

Le jugement implacable de Oubal par Yassine



J’avançai vers l’arène d’un pas résolu au mourrais je ici dans la terre qui m’a vu naître.

J’ai tué de nombreuse personnes par le passé il était temps de payer pour les nombreux crimes que j’avais commis

Notre Sultan veut du spectacle!!!! Puisse le spectacle de la fin de ma vie vous satisfaire un temps votre majesté .

Mes premiers adversaires étaient bien jeunes, ce ne fut plus le cas à partir du 5emes qui me causa ma véritable première blessure ….

Les hommes hommes en armes et les véritables soldats royaux s’avancèrent un a un….
A mesure que la douleur du poids de mon corps se faisait sentir due au nombreuses blessure les combats furent de plus en plus difficile…..

Le soleil fut aux zénith quand le 13 emes guerriers approcha

Malgré ma vision trouble et ma souffrance je le reconnu de suite aucun hommes
dans le royaume ne m’avait jamais autant intrigué et effrayé à la fois
Que l’Exécutant en chef du roi …...Yassine dit le Jugement D’Oubal

Mon arrogance dans la mort m’avait pousser a tuer 12 de ses hommes
il était déterminer à en finir, je lu en lui un profond mépris pour ma personne...


Un dernier regard autour de moi me fit remarquer Aslan et Daounia qui me souriait en hauts des estrade de l’Arène .


j’esquivai de justesse le premiers assaut et le toucha a l’épaule gauche….mais il baissa son armes à deux mains rapidement et me mit un coup d’une violence inouï en haut du genoux je me força à tomber vers l’avant pour tenter un dernier attaque au niveau de l’abdomen ….

Puis je ne vis que ses pieds et le sable du désert un bref instant avant le noir complet...
J'ai perdu concrètement mais pas moralement, je vaincrai la prochaine fois ....

car perdre la bataille, perdre la guerre, ce n'est pas une défaite, si on ne se perd pas soi même.

Revenir à « Capharnaüm - Eöl »