résumé

Modérateur : Momo

Avatar de l’utilisateur
Aline
Archiviste-Economat du Culte
Localisation : blagnac
Messages : 1877
Inscription : 28 oct. 2010, 16:58

résumé

21 oct. 2017, 16:16

La journée n’avait pourtant pas mal commencé… Toshi avait pris son p’tit dèj sans râler et j’ai même pu le déposer à l’heure à l’école pour une fois. Ça fait bientôt une semaine que j’ai pas eu de problème avec Hideto (personnalité 2). Bref, une putain de bonne journée.
C’est vrai qu’on butait un peu sur l’affaire en cours et qu’on bullait au commissariat en attendant d’avoir une 'illumination', je dirais. Javier buvait un café, froid certainement, en relisant le dossier, je crois. John faisait mumuse avec ses jouets et moi pareil, mais pas les mêmes. Il était presque dix heures quand on a vu débarquer les nouveaux de l’équipe. C’est là que la journée est partie en vrille.
On a troqué un flic qui n’en avait que le nom contre deux dont ça aurait été dur de croire qu’ils étaient autre chose. Le premier est un gras double à moustache qui nous regarde de haut et qui est persuadé qu’on a mal fait l’enquête. L’autre est putain de canon pour un européen, je suis sûr qu'il doit faire craquer un max de nana, même s'il a un truc chelou. Le troisième gars qu'on ous colle est un corpo. Il l’aurait tatoué sur le front qu’on le verrait pas plus.
John me demande de faire le point sur l’enquête. Déjà bien que j’prends des notes, sérieux. J'vais pas faire un exposé en plus. C’est lui le boss, il se démerde avec les bleus.
Y a une semaine, on a reçu l’appel d’une gamine terrifiée. Le boomer secrétaire de son père avait pété les plombs. À notre arrivée sur place, il devient rapidement évident que ce qu’était censé être un secrétaire est armé jusqu’aux dents. On finit tant bien que mal à récupérer la gamine, mais elle est mal en point. Son père, Kôga, est mort, encastré dans la télé, et on a dû laisser l’hélico mitrailler l’appart » pour nous débarrasser du boomer. On a tout fait. On est allé voir au boulot de Kôga, à son club de golf, on a interrogé les voisins. C'était un chirurgien de la banque cyber, plutôt bon de ce qu’on en sait. Il y a quand même plusieurs éléments troublants. Il a changé illégalement son boomer elfe sexuel contre le secrétaire qui lui a refait le portrait trois jours plus tôt. Il a payé en liquide, mais pas suffisamment pour celui qu’il a récupéré. Et il n’allait plus au golf depuis qu’un gars aux lunettes vertes lui a rendu visite là-bas. Côté boulot, il devait retirer du cyber à Catherine Hevers le lendemain. La présidente de Green Food supportait plus de se voir dans le miroir toute refaite peut-être. Louche quand même comme coïncidence. On n’a pas appris grand-chose de plus. Le gars aux lunettes est parti vers Shinjuku et à tuer son taxi en arrivant et hier on a découvert qu' Hevers était l’Éventreur. Elle s’est fait descendre par les collègues sans ménagement.
En y repensant, on avait déjà fait du bon boulot en fait, même sans flic. Le gros n’a pas l’air content. Ils parlent avec John et Javier, mais je me désintéresse un peu de ce qu’ils disent. Je retrouve dans un coin et me remets à nettoyer mes flingues. Il est dix heures et demie. Toshi a dû sortir en récré. J’espère qu’il n’est pas encore en train de se faire démonter par les plus grands…
Vers midi, les deux flics décident qu’on a pas assez bien fouillé l’appart de Kôga. Cette blague ! Tout ça pour rien trouver de plus que nous. Après un petit tour pour reposer des questions qu’on a déjà posées aux scientifiques de l’AD police rapport au boomer secrétaire, nous revoilà au commissariat à nous creuser la tête. Je crois que je vais être à la bourre pour récupérer Toshi à l’école ce soir. Journée de merde…
L'imagination est plus importante que le savoir. Le savoir est limité alors que l'imagination englobe le monde entier, stimule le progrès, suscite l'évolution. - Einstein -
Avatar de l’utilisateur
Aline
Archiviste-Economat du Culte
Localisation : blagnac
Messages : 1877
Inscription : 28 oct. 2010, 16:58

Re: résumé

08 avr. 2018, 02:52

J’me pas super et ça tambourine à la porte de la chambre où j’chui. C’est même pas la mienne d’ailleurs… Bordel, mais j’chui où là ? J’ai mal au crâne comme un lendemain d’cuite, j’reconnais pas la ville en contre-bas, par la baie vitrée de l’hôtel où j’ai passé la nuit, y’a des présos, des seringues et des bouteilles d’alcool vides qui traînent partout. Mon téléphone sonne dans une poche de mon froc, par terre, et j’ai la délicieuse surprise de trouver une nana dans mon pieu quand j’me retourne. Bordel, mais qu’est-ce qui s’est encore passé ?
Le temps que j’arrive jusqu’à mon pantalon pour y découvrir les trente-sept appelles en absence et quatorze SMS, la porte s’ouvre à la volée. Renji se jette sur moi, l’air super inquiet. Ça faisait une paye que je l’avais pas vu dans cet état. Il me pose des dizaines de questions auquel je peux pas répondre et finit par m’expliquer que Toshi est arrivé chez lui paniqué hier soir. Mon frère est génial quand c’est pas un petit con… Il s’est inquiété de pas me voir rentrer du coup il a vérifié mes suppresseurs et, évidemment, j’avais pas pris mes médocs le matin… J’ai grave merdé, quel idiot… Ils ont passé la nuit et la journée suivantes à me chercher pour me retrouver ici.
J’ai droit à l’habituelle vérification de Renji, mais Hideto a au moins l’élégance de pas droguer mon corps… C’est dingue ! J’ai pas eu de nana depuis des mois et mon alter ego en met une dans son lit en une nuit ! Je garde même pas de souvenirs de quand je suis lui ! Elle est d’ailleurs en train de partir. Je tremble et j’ai les idées floues. C’est à peine si je suis cohérent d’après Renji. Il est même obligé de m’aider à me rhabiller. J’ai l’impression d’être revenu à l’époque où on a débarqué chez lui, mon frangin et moi, à la mort des parents.
J’étais dans la bagnole quand on a eu l’accident. Toshi était bébé, c’était Renji, un collègue militaire de mon père, qui le gardait ce soir-là et, comme on avait plus de famille et que lui et papa étaient proches, il nous a recueillis, j’avais quinze piges. C’est aussi à cette époque qu’est apparu Hideto, quand j’ai fini par sortir du coma. Les médecins ont appelé ça « trouble de la personnalité multiple » moi je dis que ça fais onze ans que c’est le bordel dans ma vie. Y peuvent bien se foutre de ma gueule avec mon frère les collègues, je m’en bats les steaks, c’est mon ange gardien le petit. Il vérifie que je prends bien mes suppresseurs, fais en sorte de garder Hideto à la maison quand je deviens lui jusqu’à que la crise s’arrête et, comme hier, va chercher Renji quand je disparais. Je peux bien être présent pour lui quand je suis moi.
Renji m’a ramené à la maison, la sienne, pas celle où on crèche avec Toshi et, comme d’hab, le petit à passer la nuit avec moi pour être sûr que je disparaîtrais pas encore. Moi, j’ai pas fermé l’œil de la nuit. Du coup, j’en ai profité pour éplucher les SMS et mails que j’ai reçus des collègues.
L’enquête a pas mal progressé. Ils ont retrouvé la boomer elfe/secrétaire du docteur Koga. Elle avait en mémoire une conversation entre lunettes verte et Scarab (le mécano qui a désossé l’elfette). En gros, lunette verte est au centre de toute notre affaire. Le gars aurait fait pression sur Koga pour qu’il refuse de retirer sa cyber à Catherine Hevers. Ayant refusé et inquiet des conséquences, le bon docteur a échangé la boomer ultra sexy contre un un peu plus robuste pour se protéger. Pas de bol, il était trafiqué et on l’a fait partir en vrille à distance. Le nouveau boomer venait des usines Kawasaki, rien de particulier.
Évidemment, je me fais pourrir par le boss en arrivant au boulot… Il lirait les dossiers de ses subalternes, il saurait que, quand je dis que mon petit frère avait besoin de moi hier, c’est surtout que j’ai pas envie de dire devant tout le monde que je savais plus qui j’étais, hier. Ce mec est un con qui se prend pour un chef… Je lui cire les pompes parce que je peux pas trop me permettre de me faire virer, même l’armée veut plus de moi malgré mes bons résultats, mais j’en pense pas moins.
Je comprends vite qu’il a d’autre raison d’être légèrement à vif le « boss ». Avant-hier soir, on devait faire une intervention à Shinjuku et ça s’est mal passé. Moi j’étais pas présent parce que je devais rentrer m’occuper de Toshi (pas de bol, j’ai switché de personnalité en route), mais les autres se sont retrouvés au milieu d’une fusillade entre eux et les yakuza du coin… à cause du corpo. Un des deux flics a été salement blessé et le boss peut pas engueuler le corpo parce que… c’est un corpo… il est intouchable ! Il est même pas là ce matin !
On partait pour poursuivre l’enquête quand on a reçu un coup de téléphone de l’hôpital où était la fille de Koga. La petite s’est réveillée alors on va l’interroger. Pauvre gosse, son père est mort, elle a perdu en plus un œil et elle remarchera plus.
À notre arrivée, il y a un médecin un peu louche dans sa chambre et, comme les deux flics me font pas confiance (j’aurais pas confiance dans un gars comme moi non plus à leur place je crois si j’étais eux), ils me font sortir dans le couloir avec rhino.
Après ça, tout s’enchaîné très vite. Il y a des coups de feu dans la chambre puis le médecin, qui était en fait lunette verte en train de droguer la gamine) essaye de s’enfuir. Les deux flics, rhino et moi l’arrêtons tant bien que mal et, alors qu’on lui passe les menottes, Tomato (le poulet gras double) a un sale pressentiment. Il se jette sur lunettes vertes juste à temps pour l’empêcher de faire trop de dégât en se faisant littéralement exploser la tête. Avec Rhino en plus entre eux et moi, je m’en sors indemne... P'tain, je suis vraiment pas passé loin cette fois... Par contre, y a de la bouilli de lunette partout sur les murs et Tomato va pas bien du tout.
Quoi qu’il en soit, l’affaire est au point mort. Le commanditaire de lunette verte étant un corpo haut placé, il est inutile de chercher plus loin et, comme lunette verte est mort, la petite craint plus rien. Notre escouade est dans un piteux état... Tomato (que je commence à apprécier), va rester à l’hosto pour se faire rafistoler, l’autre poulet a un bras en écharpe, Rhino est blessé aussi... ça fait la moitié sur le carreau sans compter le gros glandeur d’intouchable.
L'imagination est plus importante que le savoir. Le savoir est limité alors que l'imagination englobe le monde entier, stimule le progrès, suscite l'évolution. - Einstein -
Avatar de l’utilisateur
Aline
Archiviste-Economat du Culte
Localisation : blagnac
Messages : 1877
Inscription : 28 oct. 2010, 16:58

Re: résumé

08 avr. 2018, 02:54

(Promis Q, je t'en fait un bien pour Mutant vus que je m’aperçoit que je garde mes notes en fait...)
L'imagination est plus importante que le savoir. Le savoir est limité alors que l'imagination englobe le monde entier, stimule le progrès, suscite l'évolution. - Einstein -
Avatar de l’utilisateur
Enormatro
Maître du Culte
Localisation : TOULOUSE
Messages : 4864
Inscription : 31 mai 2007, 22:29

Re: résumé

08 avr. 2018, 08:43

Oui, Aline, je veux bien, sinon, je vais avoir l'impression que c'est personnel !! :lol:
- Pardon, M'sieur, elle est à vous la hache à deux mains ?
- Oui ?
- Bon, vous voudriez bien l'enlever de mon crâne, parce qu'elle me gêne pour boire ma bière.
[---]
- Merci, trop aimable ...
Avatar de l’utilisateur
Aline
Archiviste-Economat du Culte
Localisation : blagnac
Messages : 1877
Inscription : 28 oct. 2010, 16:58

Re: résumé

08 avr. 2018, 20:13

Pi t'être ça l'est ? Qui sait ?
L'imagination est plus importante que le savoir. Le savoir est limité alors que l'imagination englobe le monde entier, stimule le progrès, suscite l'évolution. - Einstein -
Avatar de l’utilisateur
Momo
Sorcier
Contact :
Localisation : Balma
Messages : 2069
Inscription : 30 mai 2007, 10:46

Re: résumé

09 avr. 2018, 16:23

Super !
La suite ! La suite !

Faut absolument que tu racontes comment tu te retrouve à l'hosto avec Tomato...

Surtout qu'au réveil, vu le stress et que t'as failli mourir, t'as switché et ça risque de durer un ptit brin ! On va bien rigoler...

(Je te prépare la feuille de perso alternative...)
“Empty your mind, be formless… shapeless, like water... Water can flow, or it can crash. Be water, my friend…”

Bruce Lee
Avatar de l’utilisateur
Aline
Archiviste-Economat du Culte
Localisation : blagnac
Messages : 1877
Inscription : 28 oct. 2010, 16:58

Re: résumé

17 avr. 2018, 04:29

Entre mon switche de la veille et l’explosion d’aujourd’hui, Renji me laisse pas le choix : dès lendemain matin, c’est visite chez le psy pour vérifier la stabilité de mon état… Je passe tout le samedi à faire une batterie de tests tout ça pour finalement entendre un laïus sur la dangerosité de mon métier et du stress qu’il m’impose. En d’autres termes, ça veut dire plus de visite à l’hosto et, surtout, encore plus de médocs le temps que je m’adapte. Le psy a dit qu’il vaudrait quand même mieux que je trouve un autre boulot. Quel enfoiré ! Il veut que je m’adapte à quoi, complètement shooté à cause des cachets ? Et je veux pas d'un autre travail.
Renji me propose de me ramener chez lui, mais je préfère refuser en prétextant rendre visite à Tomato. Je trouve les premières toilettes qui passent et m’y enferme. J’ai envie de vomir… Cette merde arrêtera jamais de me pourrir la vie… Je me laisse glisser contre la porte et, une main devant la bouche pour étouffer le bruit, mes nerfs lâchent, je me mets à chialer. C’est facile pour eux d'me dire que mon métier ne me correspond pas… C’est que j'sais rien faire d’autre moi. Flinguer des gens, c’est tout ce que j’ai et il y a plus qu'l’AD police où mon talent est reconnu… Qu’est-ce que j’pourrais faire d’autre ?
Quand je me calme enfin, je passe acheter des brownies à la cafette de l’hosto et monte voir Tomato. S’il a vus mes yeux rougis, il fait aucune remarque. Il dit rien non plus quand j’avale mon cachet. Par contre, il me rappelle qu’il fait du diabète. C’était pas vraiment une super idée de lui amener des pâtisseries, j'avoue. J’suis complètement à côté de mes pompes…
On est resté à s’regarder et on a pas vraiment parlé. " Tu vas mieux ? Bof... Ouai, tu m'étonne... L'enquête avance? Non. Dommage " Des banalités. Peu importe, j’avais juste besoin de voir quelqu’un qui soit pas au courant que je suis timbré et je dois avouer que ça m’a fait du bien de passer. Je sais pas vraiment combien de temps je suis resté et je m’appétais à repartir quand l’infirmière est entrée. Elle était toute gênée quand elle a vu que Tomato était pas seul dans sa chambre. Ça m'a fait sourire. En voilà un qu’à pas l’air d’avoir du mal à trouver comment passer son temps ici. Je les laisse tous les deux et j’rentre chez Renji pour y passer le reste du Week-end avec Toshi.
Ce matin c’était la journée des métiers à l’école du petit. J’avais posé ma matinée, mais le boss l’avait pas validé alors il me passe un savon quand j’arrive. M’en fout, j’ai l’habitude et mon comportement risque pas de changer, que John me hurle dessus ou pas.
On a une autre enquête. Un vieux chinois à réussi à appeler sur le téléphone crypter de Tomato alors qu’il est encore à l’hosto. Le vieux a parlé d’un bateau philippin servant au trafic d’armes amarré quai 27 au port de New-Tokyo. Il a dit que nous ne devions pas prévenir nos supérieurs à cause de taupes yakusa qui serait infiltré parmi eux. Il aurait conclu l’appel en nous signifiant qu’il valait mieux qu’on se pointe armé jusqu’aux dents.
Bon, déjà, il y a bien un bateau qui correspond au quai 27. C’est un hydroptère qui fait du commerce de matériel agricole pour Gnom avec Manille. Le boss nous fait un exposé sur la situation politique des Philippines. J’en ai rien à battre. Qu’il me dise plutôt sur qui ou quoi je dois tirer, ça me détendra après la sale semaine que j’ai passé.
Au lieu de ça, il m’envoi surveiller le bateau toute l’après-midi. Pourquoi pas, ça fait partie du boulot de planquer. En sniper méticuleux que je suis, je passe un bon moment à étudier le plan du port pour me trouver un endroit pas suffisamment proche, pour avoir un angle de vu correct, et pas trop pour pas me faire gauler. C’est l’arrivée du deuxième flic qui me fait lever la tête des plans, en me faisant remarquer que l’endroit est étrangement calme. J’avais pas remarqué, peut-être parce que le calme et la solitude me vont bien, ou peut-être parce que j’étais trop concentré pour me rendre compte que l’endroit se vidait. C’est pas important, ils doivent être en patrouille. Il me fait remarquer que Rino et Javier sont pas présents non plus. John m’a dit un truc à ce sujet… Ça me revient d’un coup : Comme le chinois nous avait dit de pas prévenir nos patrons, ils ont tous deux couru voir les supérieurs de John pour en parler.
Je laisse le flic en plan et part me mettre en position pour la surveillance du bateau. À première vus, elle est toute a fait normale cette embarcation. J’veux dire : il y a des boomers normaux pour faire le chargement normal de caisses normales sous la surveillance armé de yakusa tout ce qu’il y a de plus normal. En plus, il fait beau, du coup des gros bras normaux chassent de façon normale un joggeur qui passait par là de façon… normale.
Le type et les gardes échangent quelques mots et le gars fait demi-tour. Même les citoyens normaux peuvent avoir l’œil. Je décide de l’intercepter un peu plus loin pour savoir s’il n’a rien remarqué et ce qu’ils se sont dit. Sa tête me dit un truc… C’est bizarre, je jurerais l’avoir déjà croisé. Peut-être là où je prends mon café après avoir déposé Toshi à l’école ?
Je veux bien ne pas être hyper physionomiste, mais là, quand même… Billy bosse à l’AD police, dans le même bâtiment que moi. Je le vois de loin tous les jours, ou presque. Apparemment, il est d’repos aujourd’hui. Moi aussi un peu, en fait, planqué là où je suis. Enfin, il a rien remarqué que je n’aurais pas déjà vus par contre il m’inquiète. Il a l’air de vouloir foncer tête baissée sur les yakuzas pour les défoncer… J’suis pas suicidaire moi ! J’suis un peu timbré, je veux bien, mais charger, à deux, un bateau plein de yakusas surarmés, c’est pas dans ma nature. J’envoie rapidement un message au boss pour que lui et l’équipe se radinent vite fait, pas certain de pouvoir retenir ce gros bourrin de Bill. Il a déjà sorti son Colt Python, et trépigne d’impatience en fumant clope sur clope. Ça faisait un moment que j’avais pas fumé, mais là, ça peut pas me faire de mal.
L’équipe met pas longtemps à se pointer, heureusement. J'crois que Bill était à bout de patience. Il rejoint l’escouade dans notre camionnette et je remonte sur mon perchoir pour les couvrir. John veut se rapprocher du bateau pour pirater je sais pas quoi… Ça risque de chauffer.
La camionnette se fait arrêter par les deux gardes yakusa, comme prévu, mais John nous avait dit que la distance qu’il aurait à cet instant-là serait suffisante pour lui donc pas de problèmes. Bordel ! Trop préoccupé par l’équipe, j’ai pas fait gaffe à l’hélico qui se rapprochait ! En un clin d’œil on se retrouve avec deux boomers, genre Gundam, en train de descendre vers le bateau avec leur jet pack. Ils ont l'air vachement moins dangereux les mécas, taille poupée, quand Toshi joue avec dans sa chambre.
Javier a eu plus de clairvoyance que moi et a déjà mis un grand coup de marche arrière pour mettre tout le monde à l’abri. L’hélico est clairement ennemi, sans marque ou signe d’appartenance quelconque. Premier tir : retors. Bingo ! L’hélico chute rapidement. Pas de bol, il évite les boomers… Merde… Atterrissage des deux boomers net et sans bavures. C’est un carnage. Ils ont un laser Genom/Kawasaki dans la bouche et descendent à tour de… tête… les yakusas présents. Putain ! Je fais quoi ? John envois pas d’ordres à l'oreillette ! Il faut les abattre ou pas ? S’ils tuent tout le monde, on aura plus personne à interroger et à ce train-là, ce sera terminé dans quelques secondes ! Chier ! Qu’il aille se faire foutre, toujours à me prendre la tête avec ses horaires à la con et pas capable d’assumer son poste ! Deuxième tir : boomer 1. Touché plein torse. Aucun dégât ! J'ai touché ! Je suis certain d'avoir touché ! Il a même fait un recul ! Y'a même pas une égratignure sur la peinture !
Y faut que j’bouge ou je vais me faire arroser ! Trop tard. Le laser m’atteint à l’épaule gauche et je me retrouve à l'autre bout de la pièce. Je sens plus mes doigts. J’suis sonné, mais je me relève pour partir. Y a pas de sang, le laser sa cautérise, mais la douleur est intenable. Faut que j’coure ! Plus vite! Si je reste là… Putain, j’me suis encore foutu dans la merde ! L’escalier est plus très loin. Si je l’atteins… Accélère ! Si je l’atteins… Mon portefeuille quitte la poche de mon pantalon quand le second tire me frappe au dos et me propulse contre le mur du fond de la cage d’escalier. Mon corps se fracasse un demi-étage plus bas… J’ai mal partout… J’ai du sang dans la bouche et j'arrive pas à respirer... J'suis en train de me noyer... Je resterais pas conscient très longtemps… La photo de mon petit frère me regarde en souriant dans mon portefeuille ouvert… Je suis vraiment désolé Toshi… Je crois pas que j’vais rentrer à la maison ce soir… J'suis pas sûr d'me réveiller, en fait... Pardonne-moi, petit frère…
Dernière modification par Aline le 04 mai 2018, 14:59, modifié 3 fois.
L'imagination est plus importante que le savoir. Le savoir est limité alors que l'imagination englobe le monde entier, stimule le progrès, suscite l'évolution. - Einstein -
Avatar de l’utilisateur
Momo
Sorcier
Contact :
Localisation : Balma
Messages : 2069
Inscription : 30 mai 2007, 10:46

Re: résumé

18 avr. 2018, 10:47

:D :D :D
Juste une petite correction, la corpo c'est Genom.
Ensuite, quelques détails : Billy avait un Colt Python (revolver .357 magnum) et tu n'as pas parlé du moment où il se fait descendre par un des Boomers.
“Empty your mind, be formless… shapeless, like water... Water can flow, or it can crash. Be water, my friend…”

Bruce Lee
Avatar de l’utilisateur
Aline
Archiviste-Economat du Culte
Localisation : blagnac
Messages : 1877
Inscription : 28 oct. 2010, 16:58

Re: résumé

18 avr. 2018, 13:38

Momo a écrit :
18 avr. 2018, 10:47
tu n'as pas parlé du moment où il se fait descendre par un des Boomers
J'était déjà ko ou au moin j'avais déjà essuyé le premier tire il me semble. Tu me met le doute du coup. Pareil pour Rino qui utilise la grenade à onde pour désactiver le boomer et qui fonctionne pas.
L'imagination est plus importante que le savoir. Le savoir est limité alors que l'imagination englobe le monde entier, stimule le progrès, suscite l'évolution. - Einstein -

Revenir à « Bubble Gum Crisis »