CR

Modérateur : Mickey

Avatar de l’utilisateur
Mickey
Cultiste
Localisation : Blagnac
Messages : 786
Inscription : 01 mai 2010, 13:35

Re: CR

08 mars 2020, 23:40

A nouveau, ce CR est écrit avec les maigres souvenirs et notes que j'ai pris le mois dernier. Il en sera donc encore un peu évasif, désolé 

La Mallette

Quelques jours ont passé, et les runners découvrent que les newsfeeds du 'plex mettre en gros titre un nom connu, présenté comme responsable de la vague de violence dans la ville: l'IHA. "Une mafia irlandaise de semeurs de morts", qu'ils disent.
Ca sent pas bon.

Mauvais client

Quoi qu'il en soit, Nouvelle-Lune se rend chez sa talismonger favorite, pour avoir des nouvelles sur sa commande passée quelques temps auparavant. Malheureusement, Soleil-de-Nuit lui explique que le récolteur de télesma qu'elle avait missionné pour cette commande, un artisan compétent et exigeant, n'avait pas trouvé les pierres vibrantes à l'intensité requise. C'est le risque de bosser avec des perfectionnistes, quand ils sont satisfaits, ils te sortent un chef-d'oeuvre, mais parfois, ils préfèrent ne rien sortir que d'être simplement "convenables". Bien entendu, les frais engagés sont perdus...
Le nain lui demande donc si elle peut lui fournir un focus convenable, même s'il n'est pas fabriqué par un petit artisan réputé. L'amérindienne regrette ce choix, mais oui, elle a accès à des produits plus génériques. Mais ces derniers temps, elle a des problèmes d'approvisionnement sur ce canal là. Pour tout dire, elle soupçonne son intermédiaire de la lui faire à l'envers. Le shaman se propose d'aller vérifier la probité du bonhomme; si ca peut accélérer les choses...
L'intermédiaire est un elfe de Renton nommé Douglas Claridge, un importateur d'objets exotiques. Alors qu'il commande un Grid pour aller directement le rencontrer, son PAN sonne. Son pote Mark Link lui explique avoir entendu qu'un type cherche une équipe "d'agents de terrain" pour tout de suite. Enfin, dans 4H, quoi. Du coup il a pensé à lui.

Le nain contacte Graves pour lui proposer de postuler ensemble, Sarah étant injoignable. L'orc est lui aussi en train de faire quelques emplettes. Il est chez son vendeur préféré de drones et autres matos tactiques, un armurier humain du nom de Spencer, pour racheter le chenillard qu'il a perdu lors de la mission précédente. Ca tombe bien, c'était justement Spencer qui l'avait conçu. Comme il a encore les plans, il accepte de lui en remonter un équivalent dans l'après-midi. Graves expliquant qu'il a besoin de le transporter, l'armurier visiblement très sympa, lui prête même son van quelques jours. Le ganger accepte l'invitation du nain.

Nouvelle-Lune est arrivé à Renton, devant l'entrepôt de Claridge. Pendant son trajet, il a fait quelques recherches sur le bonhomme, et certaines rumeurs lui déplaisent : on dit qu'il serait lié à la famille mafieuse des Bigio. Entrant dans l'entrepôt, le shaman interpelle l'elfe et lui fait comprendre qu'il souhaite quelque chose de TRES exotique, voire illégal. Le nain veut tester la fiabilité du gus, aussi il lui demande une plume d'oiseau-tonnerre, ce qui est hautement illégal. L'elfe accepte et prend la commande.
Le shaman ne trouve pas d'ouverture pour s'échapper fouiller les lieux, seul. Il décide d'y revenir plus tard.

Obtenir le taf

Graves et Nouvelle-Lune se rejoignent devant le bâtiment de downtown où doit les attendre le Johnson. Au 3ème étage d'un complexe très design, servant d'espace de coworking, les attends un elfe asiatique dont la face est totalement entourée par un tatouage revenant barrer ses yeux jusqu'à sa bouche. Son visage étant clairement artificiel, rien ne permet d'affirmer qu'il s'agisse de sa véritable ethnie.
La mission est la suivante : extraire amicalement une mallette et son porteur - que l'on nommera "Mr Brown" et dont la photo apparaît alors à l'écran - devant le temple des 7 Ganesh dans précisément 8h et 27 min. Il faudra s'assurer de déactiver toutes les potentielles mesures de sécurité, à commencer par d'éventuels poursuivants ; puis insérer la puce ci-présente dans un PAN pour contacter le commanditaire qui donnera lui-même un point de rendez-vous pour récupérer la cible.
Le Johnson est très clair : la cible principale est la mallette et son contenu. Le porteur est un objectif secondaire. M. Brown est supposément volontaire pour l'extraction, mais, si pour une raison ou une autre, il s'y oppose, il faudra se débarrasser de lui. Attention toutefois, c'est un garde du corps expérimenté. 

Une fois la mission acceptée, les runners décident d'aller repérer les lieux. Le temple est au fond d'une impasse dans un dédale du vieux downtown, en plein quartier hindou. Une ruelle étroite bordée d'immeubles d'habitations peu lumineux d'où partent des câbles électriques dans tous les sens mène à un escalier large et haut abritant tout une faune en sari et tenue beaucoup plus street, ainsi que d’innombrables portes encadrées par 7 statues colossales de dieux éléphants dont les couleurs ont dû être vives mais sont aujourd'hui ternies par la pollution. Entre les étages, des bandeaux en RA diffusent des mantras achetés par les fidèles en hindis, anglais, sanskrits...

Graves fait plusieurs fois le tour du quartier pour repérer le trajet de repli optimal. Il dépose aussi à quelques blocs de là, derrière une large benne à ordure, son chenillard, pour un renfort lourd si nécessaire, lorsqu'il passera devant.

Une fois le plan établi, les runners se quittent.

Une nuit enflammée

Nouvelle-Lune en va pas retrouver Morphée. A la place d'un repos mérité, il retourne à Renton pour s'infiltrer dans l'entrepôt de Claridge. Mais aussitôt arrivé, il remarque des bikers qui font le pied-de-grue à portée de l'entrée. Tous orcs, ils arborent un cuir avec des ailes d'anges, contrairement à leur attitude. Lorsqu'ils remarquent le nain, l'un d'entre eux commence à invectiver le "nabot". Visiblement, ils avaient son signalement...
Le shaman décide rapidement qu'il ne jouera pas à l'éducateur ce soir, mais plutôt au redresseur de tord! Alors que les moteurs hurlent soudainement, et que certains dégainent des chaines et autres battes à clou, le shaman supplie Rat de lui donner la vitesse nécessaire à se dégager de cette mauvaise passe. Alors qu'il esquive les motos lancées à toute allure, de l'entrepôt sort l'elfe avec un fusil de chasse. Nouvelle-Lune incante à nouveau le souffle brûlant de Rat, qu'il adresse à l'arnaqueur aux oreilles pointues. Ce dernier s'embrase subitement, en hurlant à la mort et courant comme un dératé. Les bikers hurlent leur haine de la magie et changent de cap pour prendre le nain à revers, mais celui-ci est toujours plus rapide que leur tonnerres mécaniques. De ces mains partent des éclairs qui zigzaguent sur le sol jusqu'aux motos, faisant disjoncter les moteurs et systèmes de guidages. Les orcs partent valdinguer sur le bitumes et s'écraser contre un poteau ou un banc. Nouvelle-Lune en profite pour remonter dans son Grid et partir sans demander son reste.

Mr Brown est quelqu'un de très demandé

7h plus tard, Graves est à califourchon sur Jess -sa moto-, en vue du temple des 7 Ganesh, alors que Nouvelle-Lune s'est mêlé à la foule sur les escaliers. L'orc a laissé son van à quelques blocs.
8h et 27 minutes piles après l'entrevue avec le Johnson, une vitre éclate au premier étage, et une forme massive et grise en jaillit pour retomber durement sur les premières marches des escaliers, quelques mètres plus bas. L'homme, humain, la quarantaine, à la mâchoire carrée et au corps vigoureux, des cheveux grisonnants rasés de prés encadrant des yeux métalliques de bonne qualité mais aillant visiblement fait leur temps, se relève comme si de rien n'était, révélant une mallette ensanglantée, à laquelle il semble fermement attachée. 
Mr Brown, sans aucun doute.

Graves démarre en trombe pour venir déraper devant la cible, lui présentant un siège étroit. De la fenêtres brisées, un orc en tenue noire arborant le logo de MinuteMen Security, saute d'un bond prodigieux et atterrie juste derrière Mr Brown, révélant des jambes pneumatiques aux reflets dorés. Une autre forme jaillit de la même fenêtre, un bras à la peau visiblement tressée, et dont le poignet est augmenté d'un gyrostabilisateur. Dans la main, un Colt Cobra, qui vise le porteur de la mallette.
Nouvelle-Lune dégaine aussitôt un sortilège de zone, qu'il envoi dans la fenêtre, sans succès, alors que Mr Brown saute dans le van, qui accélère vers la sortie de la ruelle. Derrière lui, l'orc aux jambes augmentées courre pour rattraper la moto. Une longue rafale fend l'air depuis la fenêtre. Graves manœuvre comme un beau diable pour éviter les balles visant les pneus. Mais il sent que la direction répond de moins en moins : Jess se met à léviter à quelques cm du sol!
Une elfe en tenue techno-tribale apparaît alors sur les marches du temple des 7 Ganesh, les 2 mais tendues vers le biker et dans un profond effort. Une shamane, sans aucun doute.

L'orc fend l'air avec son fouet monofilament et tente de saucissonner Mr Brown, qui bloque le fouet avec la mallette. Pour résister à des monofilaments, ce n'est clairement pas l'attaché-case de bas de gamme ! Graves appelle en renfort son chenillard, qui lâche une belle rafale sur le passager clandestin, le projetant à quelques mètres.
Nouvelle-Lune quant à lui redirige son attention sur l'elfe : il ramollit la pierre de l'escalier pour la projeter contre la shaman. Toute concentrée sur le vol du van qu'elle est, elle se mange la pierre en pleine tête et ne s'en relèvera jamais.
Le van retombe brusquement sur la route, déclenchant des alertes de maintenance à propos des amortisseurs. Graves passe outre et appui à fond sur le champignon.

A l'étage, l'asiatique au Colt Cobra change de cible et pointe son arme sur le nain. Celui-ci esquive de justesse la plupart de la rafale, mais quelques balles l'ont touché. Il est désorienté quelques instants, mais le chenillard fait un tir de barrage sur la fenêtre, déchaînant les cris de terreur des passants encore dans les parages, mais laissant le temps au nain de quitter les lieux. Le van, lui, a déjà quitté le bloc.

Du monde sur la ligne

Graves s'éloigne du quartier, croisant des drones de la Lone Star qui se dirigent en toute hâte vers le temple. Il doit rejoindre Nouvelle-Lune au van de Spencer.

A l'arrière de Jess, Mr Brown grogne et s'agite un peu. L'orc craint qu'il ait été finalement blessé par le fouet. C'est alors qu'il repère un drone octopode terrestre qui bloque les véhicules pour un contrôle. Le drone affiche matriciellement un code propriété de MinuteMen Security. Mr Brown jure et demande, inquiet, si son pilote saura gérer ca.

Le rigger regarde vite fait un plan du district et détermine un trajet alambiqué lui permettant de semer son poursuivant. Mais alors qu'il change de direction, il se rend compte que 2 quadricoptères déboulent à une 10ène de mètres du sol de artère principale vers laquelle il se dirige. Graves décide de faire feu sur les drones volants avec le canon de Jess. Cela attirera tout de suite l'attention de l'octopode, mais il le sèmera juste après. 
Les canons pétaradent et un drone s'écrase. Le survivant fait aussi feu d'un canon de plus petit calibre jaillissant de la partie inférieure de la machine. L'orc fait de dangereuses embardées pour esquiver les fléchettes. Il échoue à abattre le drone et est prit aussitôt en chasse par l'octopode, bien qu'il soit nettement moins rapide que Jess. Il entame son parcours labyrinthique et fini par semer tout ce beau monde.

Les runners arrivent à peu près simultanément en vue du van, pour remarquer que 2 nains en toge pourpre aux symboles hexadécimaux défilants sur une bande partant du bas jusqu'au coup tournent autour du véhicule. Un SUV attend quelques mètres plus loin, portes ouvertes, avec un elfe au volant, lui aussi arborant visiblement le même style vestimentaire.
Graves commence à voir rouge. Il se gare bruyamment à quelques mètres du van, dans un beau dérapage. Nouvelle-Lune remarque que Mr Brown a l'air tétanisé, mais par quoi? Le dérapage? Les drôles de gus devant le van? Le vol de la mallette?
L'orc demande poliment aux nains de purement et simplement dégager de son van avant qu'il se fâche mauvais. Les nains répondent d'un ton posé et doux : ils ne cherchent pas de problèmes, mais veulent simplement libérer la conscience numérique, briser les chaînes du réseau, ouvrir les portes d'un nouveau monde; et toutes ces salades.
Les runners s'impatientent bien vite et dégainent leurs armes, alors que de l'arrière du van, une 4ème personne s'avance. Cette humaine marche calmement, elle aussi en toge sur lequel est diffusé son livefeed, créant un patchwork numérique d'informations personnelles ininterressantes et donc indispensables. La femme demande à tout le monde de se calmer et commence une longue litanie qui embrouille l'esprit des runners. Mais les nains ont la tête extrêmement dures, et le shaman fait griller tout le monde avec un de ses arcs électriques mystiques dont il a le secret.

Faire les présentations

Débarrassé de ces étranges intrus aux mantras celous, il est temps de s'interresser à l'invité du jour. Mr Brown, nerveux, est donc relié à la mallette par une grosse gangue métallique qui lui enserre le poignet ensanglanté. Mais on repère vite que le sang provient d'un index que Mr Brown tient fermement appuyé contre un capteur biométrique à la base de la poignée métallique. 
D'après l'homme, le doigt provient du précédent propriétaire de la mallette, le défunt Pr Pavel. Et lorsqu'on le relâche, un message d'avertissement se fait entendre : "la mallette est la propriété d'UCAS DataSystem et doit être remise à son propriétaire M. Pavel dans moins de 30s avant qu'un gaz neurotoxique de niveau 4 neutralise les voleurs". Puis un compte à rebours démarre. Remettre le doigt en contact annule la procédure.

La mallette en elle-même a l'air d'être un modèle hitek de haute sécurité, avec un port datajack. Graves en trouve sur la matrice, que des modèles fabriqués sur mesure dont le prix indicatif est déjà indécent. Suspectant un traceur dans la mallette, il imagine qu'en hackant le noeud on puisse la désactiver. Graves y connecte donc son datajack, plus habitué cependant à plonger dans les moteurs de sa bécane chérie que dans une... mallette? Il se retrouve instantanément dans une plaine verdoyante infinie où trône une porte magistrale en bois gravé de toutes parts et sans poignées, gardée par un oeil géant aux cils fins et immenses. La résolution plutôt moyenne, mais le simple fait qu'une si petite mallette puisse proposer un serveur matriciel sculpté est déjà un exploit technologique. Quelque soit l'angle dans lequel Graves s'oriente, il se retrouve face à la même chose : l'oeil lui demande "récite le mantra".
Le rigger est perplexe. Il ne connait aucun mantra, hormis peut-être "Red goes faster!". Tout à coup, il repense à ce que répétaient les fanatiques en toge, et le propose à l'oeil, sans succès. Alors il décide de quitter le noeud. 
Il tente donc de l'ouvrir, malgré le risque de répandre le gaz neurotoxique. Pendant ce temps, Mr Brown est de plus en plus bizarre, regardant parfois partout, en panique, ou menaçant les runners de son arme, comme s'ils étaient une menace.

Heureusement, le rigger est doué. A l'intérieur, les runners découvrent, outre le minuscule balise, une cuve de la taille d'une bouteille de coca, tapissée de circuits électroniques sur lesquelles semblent connectés des tissus organiques grisâtres flottant dans un liquide verdâtre et visqueux. Le câble datajack de la poignée rejoint les circuits, alors qu'une batterie alimente le tout.
Les runners en concluent qu'ils ont à faire à une biopuce faisant la jonction entre l'organique et la machine, sans utiliser de nanomachines, comme toute la cybernétique actuelle.
Mais un bip sonore mets fin à leur débat, car il semblerait que le détecteur ait repéré un signal GPS supplémentaire dans le bras même de Mr Brown, au coeur de son interface d'arme palmaire Leviathan Technical (ARES). Là, c'est plus compliqué: soit faut être cyberchirurgien, et c'est pas le cas, soit faut couper...

Nouvelle-Lune propose une alternative : aller voir Graham, un techos de sa connaissance. C'est un runner a qui il a déjà rendu service auparavant : le type et son équipe devait s'infiltrer dans un bâtiment, mais leur passage était barré par une rune, et il n'avait pas de magiquement actif dans l'équipe pour s'en débarrasser proprement. 

L'équipe se rends alors chez ce Graham. Arrivé à destination, le techos scanne l'implant de Mr Brown. Effectivement, il porte une balise GPS en son cœur, probablement à son insu. Celui qui a payé l'implant a sans doute rajouté un petit cadeau client au passage. Mr Brown recommence à paniquer : ses anciens maîtres corpo vont le retrouver et lui faire payer sa trahison. Leur faire payer à tous!
Graham opère le garde du corps et réussi à neutraliser l'implant entier.

Déposer le colis

Les runners insèrent donc la puce du Johnson dans leur PAN. Ceci ouvre un canal sécurisé à destination d'un numéro inconnu, qui lui transmet simplement des coordonnées GPS menant dans les bas fond de downtown, un canal en béton désaffectés, non loin de la highway et d'un camp de SINless réfugiés.
Graves se remet au volant du van.
Arrivé à destination, 4 corpos armés de fusils mitrailleurs guident le van de la sortie de la highway au canal désaffecté, sous un pont. Le camp de SINless est à une 100ène de mètre, avec ses abris de bric et de brocs. Mais personne ne s'approche. Un peu plus loin, 2 SUV lourds. De l'un d'eux descend une femme au teint olivâtre caractéristique de l'asie mineure. 
Elle se tourne directement vers Mr Brown, semblant ignorer les pauvres exécutants comme elle ignore superbement ses agents de sécurité. "Je suis... la chargée des acquisitions non conventionnelle qui s'occupe de votre dossier. Félicitation pour votre choix. Voici votre nouvelle identité chez Aztechnologie. prenez en soin, nous nous sommes donné du mal pour l'obtenir."
Mr Brown transpire à grosse goutte, tous ses muscles sont tendus à l’extrême et il serre la poignée de la mallette à s'en faire blanchir les jointures. Il demande alors d'une voie étonnement désincarnés "Identifiez votre corporation pour dépôt de plainte à la Cour Corporatiste Orbitale".
Les gardes du corps se tendent. Les runners aussi.
Il reprend, dans le même ton inhumain : "Le contenu de cette mallette ainsi que M. Kobensen sont la propriété de UCAS DataSystem. Rendez-vous, ou UCAS DS fera valoir son droit à la défense de ses intérêts stratégiques selon l'article 229-b35 alinéa 7 du code corporatiste.".
Les gardes du corps ouvrent le feu sur Mr Brown, mais arrosent la zone considérant les runners comme ses alliés. Nouvelle-Lune réussi à se dégager et invoque un mur protecteur. Graves se jettent aussi en dehors de la mêlée et hurle qu'il n'a rien à voir dans tout ca. Mr Brown se défend et abat un garde. Puis 2. Mais il prend plusieurs rafales. Et finit par y rester.
Les runners restent parfaitement immobiles, répétant qu'ils n'y sont pour rien. Les 2 gardes restant font le tour du bloc de pierre et les mettent en joug. Ils réussissent à les convaincre de leur bonne volonté. La Johnson se rapproche, ouvre la mallette, vérifie son contenu et sourie. "Ca vaut bien 2 agents de terrain". Elle transmet le créditube en paiement aux runners, alors que des bruits de moteurs survitaminés se font entendre pas si au loin que ca.

Des abris de fortune, 4 bagnoles totalement désossées et remontées sans doute plusieurs 10ène de fois, jaillissent. A leurs bords, plusieurs gangers des bas fond, tatoués, percés, augmentés de prothèses aussi vieilles et rouillées que leur caisse. Les rafales les ont alertés que des costards s’entre-tuaient. Ils espèrent écraser les quelques belles-gueules restantes pour piller tout ce qu'ils peuvent, et là, ca sera vraiment "a day, a lovely day".

Alors que les gardes du corps s'empressent de protéger leur patronne, l'un d'eux se fait sécher par un gros tir de pompeux bien large. Le plomb ricoche sur 5m à la ronde. Nouvelle-Lune incante un coup de vent glacial qui gèle instantanément sous les roues de 2 caisses, les envoyant se cracher dans le pilier du pont. Une explosion retendit. Graves ordonne à son chenillard de sortir du van et arrose les autres gangers. Les gus sont fauchés en masse.
La Johnson réussi a se réfugier dans son SUV, ainsi que le garde, qui a prit un mauvais coup. Mais pas assez pour l’empêcher de démarrer, laissant les runners avec les gangers. Un nouvel échange de tir réussi toutefois à s'en débarrasser. 

Les runners quittent le canal et sa faune déglinguée en ayant accomplit leur mission, et les poches pleines de fric.

Nouvelle-Lune va voir Soleil-de-Nuit, qui a récupéré son focus de sort, et peut le lui payer. D'ailleurs, qu'elle ne s'inquiète plus pour ce traitre de Claridge. La talismonger maugrée un peu, tant elle a peur de comprendre ce que cela sous-entend. Ce ne sont pas des méthodes qu'elle apprécie...
Avatar de l’utilisateur
Mickey
Cultiste
Localisation : Blagnac
Messages : 786
Inscription : 01 mai 2010, 13:35

Re: CR

18 mars 2020, 19:04

Le complexe de l'Ours Noir
L'étincelle du chaos
Sarah s'éveille doucement sur un pauvre sommier à même le sol, dans un taudis dont une faible lueur perce à travers des vitres recouvertes de peinture blanche écaillée. Mais surtout, Sarah a mal. Son visage tuméfié lui fait mal. Ses lèvres craquelée lui font mal. Ses côtes battues lui font mal. Mais elle a surtout mal à l'intérieur d'elle même, dans son intégrité la plus intime, dans ses pensées. Un mage d'ARES Intelligence l'a mentalement violée, pendant qu'elle était interrogée de manière plus classique mais violente, et droguée avec des produits plus bizarres les uns que les autres.
Deux types ont débarqué et l'ont sorti de là : un orc black et un nain avec un os dans le nain. Nouvelle-Lune - elle le remet à peine. Puis ils sont monté dans une caisse, alors que des tirs résonnaient, et l'ont laissé dans cette piaule.
Sarah s’évanouit. Encore. Et encore. Et encore...

Elle se réveille. Cette fois-ci, elle a suffisamment d'énergie pour bouger, se redresser et sortir du pieu. Ayant contacté son fidèle King, qui lui a expliqué l'exfiltration qu'il a monté avec Nouvelle-Lune et Graves - l'orc des caraïbes, elle découvre qu'elle est persona non grata au sein de l'IHA. Formore, qui n'a pas voulu se mettre son principal fournisseur d'arme à dos, a laissé tomber The Green et tous ces soutiens, interdisant à King de tenter quoi que ce soit. Sa petite opération de sauvetage a d'ailleurs failli lui coûter la vie. Même Oncle Owen est entré en disgrâce. Certains prédisent même une guerre des chefs entre les 2 hommes. King préconise donc à Sarah de faire profil bas en récupérant, puis de trouver un moyen de se racheter aux yeux du leader.

Mais c'est très mal connaitre la punkette! Au contraire, une colère sourde l'anime désormais : la vengeance! Se venger d'ARES et de son tortionnaire. Se venger de Formore, totalement compromis avec le Colonel et la mégacorpo. Et venger Oncle Owen du déshonneur que le leader lui fait subir en son nom. 

Vaste programme...
Pour commencer, Sarah doit disparaître et renaître. Elle rase ses longues dreads vertes fluos. Désormais, elle n'est plus The Green. Elle sera l'étincelle du chaos : Spark.
La punkette retourne dans sa colloc' et attend que Cyan en sorte, dégonde la vitre des toilettes - le point faible de la planque, et entre. Elle pique le stock de came de son amie et y laisse un mot d'excuse. Puis elle change de quartier, pour sortir de la sphère d'influence de l'IHA, dans l'espoir de trouver où crécher. Où bouffer. Où se refaire.
Elle ère dans les bas-fonds de Downtown, le cul à moitié à l'air. Avec sa gueule tuméfiée et sa boule à zéro, ca devrait attirer les crevards. Bingo!
Des toxicos de basse fosse la siffle, demandant son tarif. Un shoote répond-elle. Elle a besoin de zonards aux dents pourries par le crack et à la peau grêlée par... on veut pas savoir en fait!... pour s'assurer leur protection avec la seule richesse qui lui reste : la came de Cyan.
Pour une dose et quelques nouilles, Sarah passe de mec en mec, comme les 2 nanas défoncées qui attendent sur le canap'. Cela fait des siècles que The Green s'était élevé au dessus de ce caniveau. Mais elle n'existe plus, et Spark doit tout reprendre à zéro. 

En moins de temps qu'il ne faut pour redevenir lucide, Sarah réussi à comprendre les jeux de pouvoir du petit groupe, et leurs failles. La rivalité entre Cadmos et Alan sera son angle d'attaque. Elle apprends aussi que le groupe se fourni à quelques blocs de là, auprès de Porky. Dans le squat, Spark exacerbe les tensions en quelques mots et, profitant d'une engueulade entre les 2 types, mais surtout du flingue qui traîne à côté de la dope, elle flingue Alan d'une balle en pleine tête. Personne ne fait chier SON Cadmos, surtout lorsqu'elle lui aura filé la place de Porky. Le doute s'installe, bien aidé par la peur qu’instille le gun encore fumant. Elle sort la came de Cyan de sa poche. Tournée générale.

Elle appelle King, pour qu'il vienne la chercher. D'ici là, elle aura de quoi se relancer dans la partie. L'humain comprend qu'elle va encore au devant d'ennui. Il récupère 2 potes et appelle Nouvelle-Lune et Graves pour en savoir plus. Ces derniers n'ont eu aucune nouvelle de la punkette, aussi, tout ce petit monde se rend au rendez-vous prudemment.

Spark remet sa meilleure tenue de junky-allumeuse et se fait accompagnée de la paumée #2, engrossée il y a quelques mois. Toujours être sous-estimé, pour garder l'effet de surprise. Puis va taper à la porte métallique du Porky Crew. Une trappe s'ouvre, elle commande une quantité non négligeable de came, histoire de se faire recevoir en grande pompe. Mais le type demande à avoir d'abord le fric, par le trou béant qui fut une serrure. 
Spark est coincée. Et fait demi-tour, non sans repérer sur le côté du bâtiment une petite aération accessible en se contorsionnant bien au dessus d'une benne à ordure. Ca tombe bien, les bennes sont les seules oeuvres d'art urbains exposés par ici.
Spark renvoi la paumée taper à la porte, pendant qu'elle monte jusqu'à l'ouverture. De là, elle observe un duplex crasseux avec cuisine ouverte et canapé donnant sur une tridi devant laquelle sont affalés 5 gus jouant au dernier "Barbarian Knightmare", des boites de pizzas, des canettes de bière et des flingues plein la table basse. L'un des joueurs sort du lot : torse nu, la peau pâle, les cheveux rasés et décolorés, son nez porcin et une vilaine brûlure sur la joue le rendent presque aussi impressionnant que les muscles qui débordent de partout grâce aux stéroïdes. Porky, sans aucun doute. Quelqu'un tape à la porte, dans le couloir. Un des types quitte le salon, avec une arme.

Graves et son fourgon viennent d'arriver. Ainsi que King. Le nain descend du fourgon. C'est la zone ici, pourtant, il ne se sent pas à son aise. Cela fait quelques jours qu'il a du mal à se concentrer, à méditer. Rat semble s'éloigner. Ou serait-ce l'inverse?
Perdu dans ses idées, il ne remarque pas la punkette dans l'angle du bâtiment. Elle ne pourra pas être discrète ce coup-ci: il lui faut casser la vitre, s'y contorsionner à nouveau sans se couper, puis tomber derrière la cuisine de 2 bons mètres de haut. Elle préfère allumer tout ce petit monde d'abord, puis se jeter à terre ensuite, profitant de l'effet de surprise.
PAN-PAN. 2 joueurs ne se relèveront plus jamais, dont Porky. Les autres paniquent, mais l'un soulève d'un geste la table basse et se rue derrière. Protection de fortune, certes, mais Spark ne sait plus où est sa cible qui réussi à saisir l'HK. Le dernier ganger se barre en courant. L'irlandaise profite de se répit pour tomber 2m plus bas.

Les runners entendent les coups de feu, comme tout le quartier, qui se barricade. La force de l'habitude. Ca doit être Sarah, pensent-ils tous. Une nénette à peine majeure mais déjà enceinte courre comme une dératée vers eux. Non, elle ne connait pas de The Green, ni de Sarah aux dreads vertes.
Des tirs de barrages retentissent depuis le bâtiment en face d'eux. Suivi d'un "Crève, salooooope!". Ca y est, ils en sont certains : seules Sarah peut foutre en rogne quelqu'un en si peu de temps.

La cuisine protège la punkette, pendant qu'il renforce sa position entre le canapé et la table basse. La punkette va devoir l'en déloger.

Dans la rue, Graves fait signe à King de rester à sa place. Sans bouger un cil, il fait descendre son chenillard du fourgon. A peine est-il sorti, que son canon pivote, commence à tourner à haute vitesse et mitraille la porte métallique, à plus de 50m de là. Celle-ci est littéralement découpée par le feu de plomb. Dans le couloir, un ganger truffé de trou gît au sol.

Sarah allume à tout va en piquant un sprint dans la direction de son adversaire, et saute par dessus la table. Prit de vitesse, le HK n'arrive pas à la verrouiller. Mais lorsque Sarah lève la tête pour se débarrasser de son assaillant désormais à quelques centimètres d'elle, elle aperçoit sortir de la chambre derrière le ganger fuyard qui revient avec un flingue dans chaque main, hurlant à la mort, alors que les rotatives du canon roulant se font entendre.
Changement de plan! Spark repart se planquer derrière le bar de la cuisine. Les planches de placo ne tiendront pas longtemps, mais les gangers ne sont pas vraiment de fins stratèges, restant debout, enragés, et martelant la gâchette de leurs armes... qui se vident trop vite.
Au premier *clic*, Sarah jaillit et abat son possesseur. Le ganger est terrifié et fuit... pour se retrouver dans la ligne de mire du chenillard.

Vite, avant que les nouveaux venus lui tombe dessus, Sarah fouille la zone à la recherche de la thune et de la came, récupérant au passage l'HK. Dans le fauteuil criblé de balles, une petite boite à chaussure contient une poignée de sachets de poudre, et quelques rouleaux de billets. Jackpot!
Sarah tente de se barrer par là où elle est arrivée, mais la hauteur est importante. Alors qu'elle se bricole un escabeau de fortune, le chenillard arrive... suivi d'un orc, qu'elle reconnait. Il l'avait sorti de la salle d'interrogatoire quelques jours plus tôt.

Tout ce petit monde se retrouve dans la rue, étrangement calme désormais. La nouvelle coupe de The Green attire quelques commentaires moqueurs, mais le coeur n'y est pas. Sarah donne tout ce qu'elle vient de récupérer à King : "la thune, c'est pour ta nana, qui a prit de grands risques pour sauver ma peau. Et la came, ben, c'est un dédommagement pour Cyan...".
"Mmm. J'imagine que le compte n'y est pas et qu'elle va me péter la gueule, c'est ca?".
La question est purement rhétorique.
"J'ai laissé de la thune à l'IHA après la mission sur Neil Scott." réplique t'elle. "Récupère la, King, car il y en a aussi pour Nouvelle-Lune. Avec le reste, je me retape et on fout Formore et son putain de Colonel au cimetière!"

Intrigué, tout le monde se fait la malle, vers un parc un peu plus calme.

Sous une pluie de data
Quelques heures plus tard, King les rejoint avec le pognon. Sarah dédommage le shaman, qui reçoit un coup de fil.
Son frère, Ugo, vient aux nouvelles concernant Charlie Duke et ses infos sur la localisation du Masque Rouge. Nouvelle-Lune lui explique que celle-ci doit être morte, ou en tout cas entre les mains du Colonel, aussi, il n'en sait pas plus, mais demande des explications. 
"Un type a parlé d'elle sur son lit de mort. Ca serait la seule à savoir où se trouve une arme nommée "Masque Rouge". Un truc contre les Premières Nations paraît-il. Martha, et ProGaïa tout entier, veut absolument cette arme. On est prêt à embaucher tes potes si tu veux."

Le shaman regarde ses collègues fantasmer sur le meilleur moyen de nuire qui à Formore, qui à ARES, qui au Colonel... Lui a le moyen de tous les doubler! "On trouve ce Masque Rouge avant le Colonel, et ainsi ARES lui fera passer un sale quart-d'heure" dit-il
"Ok. Et si ARES le désavoue, Formore perd son principal fournisseur. J'en trouve un autre et on pousse Oncle Owen à prendre la place de l'autre connard", répond Sarah, toute excitée.
King se renfrogne. Il a plusieurs fois désobéit à son leader ces derniers jours. Mais toujours pour soutenir l'une des leurs. Là, il s'agit d'un putch, c'est plus la même chose... Sans doute serait-il plus judicieux de plutôt chercher l'origine des fuites dans la presse exposant salement l'IHA. Ca ne peut être qu'une taupe ca, vu le niveau de détail.

"Lorsque l'on t'a récupéré, tu disais avoir été interrogée sur des trucs inconnus comme : Blackbears, Masque Rouge, et Klawock. C'est quoi?" continua le nain. 
"J'en sais rien. Mais si c'est important pour eux, ca doit l'être pour nous. Visiblement ARES voulait savoir ce que l'on savait sur cette arme. Cherchons à quoi correspond le reste" dit Sarah.

Le shaman, aidé de Graves, dégaine son PAN et tente Klawock bien que ce mot ne lui semble pas étranger. Bien sûr! C'est une petite bourgade de l'île du Prince de Galles, dans la Nation Tsimshian, sa terre d'origine (et aussi celle de ProGaïa). Il y a quelques centaines d'habitants, vivant principalement de la pêche et de la sylviculture, dont le seul moyen d'accès reste le bateau.


Maintenant, il recherche Blackbears et découvre un document déclassifié depuis une bonne décennie concernant le financement d'une base militaire US secrète en 2018 sous le barrage de Klawock. Barrage qui n’apparaît plus sur les images satellites actuelles. Le document parle aussi d'unité de recherche sur les nanomachines. Celà surprend son monde, car la nanotechnologie n'est apparu qu'une bonne décennie plus tard, lors des premiers implants cybers, et notamment les premiers datajack pour lutter contre le virus du Crash de '29.
Nouvelle-Lune trouve aussi une liste du personnel militaire affectée à cette nouvelle base. Y apparaissent notamment les sergents Davon Reyes, Charlie Duke et le Lieutenant Jake Bailey.


Bien lancé, il trouve un mail actuel d'un Jake Bailey à Miami, et le contacte. L'homme qui répond doit avoir dans la 50ène, surprit de ne pas voir son interlocuteur. Mais lorsque le shaman lui demande qui était le Lieutenant Bailey, il explique être son fils, Jake Junior. Expliquant la confusion. Son père est décédé il y a fort longtemps, en 2018.
Les runners cherchent donc à savoir ce qu'il s'est passé cette année là. Junior explique l'armée l'a longtemps recherché depuis ce jour là pour trahison. Mais lui n'a jamais pu croire à cette thèse, son père était bien trop intègre. Certains disent qu'il a été tué lors de l'évacuation de la base secrète dont il s'occupait et qu'il fallait faire disparaître avant que les amérindiens ne récupèrent le territoire.

Les runners savent désormais où aller pour en apprendre plus sur le Masque Rouge : l'ancien barrage de Klawock.

Obtenir le taf
Le shaman rappelle donc son frère, et propose d'engager ses potes pour trouver le Masque Rouge. Ugo est ravi, surtout qu'ils ont une piste sérieuse. Il leur demande de venir rencontrer Martha, la boss de la cellule locale de ProGaïa, à Kitimat, en terre Tsimshian. Puis grâce à leur nouvel ami, il pourra leur filer du super matos, comme des Combi Personnelles Autonomes de combat!

Sur ces entrefaites, Sarah se prend à rêver de son coup de maître : trouver une megacorpo productrice d'armes rivale d'ARES, leur proposer de les équiper/transférer jusqu'à Kitimat, récupérer le Masque Rouge, puis le leur fournir (eh! Si ARES le veut tant, même si eux ne savent pas ce que c'est, pourquoi ne le voudraient-ils pas?). Tout ca pour faire tomber le Colonel et Formore, et être le nouveau fournisseur d'arme de l'IHA, qui passerait sous la coupe d'Owen...
... elle cherche donc parmi ses contacts un revendeur d'arme que Formore avait refusé : Warde Winter.
La 50ène bien tassée, même s'il en fait moins, Warde est un indépendant carriériste qui fait dans le matos à viander. Sarah lui sort tout le plan, ne lésinant pas sur les "c'est un cadeau que je te fais" et autres "un plan en or". Le type est dubitatif. Nager au milieu de si gros requins, pour un truc expérimental dont il n'a jamais entendu parlé et dont on ne peut lui expliquer l'intérêt, en avançant du matos pour tous le monde?
Ca sent l'arnaque. S'il n'avait pas tant de respect pour Sarah, il lui aurait raccroché au nez depuis longtemps. Par contre, il peut accéder à sa première demande : remplacer le fouet monofilament implanté dans son doigt et détruit dans l'assaut d'ARES Coyote. Il peut même lui conseiller un charcudoc pour le taf. Par contre, rien n'est gratuit.
Pour le reste, il va essayer de faire courir la rumeur et voir ce qui remonte...

L'équipe doit maintenant se préparer à passer les frontières... et seul Graves possède un SIN. Mais pas ses drones, ni le cyber de Sarah ou les focus de Nouvelles-Lunes.

En attendant, Sarah achète le fouet monofilament, et va voir le charcudoc. Elle lui file son dernier bifton pour qu'il ne la salope pas trop.
Avatar de l’utilisateur
Orushaa
Aiguiseur de Dague
Messages : 48
Inscription : 01 mai 2018, 16:56

Re: CR

21 mars 2020, 08:49

Coucou,
Pour ce qui sera de passer la frontière, après quelques jours de confinement seulement, mon cerveau s'étant remis à fonctionner presque correctement, je viens de me rappeler qu'effectivement j'ai la meilleure des solutions : je connais un douanier!
:stupid:
~^(;,;)^~
"Dans le doute, frappe encore!"
Proverbe Orc
Avatar de l’utilisateur
Mickey
Cultiste
Localisation : Blagnac
Messages : 786
Inscription : 01 mai 2010, 13:35

Re: CR

10 mai 2020, 18:18

Les p'tits papiers
Nouvelle-Lune appelle Dranik, un douanier ripou qui a déjà laissé passer l'équipe ProGaïa d'Ugo quelques mois auparavant. Dranik explique qu'il peut fermer les yeux sur les marchandises qui transitent, mais pas sur les SIN : ca serait immédiatement détecté par les senseurs. Par contre, pour ca, il faut aller voir Rico, au White Bunny, qui fournit de faux papiers pas très solides mais juste ce qu'il faut pour ne pas alerter un contrôle, surtout lorsque l'agent est dans la combine. Par contre, Dranik est emmerdé. Depuis quelques jours, l'état a changé certaines procédures, et un bureaucrate a été envoyé vérifier que tout est bien appliqué comme il faut. Et depuis quelques temps, il est dans ses pattes à lui!

L'équipe valide la stratégie et se dirige vers le bouge.

Le White Bunny est un bar à strip où les filles offrent des extras, tenu par un troll freluquet et tatoué, mais avec des cornes droites comme des i, ivoires et évasés à leurs bases. De vraies oreilles de lapin bien ridicules! Sarah explique qu'elle vient de la part de Dranik. Le troll leur explique les tarifs : 1 plaque par faux papier comme un SIN, un permis de détention d'arme, de cyber, de magie... Les runners se voyaient déjà transporter les drones de Graves dans le van, lui sur ca moto à canon, suivi par tous les hommes de Sarah, en arme. Le rêve vient de se fracasser sur la dure réalité économique : ils seront 3 et sans matos particulier, et encore, même pas sûr de pouvoir se le payer. Ils tentent de négocier, mais sans succès : Rico sait l'avantage de fournir les papiers ET le douanier. Et sa faussaire est une bonne.

Derrière la petite cours menant aux chambres des étages, se tiennent 3 gros bras asiatiques. Enfin, un seul est vraiment gros, genre sumo. Les 2 autres sont athlétiques et visiblement augmentés : l'un à un système de vision greffé au visage, l'autre un tronc et des bras cyber et le sumo des implants sous-crâniens semblables à 2 petites cornes diaboliques. Le nain décode leurs tatouages : certainement des membres des triades, voire même des 88.
Ces charmantes personnes escortent les runners au sous-sol, dans un local informatique de quelques m² mais totalement rempli de matos clignotant, d'écrans tridéos et de câbles réseaux... menant à un fauteuil incliné sur lequel gît une femme caucasienne reliée à tout ca. Les nounous laissent les runners là, et verrouillent derrières eux. Une voie numérique commence à leur expliquer la procédure, mais Nouvelle-Lune suspecte que la faussaire n'exerce pas ses talents de manière aussi volontaire qu'il semblerait. Graves de son côté n'aime pas le clapier dans lequel il est enfermé et tente de faire venir ses drones en supports, lorsqu'il se rend compte que la salle est imperméable aux ondes. Miléna, la jeune faussaire, explique qu'il n'y a pas d'accès à la matrice ici, sinon elle ne serait pas là...
L'équipe demande si la salle est surveillée. Miléna explique que non, ca ne sert à rien, y'a les gardes chiourmes dehors. Ils tentent alors de voir à quel point elle serait tentée de s'enfuir. Un petit jeu oral du chat et de la souris s'installe, jusqu'à ce que les gardes viennent taper à la porte : "Alors, ca avance?". Miléna réplique : "vous m'aviez pas dit que le nabot faisait de la magie!?! Faut que je recommence tout maintenant, fait chier!".
Ils ont gagné quelques minutes, de quoi préparer un plan.
Miléna explique qu'elle a absolument besoin d'embarquer le serveur, un gros bloc tenable à 2 mains, contenant tous les travaux qu'elle a fait pour Rico et ses potes. Ca sera sa monnaie d'échange pour qu'ils ne la poursuivent pas trop longtemps. Une fois dehors, ils se douteront bien qu'elle aura mit sa sur la matrice, et qu'on moindre pépin sur sa personne, tout sera exposé au grand jour. Rico n'aura rien à gagner à foutre les 88 autant dans la lumière. Et elle, tant que les secrets le restent, elle a son assurance.
Quant aux runners, elle pourra leur faire de faux SIN, mais juste à eux, car le scanner est dans la pièce et qu'elle n'en aura plus après. Aussi, elle sort les faux papiers en vitesse alors que l'équipe tend une embuscade au premier garde qui passe son nez.
L'endroit est étroit, Sarah ne peut pas utiliser son fouet monofilament sans risquer de trancher tous ses alliés en même temps. Graves tente de maîtriser le voyou aux senseurs, et l'assomme net. La porte est ouverte, et le shaman aperçoit les trames astrales des 2 autres gus non loin, attendant le retour de leur pote. L'équipe hésite : lancer un assaut frontal sur les gardes et se ruer dehors, ou tenter de se faufiler dans les escaliers tant que l'alerte n'a pas été donnée et passer par l'étage pour sauter dans la rue depuis une fenêtre?

Nouvelle-Lune en appelle à Rat pour doter Sarah de sa célérité. Il sent toutefois que son totem s'éloigne de lui, se dérobe. Il redouble de concentration et réussi son sortilège. La punkette cède alors (encore!) à l'impatience et lance l'assaut! Le sumo se fait truffer de plomb tandis que le dernier sort une lame d'un compartiment cyber le long de sa cuisse, alors qu'il se jette dans le bar pour éviter les balles. La panique commence à gagner les clients. Graves quant à lui fait démarrer en trombe le van qui vient faire un drift devant l'entrée, prêt à les accueillir, alors que son drone pointe son canon et commence les tirs de semonce. L'équipe se rue à toute vitesse à travers le bar, profitant du chaos alors que se dresse devant eux le soldat à l'épée. Une bourrasque de vent le projette derrière le bar et libère la voie. L'équipe plonge dans le van, protégeant la faussaire et son serveur, alors que le véhicule démarre en trombe.

Une frontière pleine de surprise
L'équipe a récupéré les 3 SINs de Miléna, puis l'a déposé près d'un squat où ils sont à peu près sûr qu'elle ne restera pas. Elle leur a toutefois laissé l'adresse d'un bar virtuel en cas de besoin. Puis ils sont allé aussitôt à la frontière, espérant que Rico ne soit pas encore informé de leur bruyante aventure... ou tout du moins qu'il ne soit pas déjà en mesure d'inventer un truc pour se justifier aux yeux des officiels lorsque les runners le balanceront alors qu'il tente de les bloquer!

Les 24 lignes de contrôle sont occupées, mais il n'y a qu'une 50ène de voiture sur chacune, donc pas la foule des grands soirs. Approchant d eleur tour, Nouvelle-Lune contacte comme prévu le douanier qui leur indique la ligne où il se trouve. Lorsqu'il ne reste que quelques véhicules, le nain, sur le banc passager du van, remarque un bureaucrate en seconde ligne de contrôle, qui vérifie le travail des officiels. Le costard qui faisait suer Dranik est là. Mais ce que voit le nain l'inquiète encore plus, alors que la dernière voiture passe la barrière et que leur tour vient, lorsqu'il reconnait en lui l'amant de July qu'ils avaient secoués après une séance de yoga intense en phéromones.
En quelques mouvement, il retire l'os fétiche de son nez, met son écharpe en turban sur sa tête et baisse le regard, suppliant Rat de leur rendre discret. Dranik fait son taf, ne laissant rien paraître s'il est au courant de leur carton au White Bunny mais pourtant nerveux quant à la présente du contrôleur. Ce dernier s'approche, semblant avoir le douanier dans le collimateur, mais ne remarque pas le nain, que la magie camoufle, et laisse passer le van sans plus de contrôles. Heureusement, car le drone à l'arrière suffirai pour envoyer tout le monde en garde à vous vite fait bien fait!

En route pour la joie
La capitale de la Nation Tsimshian est à près de 1500 km de Seattle, soit 17h de voiture. La route nationale est gérée par la GridGuid, mais il ne faut pas trop s’en écarter. L'équipe décide de s'avaler tout d'un trait. Graves surveille la route, le shaman est à l'arrière et Sarah... prend des calmants pour passer le temps.
Faut dire que c'estr longuet : la nature devenant de plus en plus sauvage et les villes rares, les maisons arborent souvent des éléments tribaux : totems, décoration sur le thème de la nature, bois de cerf, etc.

Arrivé en terre Tsimshian: « Terre d’espoir et de promesse » qu’ils disent. Tu parles ! L’endroit est triste et déprimant, la route vraiment monotone. Le ciel est bouché par une couverture nuageuse gris ardoise et la pluie torrentielle et glaciale ne les a pas lâchée depuis la frontière. Au moins, la route 16 est en bon état – meilleure que certaines highways de Seattle. La pluie rend la vitesse plutôt dangereuse, mais au moins il n’y a pas de trop gros nids-de-poule.
Des vallées boisées mènent à Prince Georges, avec sa banlieue de caravanes aux couleurs de la tribu Haïda. Puis, en reprenant vers l’ouest et le Pacifique, les runners se retrouvent coincés entre de hautes montagnes aux sommets encore enneigés entre lesquelles il faut slalomer. Ca veut dire négocier constamment des tournants-suicides – une muraille de roche sur la droite et une chute libre de 30m jusqu’à la rivière sur la gauche. Super !

En changeant de côté de la vallée via un pont métallique, Graves remarque sur l'autre rive un autre van garé juste après, donc sortent quelques gars débarquant un truc des portes arrières et le prenant sur l'épaule... un bazooka! L'orc pille brusquement, alors qu'il envoi son drone insecte par la fenêtre. Mais contrairement à sa paranoïa naissante, ils ne sont pas la cible du tir : celui heurte le pilier central du pont, qui explose et commence à s'effondrer. Les terroristes plient aussitôt bagage et quittent les lieues, comme si de rien n'était.
L'équipe assiste, impuissant, à l'effondrement, emportant avec lui quelques camions automatiques et autres voitures civiles certainement occupées, elles... Au moins, eux auront-ils pu s'arrêter à temps.

Le drone espion perds assez vite leur trace, mais a pu filmer leur fuite. Graves décide de faire du hors piste pour franchir la vallée. Arrivé sur place, des pick-up de flics sont déjà arrivé. Scannant leurs fréquences, le rigger constate qu'ils cherchent les fauteurs de troubles circulant dans un van blanc... tout comme eux! Préférant prendre le taureau par les cornes, ils décident de se rendre d'eux même devant les flics, avec les images du drone. Leurs têtes d'anglos ne leur vaux pas de grandes sympathies, mais ils apportent les images des fuyards. De plus, ceux-ci ont bien évidement revendiqué leur actes en taguant le symbole de ProGaïa sur les lieux de leur méfait.
Les flics prennent leur témoignage, où ils expliquent qu'ils allaient passer lorsqu'ils ont vu le tir de l'autre côté et pillé. L'orc, journaliste amateur, a dégainé son drone pour la poursuite mais sans succès. Les agents commençant à peine leur enquête, ils prennent leur SIN et contact puis les laissent partir.

Encore un peu de route, puis ils arrivent en vue d'une petite ville portuaire, l’une des seules zones d’activités économiques à des centaines de kilomètres à la ronde : Kitimat, la capitale Tsimshian. Mais la pauvreté est aussi visible que la rudesse du climat. La première vision de Kitimat en fait un endroit triste, froid et humide, terne et déprimant… assez proche finalement d’une version miniature et encore 20ème siècle de Seattle. On s’y sentirai presque chez soit finalement. La nuit est en train de tomber, et les rues s'emplissent de voisins se rendant les uns chez les autres en costumes traditionnels, lourds packs de bières à la main, alors que les fumées des barbecues s'élèvent d'un peu partout. Nouvelle-Lune reconnait l'une des traditions les plus fameuses de sa culture : le pottlach ; les plus aisés partagent un bon repas - du saumon cuit au feu de bois - en buvant un coup. Bien sûr, ca tourne régulièrement à la beuverie généralisée, et les laissés pour compte comme lui en profitent souvent pour régler quelques comptes avec le pouvoir tribal en place.

Le Randy Sasquatch
Le bar où Nouvelle Lune a rendez-vous avec son frère se trouve dans l’un des quartiers pauvres de la capitale, quelques blocs après les classes moyennes Tinglit où quelques carcasses de voitures incendiées gisent aux pieds des immeubles tagués du sigle de ProGaïa. La pancarte néon où s’agite frénétiquement un bigfoot amérindien aux attributs féminins fortement sexualisés indique l’entrée.
Sur une estrade, un danseur tribal avec masque et tenue à frange s'agite. Chaises en plastoc, tables en ferraille, lumières faibles et enfumées, ce bouge n’aura jamais sa première étoile malgré les quelques peaux de castors et autres drapeaux tribaux. Ici encore, la faune est désœuvrée, ce qui signifie que la plupart sont haïdas ou kwakiult ; et des durs avec ca ! Et si ces types haïssent tout le monde, ils réservent leur plus noire colère aux anglos qui ont ruinés leur nation bien avant que celle-ci n’existe.
Alors quand 2 d'entre eux se pointent en plein pottlach, certains prennent ca comme la provocation de trop! Nouvelle-Lune vient à la défense de ses peaux-roses de collègues, alors que Graves se surprends à pour une fois ne pas être détesté à cause de son métatype (mais à être détesté tout de même!). Sarah, encore sous cacheton, n'envenime pas trop la situation pour une fois, ce qui n’empêche pas la tension de monter de plusieurs crans... lorsque un gars siffle la fin de la récré depuis le fond de l'établissement. Ugo vient d'arriver et salut son frère avec grand plaisir, puis amène tout ce petit monde dans l'arrière bar.

Là, devant une table de billard où sont jetés des documents papiers, mais aussi de vieux projecteurs tridéos de bric et de broc, se tiennent une femme aux cheveux noirs de jais ornementés de quelques plumes, et une demi-douzaine d'hommes en armes, dont certains militairement cybernétisés. Ugo est ravit de présenter son leader : Martha Oeil-d'Aigle!

La femme est charismatique, dans le genre beauté glaciale. D'après les rumeurs, le shaman sait qu'elle est une haïda écowarrior de la pire espèce : convaincu au plus profond d'elle même! Plus extrémiste que les plus extrêmes, mais aussi rudement efficace dans la purge qu'elle a mit en place à son arrivée. Depuis, elle vogue de succès en succès, et la cellule haïda a l'origine de cette multinationale du terroriste écologique qu'est devenue ProGaïa pourrait bien en redevenir le centre rayonnant.
Martha explique le plan : un pécheur du coin va les embarquer discrètement cette nuit, avec Ugo, puis simulera une panne à proximité de Klawock, afin de justifier son arrivée. Au port, il graissera quelques pattes pour qu'il n'y ait pas de questions lorsque l'équipe descendra. Ensuite, à eux de retrouver la base de Blackbears, puis le masque rouge et de revenir avant que le pécheur ne parte.
L'équipe acquiesce le plan, mais reste en attente concernant... le matos! Ugo avait parlé d'un nouveau "sponsor" pour la cellule apportant du matos de dingue, et les runners sont bien curieux de voir ca. Sarah s'imagine déjà avec un lance-roquette et Graves avec un sous-marin nucléaire piloté à distance, ou ce genre de joujoux.
Ugo appelle dont le mécène : Notch. Le type arrive quelques minutes plus tard, et semble très ami avec le frère Laars.
Nouvelle-Lune trouve cela quand même étrange, et maintenant qu'il a son visage et nom, il cherche discrètement sur la matrice quelques infos croustillantes sur le bonhomme et tombe sur un truc qui attire son attention : selon un site conspirationniste, un "Notch" serait "un agent Mitsuama sous couverture". Mais que viendrait faire la mégacorpo de l'équipement ménager à pas cher dans ce merdier?!?
Passant le mot à Sarah, celle-ci essai alors de lui faire faire l'inventaire des armes qu'il peut proposer, histoire de voir s'il a ces entrées chez Mitsu. Le type sent le ton inquisiteur de la punkette et n'apprécie pas. De plus, ces derniers le prenant au départ pour le père Noel, il leur explique qu'il veut bien faire un geste, "au nom de la cause", mais qu'il ne faut pas pousser non plus, ne les connaissant au demeurant ni d'Eve ni d'Adam, et se tourne vers le seul interlocuteur fiable à ses yeux : le frère de son pote. Finalement, l'équipe se montre raisonnable : Sarah demande des flingues, un gros pistolet qui tâche, un petit discret et un fusil d'assaut, et Graves un médikit au cas où.

La réunion prend fin, mais Sarah veut voir comment les Peaux Rouges font la fête. Sentant la mauvaise idée, Nouvelle-Lune l'accompagne, espérant arrondir les angles. Evidemment, il n'en faut pas beaucoup, alcool aidant, pour que l'animosité de ses concitoyens ressortent à l'encontre de la demoiselle. Lui apportant son aide, le nain en prend pour son grade : "la vie à la grande ville t'a rendu plus blanc qu'un coton tige, sale traître!". Le nain accuse le coup.
Finalement, un bon coup de casque de Sarah dans le pif d'un gros plein de bière mettra fin aux amusements, et à la soirée.

Klawock
Après plusieurs heures coincés entre le moteur fumant et des collègues trop proches, esquivant le roulis donnant une nausée tenace, les runners arrivent en vue de l’Île du Prince de Galles et découvrent un enfer de rocaille battu par un vent mordant et des bourrasques glaciales descendant tout droit du golfe d’Alaska. Et encore, heureusement que ce n'est que juin ! Les forêts, épaisses et sombres, semblent exalter une malveillance implacable envers les insignifiantes créatures telles qu'eux. Selon les bases de données publiques, pourtant, l’île n’a pas toujours été comme ca. Elle accueillait autre fois plusieurs agglomérations tranquilles comme Craig, Hydaburg et Point Baker. Il n’en reste plus grand-chose aujourd’hui et l’île est quasiment abandonnée. Klawock elle-même était jadis une communauté de pécheurs prospère de la côte ouest, mais elle est désormais quasiment inoccupée, hormis quelques irréductibles locaux et un mécanicien naval. Ses bâtiments semblent avoir mieux résistés à la rigueur des éléments que n’importe quoi d’autre, probablement parce qu’ils ont été construits le siècle dernier en béton armé et non en bois ou autres matériaux légers utilisés aujourd’hui par les amérindiens.

Arrivé sur le ponton de béton armé, seul un nain d’une quarantaine d’année les accueille. Bourru et buriné par la rudesse des lieux, un nanotatouage facial laisse penser qu’il a pu avoir une autre vie, ailleurs mais tout aussi rude. Ghostwind, le pécheur, prétend avoir eu une panne, et glisse quelques billets au nain lorsque celui-ci voit les 4 hommes descendre. "On vient pour la chasse. Z'auriez pas bagnole à nous louer?" prétexte sans trop de conviction Ugo. Le nain ne relève pas "Mmm, y'a bien mon vieux pick-up... mais, dans votre chasse, faites gaffe à la malédiction".
Le shaman est interpellé et demande des explications : "depuis l'incident des Achachaks - c'était même avant ma naissance! - la ville est maudite et des gens disparaissent. Les esprits sont fâchés. Même dans la forêt, les animaux sont attaqués."
Sarah se moque des croyances locales, ce qui vexe le nain et termine les conseils, alors que son PAN sonne. Un de ses hommes à qui elle avait demandé de laisser traîner ses oreilles proches du milieu militaire l'averti : la rumeur dit qu'une mission vient de décoller en hélico. Ca a mit le bazar parce qu'il semble que ca ne soit pas un truc officiel. Après, peut-être que c'est du flanc, ou un truc pour l'amérique du sud, ou les CAS ou n'importe quoi dont à le secret la grande silencieuse. Sarah remercie son homme et lui demande de continuer la veille.

Une randonnée périlleuse
Le vent a redoublé d'intensité, et une lourde neige tombe désormais. Des congères se forment à l'arrière des pneus cloutés du pick-up. Graves se sent comme nu. Sorti de Klawock, plus de réseau! Même le GuidGrid est absent. Bien sur, il a programmé sur ces cartes le point GPS de l'ancien barrage de Blackbears, et il suit la route du nord contournant les montagnes pour revenir au plus prés, mais il faut bien à un moment finir le chemin à pied, en entrant dans cette dense forêt de résineux aux branches ployant sous la poudre blanche.
La progression est difficile pour les citadins, les roches obligent à des détours et le blizzard n'aide pas. Après plusieurs heures, alors qu'ils se trouvent nez à nez à un à-pic infranchissable et une falaise sur le côté, le shaman est bien obligé de concéder qu'ils sont perdu! Heureusement, cela plusieurs fois qu'il remarque les traces astrales d'un esprit de la forêt. Dans le froid glacial il tente de l'invoquer. Transit de froid, Graves demande au nain quand est-ce que l'esprit daignera montrer le bout de son fantomatique nez car il commence à ne plus sentir ses mains. Sarah, elle, se réchauffe à l'ancienne : en vidant ce qu'il lui reste de sa flasque! Le nain, quant à lui, saute sur place... jusqu'à ce qu'une plaque de neige ne se décroche et l'entraîne vers le bord de la falaise!
Le shaman, d'un sang-froid de rigueur, invoque l'aide de Rat et s'envole dans les airs alors que la neige s'écrase quelques centaines de mètres plus bas.

Cela fait désormais trop longtemps que les runners attendent l'hypothétique esprit sauveur, et Graves a de douloureuses engelures aux doigts, lorsque qu'une bourrasque semble se rassembler pour former un magnifique loup blanc, aux yeux d'un bleu givré, dont les pattes ne laissent aucunes traces dans la neige immaculée.
L'esprit est enfin arrivé, et les guide à travers la forêt jusqu'au bord de l'eau, où gisent les débris d'une énorme structure en béton armé.

Pendant le trajet, le shaman a remarqué nombre d'animaux, petits ou plus gros, morts mais pas dévorés. Il n'avait pu dévier son chemin pour les observer, mais prés du lac il en aperçoit un autre, une biche. Elle semble morte d'aucune blessure. Juste glacée, tétanisée. Si origine magique il y avait, celle-ci n'est pas récente d'après le nain qui inspecte les lieux astralement.
L'orc demande de se presser, gelé qu'il est. Sarah cherche sur les berges une potentielle entrée pour un complexe souterrain. Originellement sous le barrage, sa destruction l'a sans aucun doute englouti. Mais Nouvelle-Lune, toujours lui, repère un amas de béton, en surface, qui une fois dégagé semble mener à une structure enfouit. Mais alors que ses collègues commencent à déblayer les petits rochers, lui incante pour faire léviter le plus pylône, intransportable autrement. S'est dans sa danse tribale que le nain, sans y prêter attention, marche sur une zone du lac où la glace est trop fine et craque sous son poids!
Tombant d'un coup dans l'eau glacée, les fissures se propagent à toute vitesse en direction de ses compagnons et les fait plonger à leur tour. L'orc, malgré ses engelures, réussi à se hisser aussitôt sur la glace et aide le nain à faire de même. Mais Sarah, elle, est piégé sous la surface et ne trouve pas le point d'entrée. Nouvelle-lune, transit de froid, invoque la chaleur de Rat pour faire fondre la glace, espérant que Sarah y trouve une sortie. Quelques longues secondes inquiètent toute l'assemblée, mais une tête jaillit soudainement dans un inspiration salvatrice.

Les runners, trempés et glacés, finissent par dégager l'entrée et y pénètrent, se protégeant enfin un peu du vent. Espérant y faire un feu, tant pour briser l'obscurité que le froid, un bruit sourd de moteur et de pâles résonne dans la vallée... un hélico s'approche de ce lieu dépourvu de toute autre centre d’intérêt que l'ancienne base secrète de Blackbears.
Avatar de l’utilisateur
Mickey
Cultiste
Localisation : Blagnac
Messages : 786
Inscription : 01 mai 2010, 13:35

Re: CR

29 juil. 2020, 15:14

Tunnels mortels
Les runners sont enfin rentrés dans les décombres de la base de Blackbears. Ils explorent les lieux et découvrent des corps, souvent intact, d'animaux ou de gibiers, comme pétrifiés pour l'éternité. En fouillant un peu, le shaman aperçoit des formes astrales plus grandes qu'un troll, invisibles à l'oeil nu. Ces sortes de Yéti au poil réfractant la lumière se sentent menacé par les intrus et passent à l'attaque, défendant leur antre. Des bandersnatch, comme les appellent les locaux. Ils survivent en aspirant l'énergie vitale de leur proie.

Une fois défait, l'équipe découvre la salle de production du Masque Rouge : tout une zone sous haute protection biologique, mais la porte semble verrouillée. Il faut absolument remettre le courant pour l'ouvrir.
Alors que les runners repartent dans les tunnels à la recherche d'un générateur, ils entendent des déplacements subtils mais réels. Une équipe armée les attends en embuscade derrière le seul point d'entrée connu. Le groupe décide de jouer les morts. Vu les lieux, le premier qui s'avance s'expose gravement. Graves trouve la salle du générateur, alors que ses drones apportent un soutient non négligeable à ses collègues. Il défonce la porte et le bruit déclenche les hostilité à quelques encablures de là.
Les assaillants sont clairement des militaires de formations, équipés et augmentés, se déplaçant de manière coordonnée. Le combat est violent, à mort. 2 drones ennemis prennent en embuscade Nouvelle-lune, mais sa magie fait quand même des ravages. Sarah réussi a atteindre le corps-à-corps et taille dans les armures kevlar avec son fouet, mais les soldats lui imposent un tel rythme d'assaut et de défense qu'elle fini par gravement se taillader avec son arme. Heureusement, Graves réussi à redémarrer le générateur au fioul (quelle antiquité!) et la lumière soudaine ébloui les soldats en vision nocturne, donnant le léger avantage qu'attendait l'équipe pour vaincre.
Tout le monde est lourdement blessé, même malgré les gris-gris de l'homme médecine.

Divergences
L'accès à l'espace du Masque Rouge est enfin déverrouillé. En contre bas, une zone hermétiquement close avec des symboles biohazard attire tout de suite l'attention : un tube de verre, le dernier enclenché dans une machine, contient des volutes épaisses qui s'agitent tel un essaim.
Des charges explosives sont visibles à de nombreux endroits, les détonateurs ayant été enlevé visiblement à la hâte.
Quelqu'un c'est opposé à la destruction de cet endroit, expliquant pourquoi il ne s'est pas effondré comme le reste du complexe sous le barrage.

Nouvelle-lune consulte l'un des ordinateurs du labo, et trouvent des réponses interressantes :
Le Masque Rouge était un programme expérimental de l'armée US en 2018. Ces nanomachines pouvaient s'introduire dans un organisme cible et en détruire les cellules vitales. L'armée venait juste de trouver des marqueurs génétiques de différentes ethnies, dont les amérindiens d'origines. Le Masque Rouge servait donc à cibler ces populations qui, ayant accès à la magie, était en train de remporter le conflit contre l'Oncle Sam.
Charlie Duke était une jeune recrue de la base de Klawock, lorsqu'ils ont perdu le contrôle du prototype nanotechnologique en 2017. La ferme des Achachak a subit la nuée et sont mort dans d'atroce souffrance. L'armée a camouflé ca en une résurgence subite d'une étrange maladie, et les anciens y virent une malédiction. Ceci entraîna le déménagement de la base de recherche dans le complexe secret sous le barrage de Blackbears. Mais un an plus tard, alors qu'un nouveau prototype était enfin quasi finalisé, l'armée céda devant les revendications autochtones, et la base dûe être subitement désertée et sabotée.

Graves et Sarah sont choqués, demandant à Ugo ce que compte faire ProGaïa d'une telle arme de destruction massive. "Se venger du génocide que l'homme blanc a fait subir à mon peuple depuis des siècles" répond-il. "Car maintenant, nous connaissons aussi les marqueurs des peaux blanches et pouvons retourner leurs armes contre eux". Nouvelle-Lune lui-même trouve cela trop extrémiste, mais son frère a les mots pour lui rappeler la souffrance des siens, et les conséquences sur la Nature que cela a conduit. Le shaman appui donc Ugo : il faut livrer cela à Martha!
Graves s'insurge: "Mais combien d'innocents vas-tu laisser mourir dans ta croisade? Tu ne vaudra pas mieux que ceux que tu combat! Et que deviendra-t'il de nous? Si on détruit le Masque, ProGaïa nous traquera pour nous tuer. Si on le fourni, en tant que non amérindiens, on sera détruit par vos nanopestes"
Sarah, elle se fait discrète. Non pas que la question ne l'interresse pas, mais elle connait trop bien les fanatiques raciaux pour savoir qu'ils ne peuvent changer d'avis. Elle sait que son salut passera par sa rapidité à éliminer les 2 frères. Mais elle n'est pas en état, alors elle se fait oublier, attendant une ouverture.
Graves en appelle à la raison, à la décence, à l'amitié même du shaman. Et il fini par trouver les mots qui le font douter. Mais Ugo, lui sévèrement blessé comme les autres, resta ferme dans ses convictions et reniât son frère... qui valide la commande détruisant le dernier échantillon de Masque Rouge.

Malgré les oppositions, les runners remontent à la surface. Graves y envoi son FlySpy et aperçoit une nouvelle embuscade, derrière des rochers ou dans les bois, tournés vers l'entrée des sous-sols. Ils décident de trouver une autre issue. D'où venaient les bandersnatchs? Visiblement pas des mêmes tunnels qu'eux. Ils fouillent donc la tanière et découvrent effectivement un tunnel débouchant sur le lac. Mais il leur faut littéralement se jeter à l'eau - glacée- sans visibilité, ni savoir la distance à parcourir.

Sang froid
Le shaman se lance en premier. Il s'attache une corde, histoire que ses confrères puissent le ramener s'il leur en envoi le signal. Le tunnel est long... beaucoup trop long, et il doit se défaire de la corde. Le nain tient avec la rage du désespoir, pour resurgir... dans le dos d'une équipe d'assaillant, mais coincé sous la glace! Il implore encore rat de le sauver, et la glace fond pour pouvoir le laisser ressortir, in extremis.
Sans nouvelle du shaman, Sarah plonge à son tour. Dans l'obscurité d'une eau gelée, elle finit par ressortir... en pleine ligne de mire des assaillants!
Graves se prépare alors à plonger, mais il avait envoyé son chenillard passer par l'entrée, ne pouvant emprunter le tunnel. Le SpyFly au chaud dans la poche de son pantalon. Alors qu'il se jette à l'eau, il entend des détonations, à la surface. Au moins, ca veut dire qu'ils ont survécu à leur plongée. L'orc réussi tant bien que mal à se diriger vers les berges, évitant de sortir en pleine zone d'affrontement. Mais il perdit son drone sur le chemin.

Les assaillants, qui insultent les runners de propos racistes, sont tous des humains, pas en tenue militaires mais bien armés. Le riggers aperçoit l'hydravions à quelques centaines de mètres sur le lac, avec lequel ils sont probablement venus. La carcasse fumante de l'hélico militaire prouve qu'ils ne rigolent pas.
Alors que Sarah se rue à nouveau au corps à corps de ses ennemis les plus proches, elle découvre avec horreur qu'un sniper semble caché quelque part. Grave cependant, arrive à le localiser, sur le patin de l'hydravion. Il envoi son chenillard faire une couverture pour Spark, alors que le shaman crée des vagues de glace pour givrer ses adversaires.
Le combat est acharné, mais Nouvelle-Lune est débordé, n'arrivant plus à assurer la sécurité de son frère et la sienne. Prit entre 2 feux, il invoque un mur de glace comme couvert pour s'y réfugier, mais n'a que la possibilité de voir son frère tomber à quelques mètres de là sous les tirs acharnés. En réaction, le nain laisse la magie couler à flot en lui, consommant sa faible énergie vitale restante pour se faire, et déchaîne sa fureur, avant de sombrer.
Sarah, aux portes de la mort, réussi à éliminer son dernier adversaire, libérant la place pour un tir du chenillard sur le sniper... pulvérisant le patin sur le lequel il s'appuyait, avant de s'enfuir, lâchement.

L'équipe est en lambeau, dévastée. Nouvelle-Lune, le corps couvert de graves engelures, est mourant. Et ils doivent encore quitter le territoire. Heureusement, Graves sait piloter ce genre d'hydravion. Arrivé à Kitimat, le nain explique à Martha comment les hommes du Colonel les ont prit en embuscade et comment Ugo s'est sacrifié pour protéger le Masque Rouge, encore programmé pour s'attaquer aux amérindiens. Celui-ci est désormais au fond du lac, fissuré. Il doit y rester...
Martha, dont le regard perçant glace les runners plus que les eaux givrées du barrage, présente ses condoléances à Nouvelle-Lune pour la perte de ce valeureux soldat, et paie l'équipe, comme convenue.
Le PAN de Sarah sonne. C'est King : "Sarah, t'as des nouvelles de Paige? Elle a disparue. Je pense que c'est grave!"
Avatar de l’utilisateur
Mickey
Cultiste
Localisation : Blagnac
Messages : 786
Inscription : 01 mai 2010, 13:35

Re: CR

29 juil. 2020, 15:20

Solde tous comptes
Les runners sont revenus à Seattle, tant bien que mal. Nouvelle-lune dépensa quasiment tout ses gains de la mission précédente pour soigner ses engelures en se faisant greffer une Peau Tressée, des tissus cultivés en cuves, légèrement chitineux et luisant d'une coloration bleuâtre (+voyant +dégradation). Sarah, elle, récupère auprès de Bob'oil, un contact, une moto pas chère (et donc volée... et donc recherchée!) (+coûteuse). Enfin, Graves se rachète un nouveau drone, un Panthera. Un quadrupède noir obsidienne, de la taille d'un chat, agile et armée d'un pistolet.

King demande donc de l'aide à Sarah. Paige, sa nana, ne donne plus de nouvelles depuis quelques jours. Certes, ils se sont disputés la dernière fois qu'ils se sont vu, mais la manière dont cette dernière a dégoupillée ne lui semble pas normal. Il a été à son appart', et a découvert celui-ci fouillé. Il a bien peur que quelque chose de grave ce cache là dessous, et ne laissera jamais rien arriver à l'amour de sa vie!

Les runners se rendent donc dans l'immeuble de Paige, et constate qu'il a bien été fouillé. Nouvelle-Lune découvre dans la corbeille différents brouillons d'une lettre recommencée à de nombreuse reprise. Une lettre de rupture.
Sarah traverse la rue, car elle a repérée une boutique disposant de ses caméras de sécurité pile sur l'arrière de l'immeuble. 3 ados en mal de sensations lui demande son tarif, mais lorsqu'elle fait surgir son flic implanté, ils se ravisent, trouvant trop cher... mais trop classe! Ils veulent un selfie!
Des caméras, la punkette obtient des images intrigantes : le soir de la dispute, 4 bikers ont embarqués Paige, visiblement de force. Les gus sont grands et élancés, et arborent le blouson des Anciens, ce gang de bikers elfes qui feraient passer les Hell's Angels pour un camp de scout.
Sarah en est sure : à travers Paige s'est King et donc Sarah qui est visée par les ennemies de l'IHA!

Toujours grâce aux images de la caméra, les runners recherchent les noms des Anciens qu'ils ont filmé. Et qu'elle n'est pas leur surprise quand, de dossiers falsifiés en identités volées, ils découvrent qu'ils s'agit de runners! Débobinant l'info, ils finissent par avoir le nom de leur dernier employeur en date: KSAF, le principal groupe d'information de la côte pacifique.

Par ailleurs, Sarah apprend que les chosent bougent à l'IHA : Formore convoque le ban pour un rendez-vous crucial. les négociations ont aboutis avec Automail, et un échange aura lieu pour restituer la puce de "l'implant tueur", contre un joli paquet de pognon - et le coupable de la mort de Neil Scott.
Les runners sont dubitatif, car le réel coupable, Dutch Donovan, d'après eux est déjà mort . Sans doute la corpo livrera-t-elle un cadre quelconque en guise de fusible...

Le shaman connait un pigiste chez la corpo : Nico Bulo. Ce troll immense mais maigrelet est spécialiste en "greenwashing", même s'il se rêve grand reporter du dimanche. Nouvelle-Lune est parfois sa source sur le agissement de ProGaïa, et cette dernière se sert du journaliste pour diffuser leur idéologie malsaine. Interrogé à propos du recrutement de runners, ce dernier répond ne rien savoir, et pense même que cela doit être rare pour KSAF de faire ce genre de choses illégales, risquées et amorales. Le nain tente sa chance en envoyant la photo de Paige et là, bingo! Le troll mets un peu de temps à tilter, mais il reconnait la fille. Bien qu'il ne semble rien y avoir de technologique ou magique (King et Nouvelle-Lune s'en seraient sans doute rendu compte à la longue), sa coiffure et maquillage la transformant totalement, il reconnait une journaliste freelance venue ces derniers mois rencontrer le rédac' chef en toute discrétion : Laura Gibson.
Et là, tout s'éclaire pour nos runners! Paige - pardon, Laura - s'est sans doute servie de King pour infiltrer l'IHA et exposer au grand jour les terroristes. Pour vérifier, ils demandent à Bulo de trouver en interne le nom de l'auteur des articles, puisque ces derniers ne sont pas signés.

Camilla appelle Graves. La mafieuse semble anxieuse : "Il semblerait que tu te sois rapprocher de gens assez toxiques, qui ont fait du tord à des puissances qu'ils ne soupçonnent même pas. La famille est sous pression : il faut que tu nous les livre, en gage de bonne fois. Sinon ils les arrêteront, et toi avec..."
Graves accuse le coup. Trahir ses nouveaux alliés, ou son mentor?

De son côté, Sarah se rencarde sur le rendez-vous IHA/AutoMail. Le lieu neutre a été trouvé : les docks de downtown : pourri, mais pas trop loin du centre-ville surprotégé, et pas totalement sous contrôle d'un seul et même gang. Par ailleurs, Formore a décidé de confier la transaction à Oncle Owen et ses gus. Comme il se doute que la corpo ne va pas jouer carte sur table, il lui octroi une 40ène de membres supplémentaires. Le gros des troupes de la branche locale en quelques sortes.
Sarah commence à ne plus regretter de ne pas faire partie de la fête.

Les runners se rendent chez Bob'oil, le garagiste où Sarah vient d'acheter sa moto volée, car il est réputé fournir aussi les bikers. Un interrogatoire "viril mais correct" plus tard, apprend que les 4 mercenaires se faisant passer pour des Anciens ont bien rendu visite à Bobby. Amoureux fou de ses machines, Bobby révèle ne pas totalement désactiver le transpondeur de ses bécanes lorsqu'ils les vends. "Juste pour surveiller les réglages et me faciliter les entretiens" assure-t-il... Du coup, l'équipe localise les motos et, espèrent-ils, les kidnappeurs de Paige/Laura. Ils sont dans les barrens de Redmonds, ce district en ruine où les services publics ne sont qu'un vieux rêves et les gangs un cauchemars pullulant, faisant passer les townships sud-af pour une zone civilisée.

L'équipe se rend sur place, et se voit sérieusement dévisagée par la faune locale. Des ados tout au plus, arborant plus de couleurs de gangs que de chicots en état. Leur cible est un vieux garage en brique criblée d'impacts de balle, sans bâtisse mitoyenne, ce qui se fait rare. Par contre, sur le côté, une vieille caravane gît, sur parpaing, avec ses bâches plastiques jaunit et trouées en guise de véranda. Sur le semblant de parking aux nids de poule taille autruche, les restes de poteaux supportant une plateforme d'ancienne station essence, plateforme d'où pend des câbles électriques finissant par un nœud coulant.
Le seul point d'entrée semble être la porte métallique du hangar, percluse de rouille et de tags.

Les runners, suivi de la bande à Sarah, se positionnent un peu en retrait, pour observer. Problème: les guetteurs du quartier sont efficaces. Et s'ils ne sont pas courageux au point de tenir tête à une petite douzaine de gros bras, ils ne se gênent pas pour que quelques cris raisonnent de droite et de gauche. Les autres habitants, eux, ferment leurs volets, trop habitués qu'ils sont au massacre à venir.
Le PAN de Nouvelle-Lune retentisse : son pote Ian. "Eh, t'es où? Y'a les copains, - ouais, ceux du bled tu vois - qui te cherchent parce que ton frère a laissé des trucs en suspends qu'il faut que tu vois. Ouais, des trucs genre que j'peux pas dire en ligne et que tu veux pas entendre non plus ici. Passe chez moi, ca sera plus simple".
C'est pas le moment pour se coltiner des problèmes chez ProGaïa, pense le nain.
C'est maintenant le PAN de Sarah qui s'éveille. Une voie inconnue l’interpelle : "Si tu veux qu'Abigail O'Connor, ta mère, survive, ne raccroche pas. Elle est prisonnière de l'antiterrorisme de TirNaNog depuis des mois, et sera prochainement exécutée... sauf si je livre l'IHA. Heureusement, ces derniers temps, vous avez pas mal fait couler d'encre. Je ne cherche qu'à t'aider, qu'à sauver ta mère... en échange de la tête de Formore et tous les siens".
Brad Murphy. Ce sale chien de flic qui tournait un peu trop prêt de maman, se dit Sarah. Mais pas le temps pour ca... "Ok. Laisse moi 48hrs".

Grave envoi son Panthera a l'intérieur, par un bout écrouler du plafond. Il repère sans problèmes les 4 mercenaires, leurs motos, et Paige - tout à fait libre. La piste de l'enlèvement devient de plus en plus ténue. Mais pourquoi ces lettres de ruptures alors? se demandent-ils...
Le chenillard se positionne devant la porte du garage, suivi de King et les siens, alors que l'Orc reste dans son van plus loin.
Alors qu'ils lancent l'assaut, Sarah repère du mouvement sur l'allée plus loin : les Crusher, ce gang orc des environs, vient chasser les intrus et les prendre en tenaille!

La porte rouillée cède sous les assauts et 2 mercenaires au sol ripostent. Les 2 autres bikers ont le temps d'enfourcher leur moto, d'embarquer Paige, et de sortir par la trappe de fondation, dissimulée derrière les cartons de la caravane. Une course poursuite s'engage avec Graves, alors que Nouvelle-Lune envoi 1 biker voler en déformant la chaussée.
Sarah combat aux cotés des siens et tient en respect les Crushers, pendant que Graves réussi à bloquer le dernier motard dans un coin. Le groupe récupère Paige, à qui King fait les yeux noirs et détalle vite fait avant que les Crushers reviennent à l'assaut.

Surtensions
Graves tourne et retourne sur l'asphalte. il hésite. Comment expliquer à Camilla qu'il n'a pas obéi, elle qui l'a littéralement sorti du caniveau?
Devant la villa Bianconnerie, il remarque juste avant de sonner une trace de pneu. Une marque qu'il connait par coeur : celles des bécanes de son ancien gang, les Fallen Angels. Que font-ils là? Ils ne sont pas de la famille. Des coups de feu. Des cris. Des larmes. Le capo, sous pression des huiles d'ARES, avait exigé la tête de Graves et son équipe, ou de tous ceux qui les protégeraient. Les Bigios, les bouchers du milieu, sont venu porter la sentence à Camilla, avec leur petits exécutants minables de Fallen Angels.
L'orc tourne les talons, appui sur le champignon comme jamais et se sait traqué pour l'éternité.

Nouvelle-Lune retourne voir Ian... qui se trouve être accompagné de Martha. Cette dernière n'est pas venue faire causette et veut clairement venger la mort d'Ugo et l'indiscipline du nain. Qui n'en demandait pas temps! L'aura de la leader de ProGaïa suinte d'une énergie corrosive et poisseuse : une shaman toxique! La bataille magique est titanesque, la puissance de Martha, hallucinante. Mais Nouvelle-Lune en appelle à la rage de la portée meurtrie de Rat et réussi, au prix de douloureuses blessures, à défaire son adversaire. ProGaïa est décapité, mais le shaman aussi. Il a tout perdu dans sa croisade urbaine. Ses amis. Ses convictions. Son frère.

De retour au QG de l'IHA, bien vide, Sarah laisse King gérer ses affaires de coeur. Les runners ne lui ont rien dit, pour son rôle à KSAF. Il découvre avec stupeur qu'elle veut réellement le quitter. Tout ca pour ca : Sarah se barre.
... c'est alors, que sur les docks, l'échange a lieu. Les hummers garnis de mercenaires d'Automail, font fassent aux caisses déglinguées de l'IHA. la puce change de main, le "coupable" aussi, tenant une malette de fric à la main. Puis un message retenti et des armes se dressent... et se vident! Les renforts envoyés par Formore ont prit pour cible Owen et ses fidèles alliés. Les mercenaires n'ont même pas bronchés, comme s'ils étaient au courant.
Le chef de l'IHA a bien manoeuvré, le petit salopard. Il récupère le pognon et élimine son grand rival.
... mais c'est à ce moment même, qu'au QG, le SWAT de la Lone Star renforcée d'un escadron entier de Knight Errant débarquent, drones lourds et blindés tout devant! L'assaut est précis, coordonné, étudié. Bâtiment par bâtiment. Etage par étage. Les lieux sont dératisés. Les habitants éliminés. King meurt en tentant une dernière fois de protéger Paige. Elle esquisse un regret. La tête de Formore fini par heurter le sol, vomissant du sang et son dernier souffle. Le bâtard s'est fait lui aussi doubler. Ca aura juste couté la vie à tout le gang.
Un juriste d'AutoMail surveille l'opération depuis le blindé de commandement, au côté d'un gratte papier d'ARES Intelligence. Ils ont l'air satisfait. Comme si on leur avait enfin enlevé une écharde.

Quelques heures plus tard, Sarah apprend le massacre sur KSAF. Ca fait bien longtemps qu'elle n'a plus de larmes pour cette vie. Elle rappelle Brad. "Je t'avais dit 48hrs. En fait c'est allé un peu plus vite. Fait libérer ma mère"
"Comme promis" répond-il. "Sa peine sera commuée. En résidence surveillée. Chez moi. A perpétuité. Ne me remercie pas".
Sarah s'étouffe d'une bouffée de nerf. L'enfoiré!
---FIN---
Merci à vous, mes joueurs, pour cette excellente campagne. Ca fait toujours quelque chose de refermer un livre, et celui fut intense, fun, stressant mais tellement bon!

J'ai beaucoup apprit après ces 2 ans de jeu, dans un système que je ne connaissais pas, et qui impose de laisser plus de place à l'improvisation. Je suis très satisfait de ce que nous avons crée et, quelque part, Sarah, Nouvelle-Lune, Graves et Waskira (et un peu StormArrow, ne l'oublions pas si vite), hanteront toujours Seattle et ses rues de détresse sociale!

Revenir à « The Plex »