Au nombre des missions qui incombent au Culte, il y a celle de préserver la planète pour la rendre plus digeste lors du réveil du Maître qui ne saurait tarder désormais. Et nous savons qu'il a de grosses fringales au réveil, mais un estomac un peu fragile qui supporte mal le plastique. C'est la raison pour laquelle nous avons décidé d'arrêter dès maintenant la mise à disposition de gobelets jetables. Mais du coup, me demandez-vous, comment allons nous faire pour boire nos breuvages caféinés ou sucrés ou les deux pendant nos folles soirées ? La réponse est toute...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern"][vc_column][vc_column_text]Pour les trois du fond qui dormaient ces deux derniers siècles, Blagnac Joue, c’est le Festival du Jeu, made in Blagnac, organisé par l’association LOCA et la Ludothèque de la ville qui va vivre sa troisième invocation.   Cette année, le rituel aura lieu le 23 mars 2019, de 10h00 à minuit, à la Salle des Fêtes des Ramiers, avec pour objectif de battre le score de 1738 visiteurs contaminés l'an dernier. Les cultistes de R’lyeh renouvelleront leur présence, pour proposer du JdR sur table visiteurs, et en profiter pour leur...

Dans un trou était un festival. Ce n'était un pas un trou déplaisant, sale et humide, rempli de bout de verre et d'une atmosphère suintante ou insalubre. C'était un trou à festival, plus communément nommé Parc des Expositions ( de Toulouse cette fois ), ce qui implique la bonne humeur. Dans ce trou, donc, se tenait le Festival de l'alchimie du jeu 2018 du 27 au 29 avril. Ce festival, comme tout ses comparses, se fit un devoir d'amuser les 17050 visi-joueurs qui passèrent le visiter grâce aux divers activités présentées. Parmi elles, le Jeux de...

Le rituel du One Shoggoth trouve ses origines dans les tréfonds de l'Histoire, celle qu'on a préféré pousser d'un geste négligent sous le tapis en espérant qu'elle n'en ressorte jamais.   A cette époque lointaine, et Dieu merci révolue, dans des contrées qu'on qualifierait aujourd'hui d'obscures, une croyance populaire voulait qu'à chaque conjonction stellaire sinistre, le mauvais oeil était conjuré par le sacrifice du moins créatif, du moins rêveur, du moins inspiré des sujets du royaume. Pour éviter d'être celui ou celle qui serait offert aux Dieux Extérieurs, les habitants rivalisaient d'imagination pour écrire ou interpréter les...